Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Internet

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
La version imprimable n’est plus prise en charge et peut comporter des erreurs de génération. Veuillez mettre à jour les signets de votre navigateur et utiliser à la place la fonction d’impression par défaut de celui-ci.

Internet est un système d'interconnexion de machines constituant un réseau informatique mondial, utilisant un ensemble standardisé de protocoles de transfert de données. C'est donc un réseau de réseaux, sans centre névralgique, composé de millions de réseaux aussi bien publics que privés, universitaires, commerciaux et gouvernementaux.

Internet est un élément essentiel de la liberté d'expression. Comme ces deux grandes inventions historiques que furent les l'écriture et la technologie de l'imprimerie, il permet d'abaisser le coût d'accès à la connaissance et à la culture, en contrecarrant la censure.

Le 21e siècle a d'ailleurs connu nombre de mouvements qui ont en commun de défendre un idéal de liberté (plus ou moins bien exprimé), et d'utiliser Internet pour se mobiliser : les printemps arabes, le mouvement des Indignés, le Tea Party, Occupy Wall Street, les "partis pirates", etc.

La naissance d'internet

Le développement d'Internet a commencé dans les années 1960 en tant que projet de l'Agence des projets de recherche avancée (ARPA) du ministère de la Défense américaine, qui envisageait un réseau informatique décentralisé capable de fonctionner même si certaines parties de celui-ci étaient endommagées par une attaque nucléaire. À la fin des années 1970, des liens se sont développés entre ARPANet et ses homologues dans d'autres pays. Le réseau s'est développé rapidement tout au long des années 1980, lorsque les universités, les sociétés de recherche et les agences gouvernementales ont commencé à connecter leurs ordinateurs à ce réseau mondial.

Bien qu'Internet ait commencé comme un projet gouvernemental, il a évolué bien au-delà de sa conception originale. Ce faisant, il a renforcé l'un des principaux arguments de Friedrich Hayek en faveur de la liberté : des ordres complexes peuvent émerger sans planification centrale coercitive. Personne n'a planifié Internet tel qu'il est aujourd'hui, et aucun organisme ne le régit de façon centralisée. Pourtant, il y a de l'ordre dans l'anarchie consensuelle que propose le réseau Internet. Dans son ouvrage, "Law, Legislation, and Liberty", Friedrich Hayek suggère que la société ne peut exister que si des règles de conduite des individus évoluent afin que ceux-ci se comportent d'une manière qui rend la vie sociale possible. L'environnement du cyberespace n'est pas différent. Sur Internet, certaines règles de conduite justes, appelée la "Nétiquette", ont évolué et sont devenues universellement acceptées.

Ce qu'Internet apporte à la liberté

  • liberté d'expression beaucoup plus difficile à réprimer ; contestation politique plus facile à mener
  • remise en cause de la notion étatique de propriété intellectuelle (partage facilité par protocoles pair-à-pair, plates-formes de téléchargement gratuit)
  • diffusion facilitée d'informations retenues par les États (WikiLeaks, pratique du whistleblowing, etc.)
  • facilitation d'initiatives collectives ou collaboratives (réseaux sociaux, wikis, microfinance, crowdfunding, Free State Project, projet Libres !, etc.)
  • liberté monétaire accrue (bitcoin, monnaies privées)
  • économie collaborative : services entre individus rendus plus compétitifs par suppression des intermédiaires : covoiturage (Uber), logement (Airbnb), vente aux enchères (eBay), etc.

Annexes

Publications

Articles connexes

Citations

  • Son mode de fonctionnement coopératif n’est pas conçu pour offrir des services commerciaux. Sa large ouverture à tous types d’utilisateurs et de services fait apparaître ses limites, notamment son inaptitude à offrir des services de qualité en temps réel de voix ou d’images. (...) Ce réseau est donc mal adapté à la fourniture de services commerciaux. Le chiffre d'affaires mondial sur les services qu'il engendre ne correspond qu'au douxième de celui du Minitel. Les limites d'Internet démontrent ainsi qu'il ne saurait, dans le long terme, constituer à lui tout seul le réseau d'autoroutes mondial. (rapport Théry de 1994, « Les autoroutes de l’information »)
  • Autour de 2005, il sera clair que l'impact d'internet sur l'économie n'aura pas dépassé celui du fax. (Paul Krugman en 1998)
  • L'Internet représente une menace pour ceux qui savent et qui décident. Parce qu'il donne accès au savoir autrement que par le cursus hiérarchique. (Jacques Attali, Libération, mai 2000)

Liens externes

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.