Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Henry Kaufman

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
La version imprimable n’est plus prise en charge et peut comporter des erreurs de génération. Veuillez mettre à jour les signets de votre navigateur et utiliser à la place la fonction d’impression par défaut de celui-ci.

Henry Kaufman est un économiste et banquier américain né en 1927.

Présentation

Il nait dans une famille juive allemande en 1927. Il émigre avec sa famille aux Etats-Unis dans les années 1930. Il étudie la finance à la New York University (B.A. en économie) puis à Columbia (Master of Science in finance). Il obtient enfin un Ph.D. en finance à la Stern School of Business de la New York University.

Il devient ensuite économiste à la Federal Reserve Bank de New York. Il rejoint par la suite Salomon Brothers (1962-1988), dont il devient l'un des dirigeant de l'activité recherche et membre du comité exécutif. Il se fait connaitre dans les années 1970 et 1980 pour sa prudence voire son pessimisme sur l'évolution du rendement des obligations à cause d'une hausse des taux d'intérêts. Cela lui valut le surnom de Dr. Doom.

Il a également siégé au comité d'administration de Lehman Brothers. Il dirige aujourd'hui sa propre entreprise de conseil financier, Henry Kaufman & Company Inc.

Idées

C'est un critique ardent de la concentration dans le secteur bancaire, qui a fortement augmenté récemment. Il rappelle ainsi que, en 1990, les dix plus grandes banques détenaient 10% des actifs financiers américains, contre plus de 60% en 2009. La faillite d'une grande banque présentant des risques majeurs pour la stabilité du système, il faut démanteler les grandes banques et empêcher leur émergence par des lois antitrust. Ainsi, l'allocation du crédit ne serait plus impactée par les politiques publiques, et en particulier par le too big to fail et l'aléa moral qui en découle.

En outre, il plaide pour une augmentation des niveaux de fonds propres imposés aux banques, ce qui réduirait donc le risque (et la profitabilité) des établissements bancaires, à l'effet de levier très élevé.

Il pointe aussi le rôle de la politique monétaire laxiste de la réserve fédérale américaine dans la genèse de la crise financière de 2007.

Citation

  • « Je suis en faveur d'une doctrine qui consiste à dire qu'aucune institution n'est trop importante pour faire faillite. Ca veut donc dire qu'il faut réduire leur taille. [..] C'est la seule façon d'assurer que l'allocation du crédit sera assurée par le marché »[1]

Notes et références

  1. "Aucune banque n'est trop grande pour faire faillite", Les Echos, 2 novembre 2009, p.13

Bibliographie

  • "Aucune banque n'est trop grande pour faire faillite", Les Echos, 2 novembre 2009, p.13


Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.