Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Différences entre les versions de « Portail:Droit/Le saviez vous »

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
m
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
La [[souveraineté de l'individu]] est au coeur de la pensée libérale.
La [[souveraineté de l'individu]] est au cœur de la pensée libérale.


Le fondement de la pensée [[libertarien]]ne étant l'[[individualisme]], la [[souveraineté]] de l'individu signifie que c'est l'[[individu]], et lui seul, qui est responsable de ses actes.  
Le fondement de la pensée [[libertarien]]ne étant l'[[individualisme]], la [[souveraineté]] de l'individu signifie que c'est l'[[individu]], et lui seul, qui est responsable de ses actes.  


A l'image de [[François Guizot]], les [[libéraux classiques]] rejettent la [[souveraineté]] absolue de l'individu sur lui-même, et considèrent que le seul souverain concevable des hommes, ce n'est pas leur volonté ni leur consentement, c'est naturellement la '''[[règle]]''' de leur volonté ou de leur consentement, à savoir : le [[droit]], la [[raison]], la [[justice]], la loi morale.
A l'image de [[François Guizot]], les [[libéraux classiques]] rejettent la [[souveraineté]] absolue de l'individu sur lui-même, et considèrent que le seul souverain concevable des hommes, ce n'est pas leur volonté ni leur consentement, c'est naturellement la '''[[règle]]''' de leur volonté ou de leur consentement, à savoir : le [[droit]], la [[raison]], la [[justice]], la loi morale.

Version du 19 avril 2009 à 02:44

La souveraineté de l'individu est au cœur de la pensée libérale.

Le fondement de la pensée libertarienne étant l'individualisme, la souveraineté de l'individu signifie que c'est l'individu, et lui seul, qui est responsable de ses actes.

A l'image de François Guizot, les libéraux classiques rejettent la souveraineté absolue de l'individu sur lui-même, et considèrent que le seul souverain concevable des hommes, ce n'est pas leur volonté ni leur consentement, c'est naturellement la règle de leur volonté ou de leur consentement, à savoir : le droit, la raison, la justice, la loi morale.