Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Différences entre les versions de « Horace Say »

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
m (catégories)
 
m
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{Infobox individu
| identité        =Horace Say
| type            = [[:catégorie:économistes|économiste]]
| dates          = [[1794]]-[[1860]]
| image          =
| tendance        = [[libéralisme classique|libéral classique]] et [[minarchie|minarchiste]]
| citation        =
| Catallaxia      =
| Librairal      =
}}
'''Horace Emile Say''' né à Noisy le 11 mars [[1794]] et mort en août [[1860]] est un négociant et un économiste français connu surtout pour être le fils de [[Jean-Baptiste Say]] et le père de [[Léon Say]].  
'''Horace Emile Say''' né à Noisy le 11 mars [[1794]] et mort en août [[1860]] est un négociant et un économiste français connu surtout pour être le fils de [[Jean-Baptiste Say]] et le père de [[Léon Say]].  


Ligne 17 : Ligne 27 :


{{auteurs}}{{XIXe siècle}}
{{auteurs}}{{XIXe siècle}}
{{libéraux classiques}}{{minarchistes}}
{{libéraux classiques}}{{minarchistes}}[[catégorie:économistes]]

Version du 26 novembre 2007 à 22:21

Horace Say
économiste

Dates 1794-1860
Tendance libéral classique et minarchiste
Origine {{{nationalité}}}
Articles internes Autres articles sur Horace Say

Citation
inter lib.org sur Horace Say

Horace Emile Say né à Noisy le 11 mars 1794 et mort en août 1860 est un négociant et un économiste français connu surtout pour être le fils de Jean-Baptiste Say et le père de Léon Say.


Biographie

Après des études à Genève, suivant la tradition de nombreuses familles protestantes, il entre dans la maison de commerce de Delaroche-Delessert et part en 1813 aux Etats-Unis puis au Brésil pendant plusieurs années. Il devait écrire à l’instigation de son père une Histoire des relations commerciales entre la France et le Brésil (1830).

De retour en France, il fonde à Paris en 1818 une maison de commission pour l’Amérique du Sud. Juge au tribunal de commerce (1831) membre de la chambre de commerce (1834), il siège au conseil municipal de Paris et au conseil général de la Seine. Il est envoyé par l’Assemblée nationale au Conseil d’État (1849-1851).

En qualité de président de la Chambre de Commerce, il dirige une enquête sur l’industrie de Paris entre 1848 et 1851 où 32 000 établissements sont visités. Son rapport obtient en 1853 le grand prix de statistiques décerné par l’Académie des Sciences. Il compte au nombre des fondateurs de la Société d'économie politique, de la librairie Guillaumin, du Journal des Économistes et du Journal du Commerce. Il a également collaboré au Dictionnaire d’Économie politique et au Dictionnaire du Commerce et des marchandises.


Source

  • D. E. notice dans le Nouveau Dictionnaire d'Économie politique (dir. Léon Say et Joseph Chailley), Paris 1900, t. II p. 791


5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.