Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Keith Joseph

De Wikiberal
Révision datée du 23 février 2008 à 01:52 par Lexington (discussion | contributions) (Nouvelle page : {{Infobox individu | identité = Keith Joseph | type = Homme politique | dates = 1918 - 1994 | image ...)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Keith Joseph
Homme politique

Dates 1918 - 1994
Couverture d'un livre sur Keith Joseph
Tendance libéral classique, libéral conservateur
Origine {{{nationalité}}}
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « Depuis la fin de la guerre, nous sommes allés trop loin dans la direction du socialisme. Les conservateurs ont été au pouvoir la moitié du temps, mais ils n'ont pas jugé possible de revenir sur les acquis socialistes. » (1975)
inter lib.org sur Keith Joseph

Sir Keith Joseph (Keith Sinjohn Joseph, Baron Joseph, né le 17 janvier 1918, mort le 10 décembre 1994) était un parlementaire britannique. Ministre sous trois gouvernements, il est considéré comme l'éminence grise de l'élaboration du thatcherisme.

Biographie

Il est diplômé en droit puis doit aller servir dans l'armée britannique pendant la seconde guerre mondiale, comme capitaine dans l'artillerie. A l'issue de la guerre, il travaille comme juriste.

Il est élu au Parlement en 1956. Il s'oppose alors à l'intervention pour reprendre le contrôle du canal de Suez[1]. Il occupe plusieurs postes auprès des gouvernements conservateurs dans les années 1960. A partir du début des années 1970, il occupe plusieurs postes de ministre, en particulier à l'enseignement ou en charge du NHS.

Il créa en 1974 le Centre for Policy Studies, think-tank libéral, auquel se joignit Margaret Thatcher. Il exerça une influence importante sur ses idées politiques, comme elle le reconnut dans ses Mémoires en 1995[2], et sur la ligne du Parti Conservateur britannique. Il se plaçait dans la filiation de Friedrich August von Hayek et de Milton Friedman[1].

Chef de sa mouvance, il détruit ses chances d'accéder au pouvoir lors d'un discours de 1974 à Birmingham au cours duquel il semble tenir des propos eugénistes. Margaret Thatcher, qui bénéficie de son soutien, prend alors sa suite.

Son apport principal fut l'application du monétarisme à la politique économique britannique.

Bibliographie

  • Andrew Denham & Mark Garnett, Keith Joseph, Acumen Publishing, 2001, ISBN 190268303X
  • Margaret Thatcher, 10, Downing Street, Mémoires, Albin Michel, 1993, ISBN 2226065903
  • Margaret Thatcher, Les chemins du pouvoir, Mémoires II, Albin Michel, 1885, ISBN 2226078355

Liens externes

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 (en)Obituary de Keith Joseph, The Guardian
  2. Margaret Thatcher, Les chemins du pouvoir, Mémoires II, p. 55

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.