Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Sharon Gifford

De Wikiberal
Révision datée du 20 novembre 2021 à 10:24 par Ludovic Sesim (discussion | contributions) (Page créée avec « '''Sharon E. Gifford''' a soutenu sa thèse en 1989 à l'université de New York. Le thème de son travail portait sur l'allocation de l'attention entrepreneuriale dan… »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

Sharon E. Gifford a soutenu sa thèse en 1989 à l'université de New York. Le thème de son travail portait sur l'allocation de l'attention entrepreneuriale dans une perspective d'analyse de la taille, de la croissance et de l'innovation de l'entreprise.

Dans la littérature sur la relation entre la taille et la croissance de l'entreprise, la loi de Gibrat stipulait que le taux de croissance d'une entreprise est indépendant de sa taille[1]. Mansfield[2] apporta un démenti à la loi de Gibrat en incluant les petites entreprises dans ses données. Evans[3], dans un échantillon sur 100 industries manufacturières, constata que l'âge de l'entreprise est un déterminant important de la décroissance de l'entreprise. Les résultats de l'allocation de l'attention entrepreneuriale que mena Sharon Gifford (1992b) contribuent également à montrer que la croissance des entreprises n'augmente ni avec la taille, ni avec l'âge des entreprises.

Si certains économistes considèrent l'attention limitée des entrepreneurs comme une ressource rare à répartir entre un nombre donné d'utilisations alternatives, Sharon Gifford préfère affirmer que l'attention entrepreneuriale limitée est allouée entre l'amélioration des opérations en cours et l'innovation de nouveaux produits, ce qui augmente le nombre d'opérations en cours et peut-être les demandes d'attention de l'entrepreneur. L'entrepreneur "endogénéise" ainsi le nombre d'usages auxquels son attention peut être allouée ainsi que le coût d'opportunité de l'attention. Cette allocation a des implications sur l'organisation de l'entreprise ainsi que sur les relations entre l'innovation, la taille, les profits et la croissance de l'entreprise.

Sharon Gifford (1993) a distingué la capacité entrepreneuriale (entrepreneurial ability) de la capacité managériale (management ability). Dans le premier cas, l'entrepreneur dispose d'une capacité pour reconnaître une nouvelle opportunité de profit et peut décider d'acquérir des ressources pour l'exploiter. Dans l'autre cas, le manager a la capacité de maintenir la rentabilité des opérations en cours. Par conséquent, la possession ou non de ces deux compétences chez les individus déterminera leur choix de carrière en tant qu'entrepreneur, intrapreneur ou de salarié. Sharon Gifford (2003) montre que ce qui peut sembler être une aversion ou une préférence pour le risque pourrait plutôt résulter de différents investissements personnels dans l'acquisition de connaissances. Aussi, le comportement et la prise de décision face aux risques est moins un trait de caractère qu'une action économique personnelle.

Bibliographie

  • 1992,
    • a. "Allocation of Entrepreneurial Attention", Journal of Economic Behavior & Organization, 19(3), pp265-284
    • b. "Innovation, Firm Size and Growth in a Centralized Organization", The RAND Journal of Economics, 23(2), June, pp284-298
  • 1993, "Heterogeneous ability, career choice, and firm size", Small Business Economics, Vol 5, pp249-259
  • 1994, "Economics, Organization and Management: A Review Article", Journal of Economics & Management Strategy, Vol 3, n°2, pp407-436
  • 1995, avec Charles A. Wilson, "A Model of Project Evaluation With Limited Attention", Economic Theory, Vol 5, n°1, January, pp67-78
  • 1996, avec Zoltan Acs, "Innovation of Entrepreneurial Firms", Small Business Economics, Vol 8, n°3, June, pp203-218
  • 1997, "Limited attention and the role of the venture capitalist", Journal of Business Venturing, Vol 12, n°6, November, pp459-482
  • 1998, "The allocation of limited entrepreneurial attention", Boston, MA: Kluwer Academic Publishers
  • 1999,
    • a. "Efficient moral hazard", Journal of Economic Behavior & Organization, Vol 40, n°4, December, pp427-442
    • b. "Limited Attention and the Optimal Incompleteness of Contracts", Journal of Law, Economics, and Organization, Vol 15, n°2, July, pp468-486
  • 2004, "To Make or Buy: An Allocation of Attention", The B.E. Journal of Theoretical Economics, Vol 4, n°1, May, pp1-26
  • 2005, "Limited Attention as the Bound on Rationality", The B.E. Journal of Theoretical Economics, Vol 5, n°1, December, pp1-42
  1. R. Gibrat, 1931, "Les inégalités économiques", Paris: Sirey)
  2. E. Mansfield, 1962, "Entry, Gibrat's Law, Innovation, and the Growth of Firms", American Economic Review, Vol 52, pp1031-1051
  3. D. S. Evans, 1987, "The Relationship Between Firm Growth, Size and Age: Estimates for 100 Manufacturing Industries", Journal of Industrial Economics, Vol 35, pp567-581