Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Altermondialisme : Différence entre versions

De Wikiberal
m (ébauche)
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{ébauche}}
+
Le terme '''altermondialisation''' doit s'entendre par [[antimondialisation]]. Les altermondialistes promeuvent une théorie économique et sociale tantôt proche du [[socialisme]], tantôt du [[nationalisme]] (et souvent des deux), avec des variantes favorables à la [[décroissance]], à l'[[écologie]] (prétexte du [[réchauffement climatique]] pour accroître l'[[interventionnisme]] étatique) ou au [[protectionnisme]], faute d'avoir saisi le mécanisme de l'[[échange]] libre et de la [[balance des paiements]]. A l'extrême, les tenants de ces thèses sont les [[luddisme|luddites]] modernes, opposés à toute forme de progrès. De surcroît, certains antimondialistes cachent derrière leur discours une franche [[racisme|xénophobie]].  
Le terme '''altermondialisation''' doit s'entendre par [[antimondialisation]]. Les tenants de ces thèses sont les [[luddisme|luddites]] modernes, opposés à toute forme de progrès. Parfois, de surcroît, les antimondialistes cachent derrière leur discours une franche [[racisme|xénophobie]].  
 
  
Cela n'exclut pas l'existence d'activistes violemment opposés à un monde ouvert, venant des milieux [[fondamentalisme|fondamentalistes]], [[communautarisme|communautaristes]] ou [[nationalisme|nationalistes]]. En cela, les altermondialistes se rapprochent tout autant de l'extrême-droite que de l'extrême-gauche.  
+
Cela n'exclut pas l'existence d'activistes violemment opposés à un monde ouvert, venant des milieux [[fondamentalisme|fondamentalistes]], [[communautarisme|communautaristes]] ou [[nationalisme|nationalistes]]. En cela, les altermondialistes se rapprochent tout autant de l'extrême-droite que de l'extrême-gauche. On note leur recours aux méthodes violentes, à l'affrontement physique et à la provocation, en particulier lors de sommets du G7/G8.  
  
En économie, les tenants de ces thèses sont des [[protectionnisme|protectionnistes]], qui n'ont pas saisi le mécanisme de l'[[échange]] libre et de la [[balance des paiements]].  
+
Pour l’économiste indien [[Jagdish Bhagwati]], les revendications altermondialistes contre le libre-échange sont liées à la chute du [[communisme]], seul rival idéologique du [[capitalisme]], chute qui aurait créé un vide pour les « idéalistes dont la conscience sociale se nourrit de la conviction que le capitalisme est source d’injustice ».
 +
 
 +
La prétention des altermondialistes à offrir des propositions allant "dans le sens de l’intérêt général" relève de la [[démagogie]] en raison de l'impossibilité de définir cet « [[intérêt général]] ». Comme le rappelle [[Milton Friedman]] (''La Liberté du choix'') : « ceux qui croient agir en fonction de l'intérêt général sont en réalité conduits à favoriser des intérêts particuliers qui ne font pas partie de leurs intentions. »
 +
 
 +
Malgré leur prétention à la [[démocratie]], les altermondialistes remettent en cause les principes du libre choix et de la responsabilité individuelle ([[paternalisme]] moralisateur concernant les comportements, parmi lesquels celui de la « mal bouffe »).
  
 
==Voir aussi==
 
==Voir aussi==

Version du 25 février 2012 à 15:41

Le terme altermondialisation doit s'entendre par antimondialisation. Les altermondialistes promeuvent une théorie économique et sociale tantôt proche du socialisme, tantôt du nationalisme (et souvent des deux), avec des variantes favorables à la décroissance, à l'écologie (prétexte du réchauffement climatique pour accroître l'interventionnisme étatique) ou au protectionnisme, faute d'avoir saisi le mécanisme de l'échange libre et de la balance des paiements. A l'extrême, les tenants de ces thèses sont les luddites modernes, opposés à toute forme de progrès. De surcroît, certains antimondialistes cachent derrière leur discours une franche xénophobie.

Cela n'exclut pas l'existence d'activistes violemment opposés à un monde ouvert, venant des milieux fondamentalistes, communautaristes ou nationalistes. En cela, les altermondialistes se rapprochent tout autant de l'extrême-droite que de l'extrême-gauche. On note leur recours aux méthodes violentes, à l'affrontement physique et à la provocation, en particulier lors de sommets du G7/G8.

Pour l’économiste indien Jagdish Bhagwati, les revendications altermondialistes contre le libre-échange sont liées à la chute du communisme, seul rival idéologique du capitalisme, chute qui aurait créé un vide pour les « idéalistes dont la conscience sociale se nourrit de la conviction que le capitalisme est source d’injustice ».

La prétention des altermondialistes à offrir des propositions allant "dans le sens de l’intérêt général" relève de la démagogie en raison de l'impossibilité de définir cet « intérêt général ». Comme le rappelle Milton Friedman (La Liberté du choix) : « ceux qui croient agir en fonction de l'intérêt général sont en réalité conduits à favoriser des intérêts particuliers qui ne font pas partie de leurs intentions. »

Malgré leur prétention à la démocratie, les altermondialistes remettent en cause les principes du libre choix et de la responsabilité individuelle (paternalisme moralisateur concernant les comportements, parmi lesquels celui de la « mal bouffe »).

Voir aussi

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.

Société.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail actualités du libéralisme.