Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Différences entre les versions de « Emmanuel Le Roy Ladurie »

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
m (Page créée avec « Emmanuel Le Roy Ladurie est un historien français. == Portrait == Ancien membre du Parti communiste français, il rompt en 1956 comme sa consœur Annie Kriegel et son ... »)
 
m (correction)
Ligne 2 : Ligne 2 :


== Portrait ==
== Portrait ==
Ancien membre du Parti communiste français, il rompt en 1956 comme sa consœur [[Annie Kriegel]] et son collègue [[François Furet]], après l'invasion de la Hongrie par l'Union soviétique. Il a depuis renié le mouvement communiste et son ancien engagement politique<ref>Voir ''Ouverture, société, pouvoir : de l’Édit de Nantes à la chute du communisme'' (en collaboration avec Guillaume Bourgeois, Fayard, 2004) et ''Les grands procès politiques ou la pédagogie infernale'' (Rocher, 2002).</ref>  
Ancien membre du Parti communiste français, il rompt en 1956 comme sa consœur [[Annie Kriegel]] et son collègue [[François Furet]], après l'invasion de la Hongrie par l'Union soviétique. Il a depuis renié le mouvement communiste et son ancien engagement politique<ref>Voir ''Ouverture, société, pouvoir : de l’Édit de Nantes à la chute du communisme'' (en collaboration avec Guillaume Bourgeois, Fayard, 2004) et ''Les grands procès politiques ou la pédagogie infernale'' (Rocher, 2002).</ref>.


Historien, Emmanuel Le Roy Ladurie a commencé sa carrière comme enseignant à Montpellier (1955-1957), puis devient il est devenu assistant à la Faculté de lettres de Montpellier (1960-1963) pendant son doctorat ès lettres ''Les Paysans de Languedoc'' (1966), et publie plus tard son succès public ''Montaillou, village occitan'' (1975),  emblème de l''école des Annales . Il obtient ainsi la reconnaissance de ses pairs en occupant la chaire d'histoire de la civilisation moderne au Collège de France depuis 1973.
Historien, Emmanuel Le Roy Ladurie a commencé sa carrière comme enseignant à Montpellier (1955-1957), puis devient il est devenu assistant à la Faculté de lettres de Montpellier (1960-1963) pendant son doctorat ès lettres ''Les Paysans de Languedoc'' (1966), et publie plus tard son succès public ''Montaillou, village occitan'' (1975),  emblème de l'''école des Annales''. Il obtient ainsi la reconnaissance de ses pairs en occupant la chaire d'histoire de la civilisation moderne au Collège de France depuis 1973.


Il est auteur de plusieurs essais sur l'histoire des climats et des régions françaises. Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue libérale ''[[Commentaire]]''.
Il est auteur de plusieurs essais sur l'histoire des climats et des régions françaises. Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue libérale ''[[Commentaire]]''.

Version du 6 septembre 2010 à 13:01

Emmanuel Le Roy Ladurie est un historien français.

Portrait

Ancien membre du Parti communiste français, il rompt en 1956 comme sa consœur Annie Kriegel et son collègue François Furet, après l'invasion de la Hongrie par l'Union soviétique. Il a depuis renié le mouvement communiste et son ancien engagement politique[1].

Historien, Emmanuel Le Roy Ladurie a commencé sa carrière comme enseignant à Montpellier (1955-1957), puis devient il est devenu assistant à la Faculté de lettres de Montpellier (1960-1963) pendant son doctorat ès lettres Les Paysans de Languedoc (1966), et publie plus tard son succès public Montaillou, village occitan (1975), emblème de l'école des Annales. Il obtient ainsi la reconnaissance de ses pairs en occupant la chaire d'histoire de la civilisation moderne au Collège de France depuis 1973.

Il est auteur de plusieurs essais sur l'histoire des climats et des régions françaises. Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue libérale Commentaire.

Notes et références

  1. Voir Ouverture, société, pouvoir : de l’Édit de Nantes à la chute du communisme (en collaboration avec Guillaume Bourgeois, Fayard, 2004) et Les grands procès politiques ou la pédagogie infernale (Rocher, 2002).