Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



James Turk

De Wikiberal
Révision datée du 17 décembre 2014 à 21:54 par Dilbert (discussion | contributions) (L'indice de la peur)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
James Turk
'

Dates
James Turk.jpg
Tendance école autrichienne d'économie
Origine États-Unis États-Unis
Articles internes Liste de tous les articles

Citation En détenant du métal physique, vous vous préparez à ce qui ressemble à un écroulement des monnaies-fiat. En fait, j'appelle l'environnement actuel une bulle des monnaies-fiat.
inter lib.org sur James Turk

James Turk est le fondateur et président de GoldMoney (www.goldmoney.com), un site internet créé en 2001 avec son fils Geoff Turk. Ce site offre un moyen pratique et économique d'acheter et de vendre en ligne de l'or, de l'argent, du platine et du palladium. Leur idée a commencé dans les années 1990 avec un premier brevet permettant aux gens de transférer électroniquement de l'or comme un virement bancaire. A l"époque, leur brevet était considéré comme révolutionnaire dans la communauté du négoce des métaux précieux. Il permet aux investisseurs de détail de transférer électroniquement de l'or (l'or numérique) comme s'il s'agissait d'un virement de trésorerie. Mais au lieu de recevoir du papier-monnaie, le réceptionnaire reçoit un certificat de propriété d'or ou du métal précieux spécifié dans le transfert. L'or physique est conservé dans des coffres-forts en toute sécurité.

Après son premier diplôme universitaire, en 1969, de l'Université George Washington avec un baccalauréat ès arts en économie internationale, James Turk s'est spécialisé dans le secteur bancaire international, dans la finance et les investissements. Il a travaillé à la Chase Manhattan Bank (aujourd'hui JP Morgan Chase) et à l'Abu Dhabi Investment Authority. De 1987 à 2009, il a écrit Le rapport "The Freemarket Gold & Money Report", et il participe maintenant au blog de fgmr.com (Free Gold Money Report).

L'influence de l'école autrichienne dans sa vocation professionnelle

La Fondation GoldMoney est une organisation éducative sans but lucratif, créée en 2010, par GoldMoney Network Limited. L'objectif de la Fondation est de promouvoir et de soutenir des initiatives éducatives qui exposent les principes d'une monnaie saine. Ses principes sont basées sur le cadre scientifique développé au sein de l'École autrichienne d'économie, avec un accent particulier sur les œuvres de Ludwig von Mises et de Murray Rothbard. Une monnaie économiquement viable et politiquement honnête encourage et facilite les interactions harmonieuses entre les individus, et par conséquent elle est indispensable pour chaque société construite sur les fondations d'un libre marché et protégée par une règle de droit qui garantit le droit de propriété privée.

Durant ses années universitaires, les professeurs keynésiens en économie, s'appuyant sur leur théorie, déclaraient que l'or était une curiosité archaïque qui n'avait plus aucune utilité monétaire et que sa valeur pouvait chuter à environ 7,50 $ par once après que le gouvernement américain cesse de le soutenir à 35 $ l'once. Par sérendipité, James Turk a découvert dans un livre de Harry Browne que le prix de l'or, loin de chuter, allait augmenter. C'est alors qu'il a commencé à rechercher à comprendre comment le monde monétaire fonctionnait vraiment et à s'écarter des thèses universitaires keynésiennes irréalistes et fallacieuses.

Agir pour redonner sa chance à l'or comme monnaie avant qu'il ne soit trop tard

Dans son dernier livre, James Turk traite de l'effondrement du dollar et comment en tirer profit (2004) (www.dollarcollapse.com). Il y dénonce les illusions qui ont cours aux États-Unis : la dette publique ou privée n'est pas un problème... ; le gouvernement sait gérer la monnaie... ; l'économie américaine ne dépend pas des marchés étrangers... ; l'or est anachronique et inutile dans une économie moderne... Bien entendu, tous ces arguments sont fallacieux.

Selon James Turk, il est tout à fait clair que les gouvernements essaient d'empêcher le prix de l'or d'augmenter. Mais l'augmentation du prix de l'or est inévitable quand les monnaies nationales (ou régionales) sont avilies, comme cela se produit actuellement pour certaines monnaies (dollar américain ou Yen japonais). Et plutôt que de laisser les forces du marché libre prendre le relais, les gouvernements tentent de nier la réalité. Ils essaient de modifier la pensée des acteurs sur le marché de l'or en faisant croire que l'or ne vaut pas la peine de s'y intéresser. Selon James Turk, les gouvernements se livrent à une propagande anti-or avec leurs différentes formes d'interventions directes qui rappellent les années 1960, selon les dires du financier américain.

