Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Colonisation

De Wikiberal
Révision datée du 25 juin 2006 à 09:28 par Dardanus (discussion | contributions) (Des matières premières indispensables ?)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
TetesCoupees.jpg

La colonisation désigne le processus par lequel un pays ou un groupe de personnes établit une ou plusieurs colonies sur un territoire étranger (déjà occupé ou non par une population). La colonisation peut avoir différents buts : exploitation de matières premières, de main d’œuvre, position stratégique, espace vital, etc.

Le colonialisme est l'imposition d'une domination politique et militaire d'un pays sur un autre, dont le but peut être d'accroître la puissance du pays envahisseur. Il est jugé par les libéraux contraire au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

Si le colonialisme, au sens actuel du terme, remonte pratiquement aux grandes découvertes (1492) et même à l'antiquité (colonies romaines), le mot, lui, ne fait son apparition qu'avec le XXe siècle pour prendre presqu'aussitôt une coloration négative et susciter un autre néologisme l'anticolonialisme. La vague d'émancipation des colonies — ou décolonisation — qui débutera avec les années 1960 déclenchera divers scénarios visant à pérenniser la tutelle économique des pays colonisateurs ; cette phase sera stigmatisée sous le nom de néo-colonialisme.


Les idées reçues sur la colonisation

Les idées reçues que l'on trouve dans les journaux, les médias audiovisuels, les encyclopédies, les ouvrages spécialisés, évoquent les liens censés lier « indistinctement » capitalisme et colonialisme, le « pillage du tiers-monde », ou, pour reprendre une expression qu'affectionnent les auteurs de gauche lorsqu'ils parlent du monde pauvre, « l'échange inégal ». Elles concernent, bien sûr, ce qu'il est convenu d'appeler « l'impérialisme », où l'opposition qui séparerait « pays bourgeois » et « pays prolétaires » et qui lierait les premiers au second par un accord d'exploitation. Ces thèses faisant de « l'impérialisme le stade ultime du capitalisme » (Lénine) ont été démontées par plusieurs économistes, en particulier par Peter T. Bauer ou, plus récemment, Jacques Marseille. En réalité, c'est l'expansion de l'Etat-nation et la volonté politique de contrôler le commerce qui sont les causes de l'impérialisme.

Des matières premières indispensables ?

L’image d’un monde occidental pillant les richesses du Tiers Monde et s’industrialisant grâce à la colonisation est un lieu commun largement répété aujourd’hui. La dépendance énergétique des pays européens vis à vis des pays producteurs exportateurs de pétrole et la nécessité d’importer certains métaux présents dans des pays du Sud ont contribué à donner à ce mythe l’apparence de la réalité. En effet, cette dépendance est un phénomène récent, postérieur à 1950.

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le monde développé produisait plus d’énergie qu’il n’en consommait. Le pétrole jouait un rôle très secondaire (en 1913 moins de 1 % de la consommation d’énergie en Europe) et le plus important exportateur en était par ailleurs les États-Unis. C’est le charbon européen qui a permis l’essor de l’industrie européenne : le Royaume-Uni, le pays le plus industrialisé d’Europe, était le plus grand exportateur. Il est à noter que le coût du fret était plus élevé pour les importations en provenance d’outre-mer que pour les exportations, ce qui favorisait les exportations de produits à faible valeur : ainsi le Royaume-Uni exportait de l’énergie vers les actuels pays du Sud.

De même, avant 1914, le commerce du minerai de fer était essentiellement une activité intra-européenne, seule une faible partie venait de Tunisie et d’Algérie, les principaux producteurs étant la France, l’Espagne et la Suède. Le transport du minerai de fer sur grande distance n’était absolument pas rentable. Le déficit de l’Europe n’était que de 6 % en 1950. Le seul pays industrialisé dépendant largement de l’importation venant de pays non développés était le Japon dans la première moitié du XXe s. Les seuls minerais manquant nettement en Europe étaient le cuivre et l’étain surtout, dont la valeur était plus forte, mais leur poids dans la consommation globale était faible.

L’Europe n’a donc pas eu besoin de matières premières venues de ses colonies sauf le coton mais qui était en grande partie importé des États-Unis. Certes, certains produits étaient entièrement importés des pays du Sud, qui n’étaient pas nécessairement des colonies : le caoutchouc ou la guano mais leur importance économique était limitée. Inversement, les industries du verre, du ciment, de l’argile et du papier, autrement plus importantes, étaient entièrement autosuffisantes. Ainsi donc au total, selon les calculs de Paul Bairoch, l’autosuffisance des pays développés était de 94 à 96 % pour les matières premières.

