Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Approche praxéologique de l'entrepreneur au cinéma

De Wikiberal

À la manière dont s'inspire l'approche dramaturgique de l'entrepreneur, le cinéma, derrière le prisme de la caméra et du regard subjectif du réalisateur, est une excellente ressource pour analyser comment chaque culture sur terre reflète ou influence l'acte d'entreprendre. D'où la nécessité d'adopter une approche praxéologique de l'entrepreneur au cinéma pour mieux comprendre comment l'entrepreneur est présenté sur les petits et sur le grand écran, de critiquer certaines stéréotypies de l'entrepreneur et d'analyser les comportements actifs des entrepreneurs au sein de la société toute entière.

L'originalité de l'approche praxéologique de l'entrepreneur au cinéma

L'approche de l'entrepreneur au cinéma a déjà été effectuée par Blandine Lanoux Claverie (2013). C'est certain. Mais, cette auteure ne retient que l'approche par les traits de l'entrepreneur. Son étude s'intéresse plus à la personnalité de l'entrepreneur plutôt qu'à ses actes qui en font un entrepreneur. Comme le souhaitait Carl Menger, dans sa méthodologie des biens et des besoins économiques, il manque, ici, d'une recherche sur l'essence de l'entrepreneur, c'est à dire une recherche ontologique de l'entrepreneur vu sous l'angle du cinéma. L'approche praxéologique de l'entrepreneur au cinéma ne nie pas l'intérêt d'étudier les traits de caractères des entrepreneurs, mais cela n'en constitue pas le fondement de l'analyse. L'étude doit être praxéologique, c'est-à-dire, comme le présente l'économiste de l'école autrichienne, Ludwig von Mises, l'individu doit être compris dans le cadre de son action. Pris sous l'angle de l'entrepreneur et du management, il faut se demander quelles sont les actions que l'entrepreneur effectue dans un cadre de temps déterminé. Sous l'angle de l'oeuvre cinématographique, l'entrepreneur doit être vu dans des périodes où il choisit d'agir, comme dans celles où il choisit de ne pas agir.

Le choix de la musique est un élément important pour le réalisateur et le spectateur pour mieux comprendre l'intrigue dans laquelle l'entrepreneur agit. D'où la nécessité de l'analyser quand celle-ci apporte un éclairage à l'analyse praxéologique. On en tire un bénéfice de compréhension à la fois pour l'intitulé choisi de la musique, par les paroles de la chanson et par l'atmosphère dégagé du climax musical qui renforce le tempo de l'histoire entrepreneuriale. Par exemple, la bande originale de la musique du film "A l'origine", composée par Cliff Martinez, s'intitule "Je ne suis pas seul" et nous permet de mieux comprendre le processus de recherche de ressources de Philippe Miller, entrepreneur en travaux publiques. Pour mener à bien son entreprise, il doit compter sur des ressources internes et externes : ressources humaines (employés, sous-traitants, intérimaires), ressources financières, ressources techniques, ressources de connaissances (savoir et savoir-faire), ressources comportementales, ressources politiques locales... Dans le film italien "Adua et ses compagnes", ce n'est pas un hasard d'avoir un chanson qui s'intitule ("Piu sola"), qui, sur la plan amoureux est une métaphore de la non solitude de l'entrepreneur lorsqu'il est en phase d'action.

Base méthodologique de l'analyse praxéologique de l'entrepreneur au cinéma

A l'origine, la liste des films provient de l'article de Blandine Lanoux Claverie[1], paru en 2013, dans le revue de l'entrepreneuriat. L'auteure a établi une liste de 141 films selon des critères bien précis. Bien que l'ensemble des films répond aux critères généralement accordés pour définir l'entrepreneur, certains films doivent être déclassés en raison de leur non pertinence[2]. Il s'agit d'une limitation que l'on peut facilement s'affranchir avec l'incorporation d'autres œuvres cinématographiques éclairantes et récentes. Blandine Lanoux Claverie retient 5 critères dans sa fiche analytique dans ses annexes (Titre français, Titre original, Pays d'Origine, Année de Sortie, Réalisateur(s)) avec un critère psychologique disséminé dans le corps de son article pour certains films seulement.