Après avoir rempli son rôle de monnaie internationale durant 5000 ans, l'or fut supplanté par la monnaie fiduciaire imposée par la force des gouvernements depuis ces 40 dernières années. Cependant, James Turk présente la monnaie fiduciaire comme une expérience de l'histoire qui doit s'écourter le plus rapidement possible avant une faillite catastrophique de nos civilisations. La monnaie fiduciaire est à l'origine du creusement des déséquilibres mondiaux, de l'augmentation incontrôlée de la dette publique et des instruments financiers en complète dérive. Elle a avili de façon continue le pouvoir d'achat des habitants et elle a aggravé les turbulences monétaires et financières. Il reste un espoir, nous prévient James Turk, mais il ne faut pas laisser passer notre chance de survie car les attributs qui ont fait de l'or une monnaie existent toujours. En premier lieu, l'or garde une place privilégiée dans l'esprit des gens qui ne l'ont pas oublié. Et la hausse des prix de l'or, cette dernière décennie, montre que l'or peut retrouver sa place initiale en tant que monnaie internationale.

L'indice de la monnaie-or

Les traders sur les marchés financiers traitent l'or comme tout autre bien. Quand ils pensent qu'il est sous-évalué, alors ils l'achètent et inversement ils le vendent lorsqu'ils pensent qu'il est surévalué. Un trader efficace sait donc évaluer l'or avec exactitude pour bien gérer son portefeuille d'actifs financiers.

Cependant, l'or n'est pas un bien comme les autres. L'or est de la monnaie. Sa valeur ne peut pas être mesurée à l'aide des techniques standards utilisées pour évaluer les placements financiers. L'or n'est pas un investissement, car il ne produit pas de flux de trésorerie. James Turk déclare qu'il s'agit d'un actif stérile. Par conséquent, comme pour toutes les monnaies, l'or ne crée pas de richesse, mais l'or est une richesse car sa détention caractérise une forme monétaire de pouvoir d'achat différé. James Turk déclare que cette fonction de réserve de valeur est l'une des tâches les plus importantes par rapport aux autres monnaies. Ainsi, lorsque le prix de l'or augmente, la richesse est transférée vers les gens qui possèdent de l'or et s'éloigne des personnes détenant la monnaie nationale utilisée pour indiquer le prix de l'or (par exemple le dollar américain ou l'euro).

Le libre marché de l'or permet de révéler les propriétaires légitimes, à savoir, ceux qui choisissent judicieusement la bonne monnaie parmi les différentes devises disponibles pour leurs besoins de liquidité. Le choix judicieux de ces personnes consistent à reconnaître les monnaies qui sont surévaluées et celles qui sont sous-évaluées.

James Turk utilise un indice de monnaie or, qui valorise l'or en fonction de son rôle historique en tant que monnaie internationale et en tant que numéraire.

Indice prix or.png
Gold Money Index.png

Sur ce graphique, il y a deux prix de l'or : le prix réel (en doré) et le prix de sa « juste valeur » (en gris). Au début des années 1960, le dollar était légèrement sous-évalué par rapport au prix de l'or. Le prix réel de l'or était au-dessus de sa juste valeur. En d'autres termes, les banques centrales détenaient des réserves d'or suffisantes par rapport à la quantité de dollars et d'autres monnaies nationales en circulation dans le commerce international. Mais cette relation a commencé à changer à la fin des années 1960. Le dollar s'est affaibli. Le juste prix de l'or a augmenté au-dessus de son prix réel, ce qui signifie que l'or était sous-évalué. En d'autres termes, l'or valait plus que le taux de 35 $ l'once de change fixe alors en vigueur. Aussi, ce prix de 35 $ ne pouvait plus être maintenu parce que le dollar était devenu trop avili et était surévalué. Cela aboutit, par la décision politique de Richard Nixon, le président des États-Unis, le 15 août 1971, d'abandonner le lien fixe entre le dollar et l'or (fermeture de la gold window).