En revanche, et c’est une des raisons du mythe, les pays du Sud (y compris les États indépendants d’Amérique latine) exportaient l’essentiel de leurs matières premières vers le monde occidental. Surtout, les colonies exportaient des produits primaires plus que des matières premières : ainsi l’arachide au Sénégal et le riz en Indochine. Les denrées alimentaires jouaient donc un rôle beaucoup plus important que les matières premières. L’industrialisation des pays développés loin d'être le résultat de la colonisation, a plutôt donné aux États européens les moyens de leur politique de conquête et de domination.

Des débouchés décisifs ?

Il y a un autre mythe cependant, le rôle décisif des débouchés coloniaux pour les industries occidentales : Jules Ferry, dans son célèbre discours de justification du 28 juillet 1885, ne parle nullement d’importations de matières premières mais bien de l’intérêt de disposer de marchés coloniaux réservés pour l'industrie nationale. Les débouchés pour les industries de la métropole représentaient à peu près le quart des exportations de produits manufacturés, soit moins de 8 % de la production industrielle pour la période 1900-1939. Comme tout marchés protégés, ils n’ont pas favorisé la modernisation et le progrès. D’ailleurs l’économie britannique se vit rattraper puis dépasser par les Etats-Unis et l’Allemagne. Globalement les pays colonisateurs ont connu une croissance plus faible : c'est l’exemple classique de la Belgique, dont la croissance économique est forte avant la colonisation, faible après. L’Empire a retardé la modernisation de l’industrie britannique comme de l’industrie française : les entreprises vendaient au-dessus des prix mondiaux, ce qui ne les incitaient guère à faire des efforts d'innovation. Ainsi, le fait que les marchés coloniaux aient profité à certains individus, certaines entreprises ou certaines régions ne signifie nullement que leur impact ait été positif pour l’ensemble de l’économie.

Paradoxes historiques

A contrario, les pays européens ont connu leur plus forte croissance économique lors des Trente Glorieuses, qui coïncident avec le démantèlement des empires coloniaux. Un autre argument historique peut aussi être invoqué : la colonisation est un phénomène bien antérieur au XIXe s. et la conquête de vastes territoires par l’Espagne et le Portugal par exemple au XVIe n’avait en rien provoqué un processus d’industrialisation mais un enrichissement très artificiel par pillage suivi d’une décadence très spectaculaire qui firent de ces deux pays les plus pauvres de l’Europe occidentale au moment de l’industrialisation


La position des libéraux sur la colonisation

De plus, sur le plan historique, la plupart des libéraux ont été les plus farouches opposants au colonialisme, tandis que son principal soutien était formé par les partis socialistes et plus généralement la gauche (des saint-simoniens à Jules Ferry).

Néanmoins, l'unanimité libérale anti-impérialiste doit être nuancée, notamment en France : si Frédéric Bastiat a dénoncé l'ineptie que représentait toute politique coloniale, ce n'est pas le cas d'un Tocqueville, qui a même prôné une politique agressive contre les Algériens qui résistaient à l'occupation française. Plus tard, un libéral comme Paul Leroy-Beaulieu défendra également le colonialisme.

En revanche, outre-Manche, les libéraux anticolonialistes, de Richard Cobden à Herbert Spencer, feront bloc contre l'expansionnisme de l'Empire britannique. Au XXe siècle, leur combat anti-impérialiste sera vigoureusement repris par les libertariens, notamment Murray N. Rothbard.

Citations

  • Les vraies colonies d'un peuple commerçant, ce sont les peuples indépendants de toutes les parties du monde. Tout peuple commerçant doit désirer qu'ils soient tous indépendants, pour qu'ils deviennent tous plus industrieux et plus riches; car plus ils sont nombreux et productifs, et plus ils présentent d'occasions et de facilités pour les échanges. Ces peuples alors deviennent pour vous des amis utiles, et qui ne vous obligent pas de leur accorder des monopoles onéreux, ni d'entretenir à grands frais des administrations, une marine et des établissements militaires aux bornes du monde. Un temps viendra où l'on sera honteux de tant de sottises, et où les colonies n'auront plus d'autres défenseurs que ceux à qui elles offrent des places lucratives à donner et à recevoir, le tout au dépens des peuples. (Jean-Baptiste Say)

Liens externes

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.