Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Modèle:Focus/51 : Différence entre versions

De Wikiberal
m
m
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
L''''[[historicisme]]''' est l'idée que l'histoire puisse permettre de prédire les événements futurs. [[Karl Popper]], tout particulièrement, l'a pourfendue. Sa critique porte sur le fait que la représentation d'un tel développement de la [[Raison]] dans l'Histoire, non seulement est contradictoire en soi (si chaque époque révèle un particularisme qui doit être dépassé, la [[modernité]] est une telle époque), mais aboutit aussi à rendre relatives les figures historiques dans lesquelles la raison s'est montrée.
+
L''''[[historicisme]]''' est l'idée que l'[[histoire]] puisse permettre de prédire les événements futurs. [[Karl Popper]], tout particulièrement, l'a pourfendue. Sa critique porte sur le fait que la représentation d'un tel développement de la [[Raison]] dans l'Histoire, non seulement est contradictoire en soi (si chaque époque révèle un particularisme qui doit être dépassé, la [[modernité]] est une telle époque), mais aboutit aussi à rendre relatives les figures historiques dans lesquelles la raison s'est montrée.
  
Le [[relativisme]] propre à l'historicisme tend à déconsidérer comme choses du passé les philosophies antérieures, pour ne privilégier que ce qui arrive en dernier. Non seulement l'historicisme est aliéné à la conscience historique, mais il tend à faire le lit de l'idée selon laquelle les Modernes comprennent mieux les auteurs du passé, que ceux-ci ne se comprenaient eux-mêmes. Cette appréhension surplombante du passé, en tant qu'elle réinterprète l'histoire à la faveur des opinions du présent et sous le mode du [[relativisme]], préfigure le [[nihilisme]], et par sa distinction entre faits et valeurs, l'éclatement de la philosophie en sciences humaines.
+
Le [[relativisme]] propre à l'historicisme tend à déconsidérer comme choses du passé les [[philosophie]]s antérieures, pour ne privilégier que ce qui arrive en dernier. Non seulement l'historicisme est aliéné à la conscience historique, mais il tend à faire le lit de l'idée selon laquelle les Modernes comprennent mieux les auteurs du passé, que ceux-ci ne se comprenaient eux-mêmes. Cette appréhension surplombante du passé, en tant qu'elle réinterprète l'histoire à la faveur des opinions du présent et sous le mode du [[relativisme]], préfigure le [[nihilisme]], et par sa distinction entre faits et valeurs, l'éclatement de la [[philosophie]] en [[science]]s humaines.

Version actuelle datée du 12 décembre 2011 à 10:05

L'historicisme est l'idée que l'histoire puisse permettre de prédire les événements futurs. Karl Popper, tout particulièrement, l'a pourfendue. Sa critique porte sur le fait que la représentation d'un tel développement de la Raison dans l'Histoire, non seulement est contradictoire en soi (si chaque époque révèle un particularisme qui doit être dépassé, la modernité est une telle époque), mais aboutit aussi à rendre relatives les figures historiques dans lesquelles la raison s'est montrée.

Le relativisme propre à l'historicisme tend à déconsidérer comme choses du passé les philosophies antérieures, pour ne privilégier que ce qui arrive en dernier. Non seulement l'historicisme est aliéné à la conscience historique, mais il tend à faire le lit de l'idée selon laquelle les Modernes comprennent mieux les auteurs du passé, que ceux-ci ne se comprenaient eux-mêmes. Cette appréhension surplombante du passé, en tant qu'elle réinterprète l'histoire à la faveur des opinions du présent et sous le mode du relativisme, préfigure le nihilisme, et par sa distinction entre faits et valeurs, l'éclatement de la philosophie en sciences humaines.