Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Pierre Clastres

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
La version imprimable n’est plus prise en charge et peut comporter des erreurs de génération. Veuillez mettre à jour les signets de votre navigateur et utiliser à la place la fonction d’impression par défaut de celui-ci.
Pierre Clastres
philosophe

Dates 1934 - 1977
Pierre Clastres.jpg
Tendance
Origine France France
Articles internes Autres articles sur Pierre Clastres

Citation
inter lib.org sur Pierre Clastres

Pierre Clastres, né en 1934 et mort en 1977, est un anthropologue et ethnographe français, connu pour son ouvrage La Société contre l'État, paru en 1974.

Philosophe de formation, il se plaça dans la filiation intellectuelle d'Étienne de La Boétie.

Dans La Société contre l'État, il soutient que les sociétés dites primitives sont, en effet, sans État. En se fondant, principalement, sur l'étude de la tribu Guayaki, des chasseurs nomades de la forêt paraguayenne, il soutient que l’absence de la formation étatique ou superstructure politique n'empêche pas ces sociétés de satisfaire leurs besoins essentiels. Bouleversant l'idée que les sociétés d'abondance seraient nécessairement des sociétés avec État, il s'oppose en particulier à l'idée courante selon laquelle l'État serait nécessairement l'aboutissement des sociétés évoluées, mais aussi au mythe rousseauiste de l'homme innocent à l'état de nature. Les hommes cherchent toujours le pouvoir mais dans les sociétés primitives, l'émergence d'un pouvoir despotique est empêchée par l'existence d'un ensemble complexe de coutumes, qui protège l'autonomie des individus.

Il s'opposa fortement au marxisme et en particulier à son matérialisme historique, et se revendiquait de l'anarchisme.

principales Œuvres et articles

  • 1972, Chronique des indiens Guayaki, Plon,
  • 1974,
    • a. La Société contre l'État, Minuit
      • Traduit en anglais en 1977 par Robert Hurley, "Society Against the State", Oxford, Blackwell
    • b. Le Grand Parler. Mythes et chants sacrés des Indiens Guarani, Seuil
  • 1980, Recherches d'anthropologie politique, Seuil
  • Mythologie des indiens Chulupi, Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, 1992

Voir aussi

Citations

  • L’histoire des peuples qui ont une histoire est, dit-on, l’histoire de la lutte des classes. L’histoire des peuples sans histoire, c’est, dira-t-on avec autant de vérité au moins, l’histoire de leur lutte contre l’État. (La Société contre l’État)
  • Pierre Clastres, dans un ouvrage fascinant, La société contre l’État, souligne que la seule distinction à opérer entre les sociétés dites « primitives » et les sociétés « modernes » n’est pas l’agriculture et la vie sédentaire, c’est l’institution de l’État. Une société moderne est celle qui est assujettie au pouvoir des hommes de l’État ; les sociétés primitives ne le sont pas. (Christian Michel, La lutte des classes n’est pas finie - Pourquoi les libéraux devraient lire Marx et Engels, conférence du 3 juin 2000)

Liens externes


1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.