Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



José Ortega y Gasset

De Wikiberal
Révision datée du 14 mai 2016 à 02:31 par Lexibot (discussion | contributions) (divers)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
José Ortega y Gasset
philosophe

Dates 1883-1955
Ortega2.jpg
Tendance
Origine Espagne Espagne
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur José Ortega y Gasset

José Ortega Y Gasset né et mort à Madrid (9 mai 1883-18 octobre 1955), est un philosophe et essayiste libéral à une époque où l’Espagne oscillait entre monarchie, république et dictature. Marqué par la pensée de Kant, de Schopenhauer et de Nietzsche, il s’inscrit dans le perspectivisme.

Biographie

Issu d’une famille de la bourgeoisie libérale liée au monde de la presse par ses deux parents,il fait des études universitaires à Bilbao et Madrid, où il obtient son doctorat de philosophie. Il étudie la philosophie néokantienne en Allemagne (Leipzig, Nuremberg, Cologne, Berlin) de 1905 à 1907. De retour en Espagne, il fonde plusieurs revues et surtout El Sol, grand quotidien libéral (1918)où vont être publiés sous forme d’essais ses deux œuvres principales España invertebrada et La rebelión de las masas.

Il est le fondateur et le directeur de la célèbre et influente Revista de Occidente de 1923 à 1936, revue scientifique grâce à laquelle il souhaite divulguer au public espagnol le meilleur de la pensée européenne de son temps, puis de la maison d’édition portant le même nom (1924). Rompant avec la monarchie, hostile à la dictature de Primo de Rivera, il participe à la mise en place de la seconde république comme leader du groupe La Agrupación al servicio de la república mais il est néanmoins vite déçu du caractère radical du nouveau régime et se retire de la vie politique en 1933. Menacé par les deux camps, il fuit en France (1936-1939) avant de se réfugier en Argentine puis au Portugal.

Il revient d’exil en 1946, pensant que la victoire alliée dans la Seconde Guerre mondiale impliquerait un changement d’orientation politique du franquisme. « Exilé intérieur » dans son propre pays, il gagne en revanche une notoriété internationale : entre les années 1950 et 1955, il voyage en Angleterre, en Allemagne, ou aux États-Unis. Dès 1930, Ortega pariait sur l'idée « d'États-Unis d'Europe » pour surmonter à la fois les limites de la démocratie parlementaire et l'écueil de l'autoritarisme.

A sa mort, des funérailles laïques sont officieusement organisées par les étudiants qui accourent en masse à ce qui est la première manifestation publique du régime franquiste. La pensée libérale d’Ortega y Gasset sera revendiquée plus tard par plusieurs intellectuels franquistes qui s’opposeront progressivement au régime et se convertiront à la démocratie au moment de la transition démocratique espagnole.

Il a été l'une des figures majeures de l'humanisme libéral européen du XXe siècle, cité et admiré par les plus grands penseurs contemporains - dont Raymond Aron qui, s'il n'était pas décédé juste auparavant, devait prononcer son éloge le 6 mai 1983 lors des commémorations internationales du centième anniversaire d'Ortega.

Œuvres

Peu d'œuvres du philosophe espagnol ont fait l'objet de traductions en français. Une édition de ses œuvres complètes (au critère thématique et non chronologique) a commencé chez Klincksieck, mais elle s'est interrompue au troisième volume. En revanche Ortega a été traduit dans de nombreux autres pays : Allemagne, Angleterre, Portugal, Brésil, Russie...

  • 1932, "The Revolt of the Masses", New York: W. W. Norton
  • 1933, "The Modern Theme", New York: W. W. Norton
  • 1937, "Invertebrate Spain", London: Allen & Unwin
  • 1946, "Concord and Liberty", New York: W. W. Norton
  • 2008, La déshumanisation de l'art [suivi de "Idées sur le roman" et de "L'art au présent et au passé"], trad., étude critique et notes de Paul Aubert et Eve Giustiniani, Sulliver, Cabris, 2008, 218 p.
  • 1988, Œuvres complètes I: Qu'est ce que la philosophie?, Leçons de métaphysique, trad. de Yves Lorvellec et Christian Pierre, Klincksieck, Paris, 1988, 363 p.
  • Œuvres complètes II:Aurore de la raison historique (Idées et croyances, Notes sur la pensée, Sur la raison historique), trad. Yves Lorvellec et Christian Pierre, Klincksieck, paris, 1988, 377 p.
  • Œuvres complètes II: Velazquez et Goya, trad. Christian Pierre, Klincksieck, Paris,1990, 339 p.
  • La Révolte des masses, trad. de Louis Parrot, Stock, Paris, 1937, 207 p; rééd. Gallimard, collection "Idées NRF", Paris, 1961, 1967, 256 p; Livre Club du Labyrinthe, Paris, 1986, 308 p. ; rééd. La Bibliothèque classique de la liberté, Les Belles Lettres, 2010.
  • Ecrits en faveur de l'amour, trad. de Hélène Saint-André et Frédéric Lannaud, Distance, Biarritz, 1986, 140 p.
  • Le spectateur tenté, trad. Mathilde Pomès, Plon, Paris, 1958, 373 p.; rééd sous le titre Le spectateur, trad. Christian Pierre, Rivages Poches, Paris, 1992, 256 p.
  • Etudes sur l'amour (édition à part extraite du précédent ouvrage) trad. Christian Pierre, Rivages Poche / Petite Bibliothèque, Paris, 2004, 159 p.
  • L'évolution de la théorie déductive. L'idée de principe chez Leibniz, trad. de jean-Paul Borel, Gallimard, collection NRF, Paris, 1970, 342 p.
  • « Méditations sur la chasse », traduction de Charles-A. Drolet, introduction de Louis-Gilles Francoeur, Septentrion, Québec, 2008, 146 p.

Littérature secondaire

  • 1963, José Ferrater-Mora, "Ortega y Gasset: An Outline of His Philosophy", New Haven, CT: Yale University Press
  • 1970, Julián Ortega Marías, "Ortega y Gasset: Circumstance and Vocation", Norman: University of Oklahoma Press
  • 2002, Javier Zamora Bonilla, "Ortega y Gasset", Barcelona: Plaza & Janés

Liens externes

Citations

  • Être de gauche ou être de droite c'est choisir une des innombrables manières qui s'offrent à l'homme d'être un imbécile. Toutes deux en effet sont des formes d'hémiplégie morale. (La révolte des masses)
  • Le libéralisme est la forme suprême de la générosité : c'est le droit que la majorité concède aux minorités, et partant c'est le plus noble cri qui ait retenti sur cette planète. (La révolte des masses)
1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.