Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Assurance-vie

De Wikiberal
Révision datée du 14 novembre 2021 à 16:05 par Lexington (discussion | contributions) (Page créée avec « En France, l''''assurance-vie''' désigne un produit d'épargne les plus populaires en France, en particulier en raison de la fiscalité dont il bénéficie. Il permet… »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

En France, l'assurance-vie désigne un produit d'épargne les plus populaires en France, en particulier en raison de la fiscalité dont il bénéficie. Il permet à l'épargnant de placer son argent dans un grand type de supports, sécurisés ou non. Formellement, son nom provient du fait qu'il s'agit d'un contrat d'assurance-décès (avec versement du montant du contrat en cas de décès du souscripteur), qui offre aussi un remboursement intégral du contrat en cas aussi de vie du souscripteur.

Cet article couvre le sujet sous un angle spécifiquement français.

Avantages et inconvénients de l'assurance-vie

L'assurance-vie présente l'avantage d'une grande polyvalence en termes de supports d'investissements éligibles. Dans un premier niveau, on peut différencier les fonds euro des unités de compte. Ces derniers permettent d'accéder à un éventail très large de placements :

  • Actions de sociétés cotées, en direct rarement, ou plus généralement via des fonds de sociétés de gestion. A la différence du PEA, il n'y a pas de limitation géographique, donc il est possible de faire rentrer des titres du monde entier et non pas uniquement européens. De nombreuses assurance-vie offrent aussi la possibilité d'investir en trackers
  • Fonds obligataires, c'est à dire de dette, d'entreprises ou d’États
  • Immobilier commercial, de bureaux, de logistique, de santé, etc. via des SCPI
  • Private Equity plus rarement

Pour les investisseurs plus fortunés, les assurances-vie luxembourgeoises permettent de faire rentrer dans le cadre fiscal privilégié de l'assurance-vie toutes sortes de placements financiers, avec quasiment aucune limitation. Celles-ci ne seront cependant accessibles que pour un investissement d'un montant d'un strict minimum d'un million €...

La fiscalité de l'assurance-vie est son second gros atout, puisqu'elle échappe à la fiscalité générale des revenus du patrimoine en France. Celle-ci est particulièrement lourde et punitive par rapport à d'autres pays, par exemple la Belgique qui n'impose pas du tout la plus-value tiré du patrimoine. Sous François Hollande la fiscalité générale des revenus du patrimoine pouvait aller jusqu'à plus de 60%, et toujours jusqu'à 30% depuis la présidence d'Emmanuel Macron. L'assurance-vie permet de baisser ce taux à 17,2% dans le meilleur des cas.

Cependant, l'avantage fiscal de l'assurance-vie se paye relativement cher par rapport à d'autres placements : frais de gestion compris entre 0.5% et 1% des montants placés chaque années, frais sur versement ou d'arbitrage pour les « mauvaises » assurances-vie, etc. Par rapport à un simple compte-titres ordinaires, les frais sont massivement supérieurs, sans nécessairement remettre totalement en cause l'intérêt du produit. Cela souligne cependant combien dans la défiscalisation, l’État enrichit surtout des intermédiaires à la valeur ajoutée discutable. Sous cet angle, une fiscalité homogène serait plus juste, et pourrait être plus légère.

Erreurs courantes sur l'assurance-vie

Malgré la popularité immense de l'assurance-vie (50 millions de contrats ouverts en France), l'assurance-vie est entourée de nombreux préjugés, souvent faux :

  • « On ne peut avoir qu'une seule assurance-vie » : il est au contraire possible (et recommandé) d'avoir plusieurs assurances-vie différentes, rien n'en limite le nombre
  • « L'assurance-vie, c'est uniquement du fonds euro » : si historiquement l'assurance-vie ne laissait investir qu'en fonds euro, cela fait désormais des décennies qu'il est possible d'investir sur tous types de supports : actions, obligations, immobilier via des SCPI, Private Equity, etc.
  • « L'assurance-vie est réservé aux riches » : ouvrir un contrat d'assurance-vie peut se faire avec 100 - 500€ généralement

Voir aussi

Liens externes


Pièce de deux euros.jpg Accédez d'un seul coup d’œil au portail finance.