L'approche praxéologique de l'entrepreneur au cinéma retient les items suivants sur la fiche de chaque film :

1) Titre en français
2) Titre original (si le film n'est pas d'origine française)
3) Pays d'origine de l'œuvre cinématographique
4) Année de sortie dans son pays d'origine
5) Nom du ou des réalisateurs
6) Typologie de l'entrepreneur : inventeur, ingénieur, restaurateur, transporteur, etc.
7) Bande originale de la musique du film (pour analyser le itrel, les paroles des chanson, les impressions données par la musique pour l'analyse entrepreneuriale)
8) Bande annonce (trailer) : lien pour visualiser un extrait du film si celui-ci n'est pas consultable sur le net
9) Film : lien de consultation du film

Liste des films analysés

  1. "À l'origine" *
  2. Adua et ses compagnes*
  3. So's you're old man
  4. Arizona*
  5. August (film)*
  6. Aviator; The Aviator; États-Unis; 2005; Martin Scorsese
  7. Bugsy; États-Unis; 1991; Barry Levinson
  8. Casino; États-Unis; 1995; Martin Scorsese
  9. C’est dur pour tout le monde; France; 1975; Christian Gion
  10. C’est encore loin l’Amérique ?; France; 1980; Roger Coggio
  11. C’est quoi la Vie ?; France; 1999; François Dupeyron
  12. Citizen Kane; Citizen Kane; États-Unis; 1941; Orson Welles
  13. Clémentine Chérie; France; 1963; Pierre Chevalier
  14. Coca-Cola Kid; The Coca-Cola Kid; Australie; 1985; Dusan Makavejev
  15. Coco; France; 2009; Gad Elmaleh
  16. Coco avant Chanel; France; 2009; Anne Fontaine
  17. Damages; États-Unis; 2007; Daniel Zelman, Glenn Kessler, Todd A. Kessler
  18. Deuxième vie; France; 2000; Patrick Braoudé
  19. Du haut de la terrasse; From the Terrace; États-Unis; 1960; Mark Robson
  20. Édouard mon fils; Edward my son; États-Unis; 1949; George Cukor
  21. Esclaves de New York; Slaves of New York ; États-Unis; 1988; James Ivory
  22. Father of invention; États-Unis; 2009; Trent Cooper
  23. France Boutique; France; 2003; Tonie Marshall
  24. Gatsby le Magnifique; The Great Gatsby; États-Unis; 1974; Jack Clayton
  25. Géant; Giant; États-Unis; 1956; George Stevens
  26. Good Morning Babilonia; États-Unis/Italie/France; 1987; Paolo et Vittorio Taviani
  27. Good Morning England; Grande-Bretagne; 2009; Richard Curtis
  28. Hamlet goes business; Finlande; 1987; Aki Kaurismaki
  29. Hiver 54, l’abbé Pierre; France; 1989; Denis Amar
  30. Il Boom; Italie; 1963; Vittorio De Sica
  31. It’s a free world; Grande-Bretagne; 2007; Ken Loach
  32. Itinéraire Bis; France; 1983; Christian Drillaud
  33. Itinéraire d’un enfant gâté; France; 1988; Claude Lelouch
  34. Jean de Florette; France; 1986; Claude Berri
  35. Jeanne la Française; Joanna Francesa; Brésil/France; 1973; Carlos Diegues
  36. Jerry Maguire; États-Unis; 1996; Cameron Crowe
  37. J’invente rien; France; 2006; Michel Leclerc
  38. Judith Therpauve; France; 1978; Patrice Chéreau
  39. Korczak; Korczak; Pologne/RFA/France; 1989; Andrzej Wajda
  40. La Belle Équipe; France; 1936; Julien Duvivier
  41. La Boutique de la famille Lin Linjia Puzi; Chine; 1959; Shui Hua
  42. La Graine et le mulet; France; 2007; Abdellatif Kechiche
  43. La grande nuit; Big Night; États-Unis; 1997; Campbell Scott, Stanley Tucci
  44. La Liste de Schindler; Schindler’s List; États-Unis; 1994; Steven Spielberg
  45. La Maîtresse de fer; The Iron Mistress; États-Unis; 1952; Gordon Douglas
  46. La mer à boire; France; 2012; Jacques Maillot
