Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Différences entre les versions de « Controverse des deux Cambridge »

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
(Page créée avec « La '''Controverse des deux Cambridge''' est un épisode de l’histoire de la pensée économique. Elle opposa les partisans de la théorie néoclassique de la distributi... »)
 
m (divers)
 
(7 versions intermédiaires par un autre utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
La '''Controverse des deux Cambridge''' est un épisode de l’histoire de la pensée économique. Elle opposa les partisans de la théorie [[néoclassique]] de la distribution (Samuelson et Solow, basés à Cambridge aux Etats-Unis) aux critiques de cette théorie (Joan Robinson et Luigi Pasinetti, basés à Cambridge en Angleterre).
La '''Controverse des deux Cambridge''' est un épisode de l’histoire de la pensée économique. Elle opposa les partisans de la théorie [[néoclassique]] de la distribution ([[Paul Samuelson]] et [[Robert Solow]], basés à Cambridge aux Etats-Unis) aux critiques de cette théorie (Joan Robinson et Luigi Pasinetti, basés à Cambridge en Angleterre).


Le point crucial du débat est la pertinence de l’outillage analytique [[marginalisme|marginaliste]] pour expliquer la distribution du revenu global : pour les Cambridgiens UK (ou les « néo-ricardiens »), l’impossibilité d’agréger le capital en unités physiques homogènes pose un problème insurmontable pour les marginalistes.
Le point crucial du débat est la pertinence de l’outillage analytique [[marginalisme|marginaliste]] pour expliquer la distribution du revenu global : pour les Cambridgiens UK (ou les « néo-ricardiens », partisans d'un retour à la tradition [[École classique|classique]] en économie), l’impossibilité d’agréger le capital en unités physiques homogènes pose un problème insurmontable pour les marginalistes.


Le taux d’intérêt (la rémunération des capitalistes), en effet, est censé, pour les néoclassiques, être déterminé par la rareté relative du facteur [[capital]]. Or, évaluer la rareté relative du facteur capital nécessite de pouvoir mesurer la quantité de capital, quantité physiquement hétérogène : il faut trouver une aune à laquelle mesurer des biens d’équipements différents. La solution marginaliste serait de mesurer les biens d’équipement en valeur monétaire, c’est-à-dire par le flux de revenu actualisé qu’ils peuvent générer. Or, la notion de flux de revenu actualisé implique la notion de taux d’intérêt. Ici, la circularité apparait : le taux d’intérêt est déterminé par une variable (la rareté relative du facteur capital) elle-même dépendante du taux d’intérêt.
Le taux d’intérêt (la rémunération des capitalistes), en effet, est censé, pour les néoclassiques, être déterminé par la rareté relative du facteur [[capital]]. Or, évaluer la rareté relative du facteur capital nécessite de pouvoir mesurer la quantité de capital, quantité physiquement hétérogène : il faut trouver une aune à laquelle mesurer des biens d’équipements différents. La solution marginaliste serait de mesurer les biens d’équipement en valeur monétaire, c’est-à-dire par le flux de revenu actualisé qu’ils peuvent générer. Or, la notion de flux de revenu actualisé implique la notion de taux d’intérêt. Ici, la circularité apparaît : le taux d’intérêt est déterminé par une variable (la rareté relative du facteur capital) elle-même dépendante du taux d’intérêt.
 
== Références ==
 
* [http://fr.wikipedia.org/wiki/Controverse_des_deux_Cambridge Controverse des deux Cambridge] sur Wikipedia
* [[2003]], [http://www.econ.yorku.ca/~avicohen/Linked_Documents/JEP_Cohen_Harcourt.pdf Whatever Happened to the Cambridge Capital Theory Controversies], dans Journal of Economic Perspectives, vol. 17, no 1, 2003, p. 199-214, Avi J. Cohen et G.C. Harcourt
 
{{Portail économie}}

Version actuelle datée du 14 mai 2016 à 01:49

La Controverse des deux Cambridge est un épisode de l’histoire de la pensée économique. Elle opposa les partisans de la théorie néoclassique de la distribution (Paul Samuelson et Robert Solow, basés à Cambridge aux Etats-Unis) aux critiques de cette théorie (Joan Robinson et Luigi Pasinetti, basés à Cambridge en Angleterre).

Le point crucial du débat est la pertinence de l’outillage analytique marginaliste pour expliquer la distribution du revenu global : pour les Cambridgiens UK (ou les « néo-ricardiens », partisans d'un retour à la tradition classique en économie), l’impossibilité d’agréger le capital en unités physiques homogènes pose un problème insurmontable pour les marginalistes.

Le taux d’intérêt (la rémunération des capitalistes), en effet, est censé, pour les néoclassiques, être déterminé par la rareté relative du facteur capital. Or, évaluer la rareté relative du facteur capital nécessite de pouvoir mesurer la quantité de capital, quantité physiquement hétérogène : il faut trouver une aune à laquelle mesurer des biens d’équipements différents. La solution marginaliste serait de mesurer les biens d’équipement en valeur monétaire, c’est-à-dire par le flux de revenu actualisé qu’ils peuvent générer. Or, la notion de flux de revenu actualisé implique la notion de taux d’intérêt. Ici, la circularité apparaît : le taux d’intérêt est déterminé par une variable (la rareté relative du facteur capital) elle-même dépendante du taux d’intérêt.

Références


Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.