Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Herbert J. Davenport

De Wikiberal
Révision datée du 24 juin 2008 à 21:26 par Ludovic Sesim (discussion | contributions) (Nouvelle page : '''Herbert J. Davenport''', 1861-1931 était un économiste américain dont la pensée est à la croisée de trois grandes écoles : l'école institutionnaliste américaine a...)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

Herbert J. Davenport, 1861-1931 était un économiste américain dont la pensée est à la croisée de trois grandes écoles : l'école institutionnaliste américaine avec Thorstein Veblen, l'école de Chicago de Frank Knight et l'école autrichienne d'économie.

Sa formation intellectuelle

Il est né dans le Vermont. Il a étudié dans le Dakota du Sud, à Harvard, à Paris avant d'obtenir finalement son doctorat à l'université de Chicago en 1898 sous la direction de Thorstein Veblen. Il commença sa carrière à l'université de Chicago avant de poursuivre à l'université du Missouri en 1908, et finalement terminer sa carrière à partir de 1916, à l'université de Cornell.

Tout en acceptant le travail de Thorstein Veblen sur l'hétérogénéité psychologique qui sous-tend le comportement économique des individus, Herbert Davenport rejeta néanmoins l'approche institutionnaliste américaine. Au lieu de cela, il articula sa pensée dans un mélange étrange de l'école autrichienne et de l'école de Lausanne sur des bases veblenienne, ce qui le rapprocha de son collègue de travail à l'université de Cornell, Frank A. Fetter. Toutefois, le véritable héritier de Herbert Davenport fut son brillant élève, Frank Knight.

Une distance vis-à-vis de l'école autrichienne

Selon le point de vuie de Herbert Davenport, la théorie autrichienne du coût alternatif était essentiellement juste mais il prétendait que le reste de la théorie marginaliste de la valeur était fondée sur de mauvais soubassements psychologiques. Il n'existe pas, selon l'avis de Davenport, un seul principe universel régissant le comportement économique. Faute d'une théorie alternative, la théorie de l'utilité marginale pourrait bien servir d'outil analytique pour un seul individu. Mais cela conduit à un non-sens lorsqu'on tente de l'étendre à l'échelle de tous les individus dans tous les marchés ou dans toutes les sociétés. En outre, il étit géné par les implications éthiques souvent présentées par les économistes contemporains comme "maximiser l'utilité", "l'efficacité", "la productivité" et "la richesse". Sa contribution intéressante repose sur sa conception micro-économique. Le chef d'enterprise est l'acteur central dans le domaine économique[1]


Herbert Davenport a rejeté la division tripartite des facteurs de production - en faisant valoir que la main-d'œuvre et la terre sont des moyens de production produits et, par conséquent, ils partagent les mêmes caractéristiques que le «capital». Le taux d'intérêt, cependant, était pour lui un phénomène monétaire et, à son avis, les déséquilibres financiers ont été à l'origine de la précipitation des fluctuations économiques. Ces fluctuations pourraient également ne pas être auto-régulatrices, et donc l'intervention des pouvoirs publics pourrait être demandée. Ainsi, comme Frank Knight le note plus tard, "Herbert Davenport a été un précurseur de Keynes. Dans certains paragraphes, Il est impossible de savoir si on lit Keynes ou non"[2]

Notes et références

  1. l'économie de l'entreprise (1914)
  2. (Frank Knight, 1942 cité dans Don Patinkin, 1973).

Bibliographie

  • 1894, The Formula of Sacrifice [La formule du sacrifice], JPE
  • 1896, Outlines of Economic Theory
  • 1897, The Real Cost of Tariff [Le vrai coût du tarif], JPE
  • 1898, Outlines of Elementary Economic Theory [Contours de la théorie économique élémentaire]
  • 1902, Proposed Modifications in Austrian Theory and Terminology [Modifications proposées dans la théorie autrichienne et dans la terminologie]
  • 1904, Capital as a Competitive Concept [Capital en tant que concept de concurrence], JPE
  • 1908, Value and Distribution [Valeur et distribution], Notes de cours
  • 1910, Social Productivity versus Private Acquisitions [Productivité sociale contre acquisitions Privées", QJE
  • 1911,
    • a. The Extent and the Significance of the Unearned Increment [L'étendue et l'importance de l'accroissement de la tranche non acquise], AER
    • b. Cost and Its Significance [Le Coût et son importance], AER
  • 1914, Economics of Enterprise [Economie de l'entreprise], notes de cours
  • 1916, commentaire du livre de Frank A. Fetter, Economic Principles, JPE
  • 1917, Theoretical Issues in the Single Tax [Questions théoriques sur l'impôt unique], AER
  • 1919, The War-Tax Paradox [Le paradoxe de la guerre fiscale], AER
  • 1921, The Post-War Outlook [Perspectives de l'après-guerre], AER
  • 1935, The Economics of Alfred Marshall

Littérature secondaire

  • 1914, Wesley C. Mitchell, Commentaire du livre de de Herbert Davenport, "l'économie de l'entreprise", AER


Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.