  47. La terre tremble (épisode de la mer); La terra trema (episodio del mare); Italie; 1948; Luchino Visconti
  48. La truite; France; 1982; Joseph Losey
  49. La Vérité si je mens !; France; 1997; Thomas Gilou
  50. La vie de Thomas Edison; Edison the Man; États-Unis; 1940; Clarence Brown
  51. La Zizanie; France; 1978; Claude Zidi
  52. L’affaire; France; 1994; Sergio Gobbi
  53. L’affaire Mattei; Italie; 1972; Francesco Rosi
  54. L’amateur; Pologne; 1979; Krzystof Kieslowski
  55. L’apprentissage de Duddy Kravitz; The Apprenticeship of Duddy Kravitz; Canada; 1974; Ted Kotcheff
  56. Largo Winch; France; 2008; Jérôme Salle
  57. Larry Flynt; The People Vs Larry Flynt; États-Unis; 1996; Milos Forman
  58. L’associé; France; 1979; René Gainville
  59. L’autre moitié du ciel; La mitad del cielo; Espagne; 1986; Manuel Gutierrez Aragon
  60. Le Caïman; France/Italie; 2006; Nanni Moretti
  61. Le crime de M. Lange; France; 1936; Jean Renoir
  62. Le goût des autres; France; 1999; Agnès Jaoui
  63. Le Grand Restaurant; France; 1966; Jacques Besnard
  64. Le Grand Ziegfeld; The Great Ziegfeld; États-Unis; 1936; Robert Z. Leonard
  65. Le Graphique de Boscop; France; 1976; Sotha et Georges Dumoulin
  66. Le Maître des îles; The Hawaiians; États-Unis; 1970; Tom Gries
  67. Le petit baigneur; France; 1968; Robert Dhéry
  68. Le Petit Marcel; France; 1976; Jacques Fansten
  69. Le Roi de la bière; What ! No Beer ?; États-Unis; 1933; Edward Sedgwick
  70. Le Roi du tabac; Bright Leaf; États-Unis; 1950; Michael Curtiz
  71. Le téléphone rose; France; 1975; Édouard Molinaro
  72. L’envie; Envy; États-Unis; 2004; Barry Levinson
  73. Les ambitieux; The Carpetbaggers; États-Unis; 1964; Edward Dmytryk
  74. Les bouchers verts; De gronne slagtere; Danemark; 2005; Anders Thomas Jensen
  75. Les Ensorcelés; The Bad and the Beautiful; États-Unis; 1952; incente Minnelli
  76. Les grandes familles; The Possessors; France; 1958; Denys de La Patellière
  77. Les grandes gueules; France; 1965; Robert Enrico
  78. Les P’tites Têtes; France; 1982; Bernard Menez
  79. Les toilettes du pape; El Bano del Papa; Uruguay; 2008; Enrique Fernandez et César Charlone
  80. Les tortues volent aussi; Iran; 2005; Bahman Ghobadi
  81. Les vers à soie du printemps; Chun Can; Chine; 1933; Cheng Bugao
  82. L’État de grâce; France; 1986; Jacques Rouffio
  83. L’héritier; France; 1972; Philippe Labro
  84. L’homme au complet blanc; The Man in the White suit; Grande-Bretagne; 1951; Alexander Mackendrick
  85. L’or maudit; Sutter’s Gold; États-Unis; 1936; James Cruze
  86. L’Or noir de l’Oklahoma; Oklahoma Crude; États-Unis; 1972; Stanley Kramer
  87. Ma petite entreprise; France; 1999; Pierre Jolivet
  88. Moi y’en a vouloir des sous; France; 1972; Jean Yanne
  89. Mon pote; France; 2010; Marc Esposito
  90. Mondovino; France/États-Unis/Italie/Argentine; 2004; Jonathan Nossiter
  91. Monsieur Batignole; France; 2002; Gérard Jugnot
  92. Montparnasse Pondichéry; France; 1993; Yves Robert
  93. My beautiful Laundrette; Grande-Bretagne; 1985; Stephen Frears
  94. Nickelodeon; États-Unis; 1976; Peter Bogdanovich
  95. Panique à Hollywood; What just happened ?; États-Unis; 2008; Barry Levinson
  96. Petit à petit; France; 1971; Jean Rouch
  97. Potiche; France; 2010; François Ozon
  98. Protection rapprochée; Livvakterna; Suède; 2001; Anders NILSSON
  99. Que les gros salaires lèvent le doigt!; France; 1982; Denys Granier-Deferre
