Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

John Wilkinson

De Wikiberal
John Wilkinson
entrepreneur

Dates 1728 - 1808
John Wilkinson.JPG
Tendance
Origine Royaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur John Wilkinson
Histoire du Royaume-Uni

John Wilkinson né vraisemblablement à Clifton, Cumberland, en 1728 et mort à Bradley, Staffordshire, le 14 juillet 1808, est un industriel anglais et un pionnier de la sidérurgie, parfois surnommé le roi des maîtres de forge.

Biographie

Son père Isaac était un paysan devenu métallurgiste et inventeur. En raison de l’hostilité de sa famille à l’église anglicane, il est éduqué à l’Académie dissidente de Kendal (Cumbrie).

Il fonde son premier établissement en 1748, à 20 ans, dans le Staffordshire et va être un des premiers à utiliser un haut-fourneau au coke. Sa jeune épouse, Ann Maudesley, meurt en 1756 lors d’un accouchement et il utilise la fortune qu’elle lui laisse pour étendre ses affaires. En 1761, il hérite de l’entreprise de son père, fondant avec son frère William, la New Bersham Company au pays de Galles qui travaille pour le gouvernement.

Inventeur prolifique et excentrique, il a considérablement amélioré la construction et la sécurité des canons en 1774-75 avec une machine à forer et à aléser les canons plus efficace. Il devait ensuite, grâce à cette invention, travailler avec James Watt et Matthew Boulton fournissant de façon exclusive les cylindres utilisés dans leur manufacture de machines à vapeur et les incitant à produire des moteurs rotatifs pour l’industrie. Il a également réalisé le premier pont en fer à Coalbrookdale sur la Severn (1779) et lancé la première embarcation avec une coque en fer en 1787 (The Trial). Il faisait battre sa propre monnaie à son effigie pour payer ses ouvriers, monnaie utilisable dans les magasins de la compagnie.

Les difficultés de l’entreprise dans les années 1790 provoquèrent un scandale : son frère et associé William révéla qu’il avait construit et vendu des machines à vapeur en secret de Watt et Boulton au mépris de leurs brevets. Les deux industriels mirent fin à son contrat et le poursuivirent avec succès en justice.

Bien qu’issu d’une famille dissidente, il était peu soucieux de religion mais il a éprouvé de la sympathie pour l’Indépendance américaine et la Révolution française. Il a soutenu son beau-frère Joseph Priestley, victime de la fureur populaire à Birmingham.

Il était obsédé par le fer au point de décorer la chapelle méthodiste de Bradley d’ouvertures et d’une chaire en fer et de se faire enterrer dans un cercueil en fer dans une tombe surmonté d’un obélisque fait du même métal. Il avait été surnommé Iron-Mad Wilkinson.

Les querelles entre ses héritiers, ses neveux et un fils illégitime, né d’une passion tardive, provoquèrent la ruine de l’empire industriel qu’il avait bâti.

Liens externes

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.
Outils personnels