Gold Index undervalued.png

Par la suite, le prix de l'or a commencé à augmenter et atteignit un point marquant, en forme de pic, en janvier 1980. Le prix réel a augmenté à nouveau au-dessus de la juste valeur de l'or. Le niveau de surévaluation atteint par l'or n'était pas viable bien sûr. Son prix est retombé, mais il est resté au-dessus de la juste valeur jusqu'en 1984. Depuis, l'or est sous-évalué. Sa valorisation relative, c'est à dire le prix réel de l'or divisé par sa juste valeur ne cesse de décroître atteignant un niveau proche de zéro pour cent sur la courbe asymptotique.

Le numérateur de l'indice de la monnaie or ne cesse de croître. Les banques centrales détiennent une part de plus en plus importante de devises internationales. Le poids de l'or, détenu par les banques centrales, le dénominateur de l'indice de la monnaie or, a tendance à décroître faiblement. Ainsi, l'or reste extrêmement sous-évalué et une évaluation équitable, la ferait atteindre actuellement un niveau record de 11.000 $ l'once (le prix réel de l'or était de 1580.59 $ l'once le 5 avril 2013, soit 10 fois moins).

L'indice de la peur

James Turk a développé l'indice de la peur (ne pas confondre avec le VIX, indicateur de volatilité) au milieu des années 1980, et depuis, il est devenu son indicateur préféré. Il utilise l'indice de la peur de deux manières.

Fear Index formula June 2010.gif

Tout d'abord, l'indice de la peur mesure la valeur relative de l'or. Il le fait en comparant l'or à ce qu'il devrait être comparé : la monnaie (devise monétaire). L'indice de la peur est le pourcentage du stock d'or de la banque centrale d'un pays, pondéré par le prix de l'or, le tout divisé par la quantité de monnaie (M3) en circulation dans ce pays.

Deuxièmement, l'indice de la peur peut être utilisé comme une mesure de la tendance du prix de l'or. Lorsque les craintes surgissent quant à la sécurité et à la stabilité du système monétaire et bancaire d'un pays, l'indice de la peur augmente. Lorsque la confiance est rétablie, l'indice de la peur diminue. Bien que les changements de la masse monétaire et du stock d'or ont un certain impact, ces fluctuations sont principalement causées par des changements dans le prix de l'or, et ceux-ci sont entraînés principalement par des changements dans la demande d'or.

Fear Index Dec 1967 to June 2010.gif

L'indice de la peur mesure la quantité d'or qui "devrait sauvegarder" chaque unité de devise mesuré comme si nous étions encore dans une relation d'échange fixe entre une devise et l'or. Si l'indice de la peur est égal à 3.25%, cela signifie que pour 100 $ en circulation, la valeur réelle en réserve d'or qui lui correspond est de 3.25 $ américain, si on prend, bien sûr, comme devise, le dollar américain. Le solde de 96,75 (100 - 3.25) est basé sur la valeur des autres actifs de la Réserve fédérale et dans le système bancaire américain.

La tendance de l'indice de la peur a augmenté dans les années 1970 quand les gens ont demandé de plus en plus d'or. Pendant les pires jours de l'administration Carter, l'indice de la peur a atteint près de 10%.

Depuis le 30 novembre 2001, l'indice de la peur reste sur un trend haussier. Il a cassé la ligne de tendance en 2004 confirmant sa hausse. Compte tenu de l'incertitude qui persiste sur la solvabilité des banques et des dettes souveraines qui ne peuvent pas être remboursées, il n'y a aucune raison de supposer que l'indice de la peur soit sur ​​le point de renverser son cours de sitôt. On observe toutefois une ligne de support/résistance aux alentours de 2.6% qui peut ralentir sa progression. Une fois la ligne de résistance cassée, l'indice de la peur risque de voltiger dans les hauteurs. Ainsi, l'or reste une bonne valeur et devrait continuer à évoluer vers le haut, même s'il connait une correction en ce moment. L'indice de la peur précise que le prix élevé de l'or est simplement le résultat de la dégradation du dollar, et non pas que l'or soit devenu surévalué.

Une préférence d'investissement dans l'or tangible

Récemment, de nombreux pays ont été dévastées économiquement par la spéculation sur l’immobilier. La raison, nous explique, James Turk, provient des banques centrales et des politiques publiques d'emprunt laxistes qui ont encouragé un boom artificiel. L'afflux trop important de prêts bancaires a créé une spéculation immobilière. Ces excès ont déformé la réalité perceptible par les agents économiques. Or, nous sommes arrivés au point où les banques doivent rétablir leurs bilans jusqu’à des niveaux normaux.