  100. Raining Stones; Grande-Bretagne; 1993; Ken Loach
  101. Rendez-vous, Champs-Élysées; France; 1937; Jacques Houssin
  102. Rockers; Jamaïque/États-Unis; 1978; Theodoros Bafaloukos
  103. Romance américaine; An American Romance; États-Unis; 1944; King Vidor
  104. Romuald et Juliette; France; 1989; Coline Serreau
  105. Sauvez le tigre !; Save the Tiger!; États-Unis; 1972; John G. Avildsen
  106. Schmock Fire Sale; États-Unis; 1975; Alan Arkin
  107. Sex-Shop; France; 1972; Claude Berri
  108. Shampoo; États-Unis; 1975; Hal Ashby
  109. Shower; 洗澡; pinyin: Xǐ zǎo; Chine; 1999; Zhang Yang
  110. Soul Kitchen; France/Allemagne; 2010; Fatih Akin
  111. Souvenirs d’en France; France; 1975; André Téchiné
  112. Soyez sympas, rembobinez; Be kind rewind; États-Unis; 2008; Michel Gondry
  113. Studio 54; États-Unis; 1999; Mark Christopher
  114. Tampopo; Japon; 1986; Juzo Itami
  115. Betsy; The Betsy; États-Unis; 1978; Daniel Petrie
  116. The Full Monty, le grand jeu; The Full Monty; Grande-Bretagne; 1997; Peter Cattaneo
  117. The King of Marvin Gardens; États-Unis; 1971; Bob Rafelson
  118. The Social Network; États-Unis; 2010; David Fincher
  119. The van; Grande-Bretagne; 1996; Stephen Frears
  120. There will be blood; États-Unis; 2007; Paul Thomas Anderson
  121. Thomas Gordeïev; Foma Gordeev; URSS (Russie); 1959; Mark Donskoï
  122. Tout feu tout flamme; France; 1981; Jean-Paul Rappeneau
  123. Train, amour et crustacés; It happened to Jane; États-Unis; 1959; Richard Quine
  124. Travail au noir; Moonlighting; Grande-Bretagne; 1982; Jerzy Skolimowski
  125. Trois enfants dans le désordre; France; 1966; Léo Joannon
  126. Tucker: The Man and his Dream; États-Unis; 1988; Francis Ford Coppola
  127. Un certain jour; Un certo Giorno; Italie; 1969; Ermanno Olmi
  128. Un éclair de génie; Flash of genius; États-Unis; 2009; Marc Abraham
  129. Un linceul n’a pas de poches; France; 1975; Jean-Pierre Mocky
  130. Un nouveau russe Platon Makovski; France/Russie/Allemagne; 2001; Pavel Lounguine
  131. Un si joli village; France; 1978; Étienne Périer
  132. Un type comme moi ne devrait jamais mourir; France; 1976; Michel Vianey
  133. Une étrange affaire; France; 1981; Pierre Granier-Deferre
  134. Une femme d’affaires Rollover; États-Unis, 1981; Alan J. Pakula
  135. Une femme extraordinaire Lucy Gallant; États-Unis; 1955; Robert Parrish
  136. Une riche affaire; It’s a gift; États-Unis; 1934; Norman Z. McLeod
  137. Une vie meilleure; France/Canada; 2012; Cédric Kahn
  138. Vassa Vas’ja Zeleznova; URSS (Russie); 1982; Gleb Panfilov
  139. Yi Yi Yi Yi; Taïwan; 2000; Edward Yang

Notes et références

  1. "La représentation de l'entrepreneur au cinéma : c'est encore loin l'Amérique ?", Revue de l’Entrepreneuriat, Vol 12, pp143-169
  2. Le film "Coluche, l’histoire d’un mec" réalisé par Antoine de Caunes en 2008 (France) ne correspond pas à l'action d'entrepreneur social avec sa création des restaurants du cœur mais plutôt à son activité d'humoriste. "Ed Wood" joué par Johnny Depp en 1995 aux États-Unis; réalisé par Tim Burton raconte l'histoire d'un scénariste et producteur à la recherche de fonds pour créer ses films de série B. Dans un sens pris par Ludwig von Mises, le film représente bien des actions entrepreneuriales mais il ne peut pas être catalogué dans le registre des entrepreneurs tel que le commun des mortels le conçoit.