Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Hindouisme

De Wikiberal
Révision datée du 10 mai 2014 à 12:53 par Dilbert (discussion | contributions) (Citations)

L’hindouisme (sanskrit devanāgarī: सनातनधर्म, sanātanadharma - « Loi Éternelle ») est l'une des plus vieilles religions du monde encore pratiquées. Issue du sous-continent indien (Inde, Népal, Bhoutan, Pakistan, Bangladesh, Sri Lanka, Maldives), elle réunit près d'un milliard de fidèles, ce qui en fait la troisième religion la plus répandue dans le monde après le christianisme et l'islam.

Définition et cadre historique

L’hindouisme est fondé sur l’acceptation des Védas[1] et des six systèmes de philosophie hindoue (Nyāya, Vaiśeṣika, Sāṃkhya, Yoga, Mīmāṃsā et Vedānta).

A ce cadre, défini de façon formelle par la Cour suprême de l'Inde en 1966, s'adjoignent l’esprit de tolérance et de bonne volonté, (...) l’acceptation de la croyance dans la renaissance et la préexistence des êtres, la reconnaissance du fait que les moyens ou les manières d’accéder au salut[2] (moksha) sont multiples (ce qui rend cette religion, comme le bouddhisme, compatible avec l'athéisme).

On distingue au moins deux périodes historiques de développement de l'hindouisme  :

  • la période védique (1800 à 800 av. J.-C.) : selon les conceptions védiques, l'ordre du monde (le dharma) est garanti par les dieux ; les sages (rishis) entendent la parole originelle ; le monde repose sur un énigmatique substrat, le brahman ; importance du rite pour maintenir l'ordre du monde ;
  • la période des Upanishad (VIIIe s. au IIIe s. av. J.-C.) : tous les êtres participent du même être suprême (brahman) ; le divin n'est plus inaccessible, il est intériorisé ; coexistence de différentes voies d'accès au divin : voie intellectuelle (jñana), dévotionnelle (bhakti), etc.

Hindouisme et droit

L’hindouisme se caractérise par le système des castes (varna vyavastha), fondé sur la naissance, mis en place probablement après l'arrivée des Indo-Aryens en Inde du Nord : Brahmanes (prêtres), Kshatriyas (guerriers, rois et administrateurs), Vaishyas (paysans, commerçants et artisans, Shudras (serviteurs), système auquel on peut ajouter les hors-castes (Dalit, « intouchables »).

Il existe un "droit hindou" fondé sur deux sources : les traités sur le dharma (par exemple les Lois de Manu) et leurs commentaires, et la coutume. Bien qu'ils influencent fortement la structure sociale (comme la séparation en castes), il s'agit davantage de guides de comportement à visée morale que de règles obligatoires.

Selon Max Weber[3], il n'y a pas de concept de droit naturel dans l'hindouisme, bien que le Mahabharata évoque un "droit éternel" (sasvata dharma). Le droit est étroitement lié à la caste (Stand dans le vocabulaire de Weber), et aux rapports établis entre chaque caste. Il n'y a en théorie, indique Weber, ni "droits de l'homme", ni État, ni citoyenneté, ni éthique politique ; la loi du plus fort et le "charisme" du chef déterminent tout.

Voir aussi

Notes et références

  1. Un fait assez paradoxal, souligné par Max Weber, est que le Véda est le "livre sacré" de l'hindouisme alors qu'il ne contient aucun des éléments fondamentaux de cette religion (dieux, castes, doctrine de la métempsychose et du karma, etc.). Il s'agit davantage pour le fidèle de reconnaître la tradition hindoue qui se rattache au Véda plutôt que le Véda lui-même (on sait que les dharmas "hétérodoxes", comme le jaïnisme et le bouddhisme, rejettent complètement cette tradition ainsi que l'autorité des brahmanes qu'elle implique).
  2. Max Weber souligne que la définition même de "salut" est très large. Il distingue au moins 3 types de salut : une meilleure renaissance ; la félicité divine (accueil dans l'au-delà par un dieu, à la façon chrétienne) ; la fusion dans le Tout ou la disparition dans le nirvana, à la façon bouddhique.
  3. Hindouisme et bouddhisme, Champs-Flammarion, 2003, p.258.

Citations

  • L'hindouisme est apparu comme une vision spirituelle du monde qui rejette le matérialisme. En réalité, elle a été l'outil grâce auquel un groupe conquérant a réussi à légitimer son vol du pouvoir, du prestige et des biens d'un superorganisme rival (...) Aux alentours de 1500 avant J.C., un groupe d'Aryens venus d'Iran attaquèrent et soumirent violemment la population indienne. Cette tribu conquérante fut à l'origine du système indien des castes. Les trois premières castes étaient exclusivement réservées aux Iraniens "deux fois nés" : les Kshatriyas composaient les guerriers et aristocrates ; les Brahmanes regroupaient les prêtres iraniens ; et les Vaishyas rassemblaient les propriétaires et les marchands. (...) Dans le système hindou, les descendants iraniens étaient nés avec tous les privilèges auxquels les Nazis d'Hitler rêvaient un jour. (Howard Bloom, Le Principe de Lucifer)


Liens externes

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

7640-efdur-Babelwiki.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur les sujets de société.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.