Suite à son analyse, James Turk explique que l'investissement dans l'or est indispensable aujourd'hui. Face au climat d’incertitude financière et monétaire plusieurs raisons expliquent l'investissement dans l'or :

  • Les gens ont de la mémoire et se rappellent des moments de l'histoire où le pouvoir d'achat de la devise s'est fortement déprécié (affaiblissement de l’activité économique lors des crises économiques, pression inflationniste des années 1970 et 1980, etc.)
  • Les habitants de la planète redoutent les tensions géopolitiques qui pourraient se développer à l'échelle mondiale
  • Les individus perçoivent la crise des politiques actuelles incapables de faire face à la dette publique et à ses effets sur la solvabilité des plus grosses banques dans le monde.

Mais, souligne James Turk, il existe plusieurs supports possibles pour cet investissement en or : pièces d'or, lingots d'or, contrats à terme or, certificats d'or, actions de mines d'or et contrats d'indices sur la valeur or échangés auprès d'ETF (exchange-traded fund), c'est-à-dire des bourses d'échanges de valeurs électroniques. Les ETFs sont très pratiques car très accessibles : il suffit d'avoir un accès internet, les horaires sont larges et s'étendent du dimanche soir au vendredi soir (heures françaises) avec une interruption quotidienne d'une heure vers 23h00. Les lots sont fragmentables d'où la possibilité pour des investisseurs avec un faible capital de négocier des mini-lots (division par 10) ou des micro-lots (division par 100). Un lot est égal au cours de l'instant multiplié par 100, soit au 5 avril 2013, 1580,89 x 100 = 158 089 USD. De plus, les investisseurs peuvent bénéficier d'un effet de levier souvent équivalent à 100.

Cependant, James Turk insiste pour que l'investisseur en or détermine quels sont ses besoins véritables avant de s'engager dans cette activité risquée. Selon lui, il existe deux raisons d’acheter de l’or : une raison spéculative et une raison de valeur refuge. Dans le premier cas, l'or est électronique. Le trader peut profiter de sa juste évaluation du prix de l'or afin d'anticiper des futures hausses ou des futures baisses. Les ETFs sont des places de marché très commodes pour ce besoin. Mais, il existe une autre raison de négocier l'or car celui-ci est une valeur refuge qui ne comporte pas de risque de contrepartie. James Turk insiste pour déclarer que l’or physique lui-même, et non la promesse d’un paiement en métal, est la pierre angulaire de tout portefeuille d’investissement. Parce qu’il est un actif tangible, sa valeur ne dépend pas de la promesse de quelqu’un d'autre désirant l'échanger à un instant "t", ou pour être plus précis, la valeur de l'or ne dépend pas d’une banque (nationalisée ou non). La possession de l'or physique permet de posséder de la monnaie en dehors du système bancaire, lequel est souvent manipulé par les pouvoirs publics (voir les systèmes de renflouement mis en place lors de la dernière crise).

Toutefois, nous dit James Turk, il ne faut pas confondre le prix de l'or avec la valeur relative du métal précieux en référence à la monnaie fiduciaire à laquelle le métal précieux est rattaché (par exemple XAUUSD, rattachement de l'or avec le dollar américain). Lorsque le prix de certains métaux précieux augmente, une corrélation directe existe entre la valeur de ce métal précieux et la performance de la monnaie fiduciaire qui sert de référence. Un trader doit donc échanger une devise qui perd de la valeur avec un actif tangible qui préserve ou accroit sa valeur. Le prix en valeur absolue n'a d'importance que s'il permet de conserver ou d'augmenter sa valeur en actifs financiers, peu importe s'il augmente ou non en valeur absolue.

Annexes

Bibliographie

  • 2008, avec John Rubino, "The Collapse of the Dollar and How to Profit from It: Make a Fortune by Investing in Gold and Other Hard Assets", Crown Business

Liens externes

Liens audio

Liens vidéo

  • James Turk's Outlook for Gold for 2013 to 2015, James Turk présente une suite à sa vidéo "Tout le monde devrait avoir un portefeuille de métaux précieux". Dans cette vidéo, il propose une mise à jour des prévisions de long terme qu'il avait faites en 2003 dans la revue "Barron". Le prix de l'or était de 350,00 USD à l'époque, James Turk déclara qu'il envisageait que le prix de l'or devrait s'établir aux environs de 8 000 USD quelque part entre 2013 et 2015. James Turk soutient que les raisons énoncées en 2003, avec un impact négatif sur le pouvoir d'achat du dollar, et un impact positif sur le prix de l'or, sont en fait pire que prévues.
5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.