Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Différences entre les versions de « Démocratie, le dieu qui a échoué »

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ligne 18 : Ligne 18 :


==La [[monarchie]], la démocratie, et l’idée d’ordre naturel==
==La [[monarchie]], la démocratie, et l’idée d’ordre naturel==
Hoppe nous propose dans le second volet, l’analyse historique factuelle de la déchéance et de la perte de liberté venues avec et par la démocratie moderne. Ce qu’il appelle la concentration sur le présent des individus, par opposition à leur orientation vers le futur, y est ainsi révélé comme le fait décivilisationnel majeur marquant le {{s|XX}}. Ceci à la fois à partir d’un exposé théorique limpide, dans la pure tradition a priori des économistes autrichiens, puis à partir d’une foule de données empiriques historiques choisies en cohérence. L’exposé théorique comme historique établit, sans laisser grande place au doute, la hiérarchie nette qu’il dessine ce faisant entre [[liberté]], monarchie et démocratie. Par cette critique rigoureuse et systématique, ce texte est un de ses plus incisifs qui soit envers la démocratie, et il a probablement contribué à la réputation erronée de Hoppe comme monarchiste. Il a contribué également à forger son statut de leader anti-politiquement correct de la pensée libérale et de l’héritage des [[Lumières]] occidentales.
==Monarchie, démocratie, opinion publique et délégitimation==
==Monarchie, démocratie, opinion publique et délégitimation==
==Démocratie, redistribution, et destruction de la propriété==
==Démocratie, redistribution, et destruction de la propriété==

Version du 17 juin 2020 à 10:47

Démocratie, le dieu qui a échoué
Democracy: The God That Failed
Démocratie, le dieu qui a échoué.jpg
Auteur : Hans-Hermann Hoppe
Genre
philosophie politique
Année de parution
2001
Interwiki
Medium Amazon New Logo.jpg https://www.amazon.fr/gp/product/B085TQVK6B/
Index des essais libéraux
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

Démocratie, le dieu qui a échoué (Democracy: The God That Failed), ouvrage de philosophie politique publié en 2001 par l'économiste Hans-Hermann Hoppe, démonte les mythes qui entourent la démocratie en appliquant la théorie économique autrichienne à la politique et à l'histoire.

Pascal Salin a préfacé la traduction française élaborée par Stéphane Geyres et Daivy Merlijs en 2019.

La préférence temporelle, l’État, et le processus de décivilisation

Le premier chapitre pose l’objectif général, les bases théoriques, et la perspective historique et politique qui serviront d’épine dorsale aux chapitres suivants. Le lecteur y trouvera un texte riche et dense, où chaque phrase compte, mûrement pesée mais restant très accessible, sur le lien entre civilisation et la nature privée ou pas du régime politique. Nous n’avons pas affaire à une vague critique simplement polémique, dont il serait facile de balayer les arguments d’un revers de main. Les pages tournent et la démocratie se révèle, face à la civilisation.

La monarchie, la démocratie, et l’idée d’ordre naturel

Hoppe nous propose dans le second volet, l’analyse historique factuelle de la déchéance et de la perte de liberté venues avec et par la démocratie moderne. Ce qu’il appelle la concentration sur le présent des individus, par opposition à leur orientation vers le futur, y est ainsi révélé comme le fait décivilisationnel majeur marquant le XXe siècle. Ceci à la fois à partir d’un exposé théorique limpide, dans la pure tradition a priori des économistes autrichiens, puis à partir d’une foule de données empiriques historiques choisies en cohérence. L’exposé théorique comme historique établit, sans laisser grande place au doute, la hiérarchie nette qu’il dessine ce faisant entre liberté, monarchie et démocratie. Par cette critique rigoureuse et systématique, ce texte est un de ses plus incisifs qui soit envers la démocratie, et il a probablement contribué à la réputation erronée de Hoppe comme monarchiste. Il a contribué également à forger son statut de leader anti-politiquement correct de la pensée libérale et de l’héritage des Lumières occidentales.

Monarchie, démocratie, opinion publique et délégitimation

Démocratie, redistribution, et destruction de la propriété

Centralisation et sécession

Socialisme et désocialisation

Libre immigration et intégration forcée

Libre-échange et immigration limitée

Coopération, tribu, ville et État

Conservatisme et libertarianisme

Les erreurs du libéralisme classique et le futur de la liberté

L’État et la production privée de la sécurité

L’impossibilité d’un État limité et la perspective d’une révolution

Liens externes