Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Social-nationalisme

De Wikiberal
Affiche du Front national

Définition

Le social-nationalisme est une évolution du socialisme par laquelle ce dernier se focalise davantage sur la nation vue comme une protection contre la menace étrangère que sur la recherche d'un hypothétique égalitarisme. Ce repli égoïste, allant à l'encontre de l'internationalisme socialiste (cf. Internationale socialiste), est considéré comme la seule façon de protéger les prétendus "acquis sociaux" contre la concurrence internationale.

A proprement parler, le social-nationalisme n'est qu'une sorte de préférence nationale économique : les entorses au libre-échange sont ses armes, les délocalisations ses ennemis, l'ouverture bilatérale des frontières son cauchemar. Cependant, le chauvinisme rend la ligne de partage entre repli économique et défense de la culture/civilisation totalement poreuse, parfois couplée avec des idées de communautarisme religieux ou ethnique : consommer des produits de son pays (quand il ne s'agit d'une défense du terroir pour des arguments écologiques) a un goût de xénophobie difficilement dissimulable.

Ceci se retrouve à l'échelon politique supérieur, l'Europe, projet à l'origine libéral (briser les frontières nationales en intriquant les économies et favorisant l'échange culturel de manière à éviter des guerres devenues "intestines") sert très souvent de substitut plus efficace que le patriotisme nationaliste dans la défense économique et culturelle des "Européens" contre les menaces des États-Unis, de la Chine, de l'Inde ou de l'islam. Les plans d'une grande alliance occidentale, venant relayer l'OTAN, participent, en redépartageant différemment le "nous" du "eux", à cette idée de repli identitaire qui est le frère jumeau de l'égoïsme économique.

MadeinFrance.jpg

Convergences et divergences idéologiques

Bien qu'il ne soit qu'un nationalisme de circonstance, démagogie électoraliste ou leurre médiatique déplaçant sur l'étranger une faiblesse qui n'est due qu'aux conséquences du collectivisme, on peut néanmoins se permettre de le comparer à d'autres systèmes de pensée:

  • Nationalisme : il en est une forme vide - Hegel l'eût qualifié de « farce » - ne participant d'aucun élan patriotique, ne proposant aucun romantisme du peuple, ni aucune ferveur dans laquelle auraient pu se retrouver un De Maistre ou un Maurras.
  • Souverainisme : il en est à la traîne, celui-ci étant plus crédible dans sa quête d'autonomie communautaire-collectiviste.
  • Colonialisme : si la participation de capitaux étrangers dans les entreprises considérées comme nationales est perçue comme un péril pour l'économie nationale (il faut considérer que l'entrepreneur national se sent une responsabilité civique à considérer que son entreprise a pour seule finalité d'embaucher pour lutter contre le chômage crée par ses chers politiciens compatriotes), le contraire est très souvent apprécié. De même si les de très bon ton ouverture au monde et glorification du métissage sont contrebalancées par une sauvegarde de l'identité culturelle nationale menacée par l'américanisation, le rayonnement de son pays n'est jamais considéré comme un empiètement sur la culture des autres. Tout ceci participe d'un esprit colonialiste reprenant la même pratique inégalitaire et asymétrique (il n'est pas grave d'appliquer aux autres ce qui est mauvais pour soi) suivant parfois le même sillon de justification hypocrite, s'en dégageant d'autres fois pour arborer ouvertement son égoïsme et son arrogance.
  • Marxisme : il se situe dans le droit fil de la « social-traîtrise » des « petits-bourgeois » sociaux-démocrates abandonnant lors de la 1ère Guerre Mondiale l'internationalisme de Marx au profit de luttes « bourgeoises » et « impérialistes », ainsi que du traitement purement instrumental de la « question nationale » par les théoriciens soviétiques (défense du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes lorsqu'il fallait aider une colonie ou un peuple à se rebeller, et mainmise de Moscou sur toute l'Europe de l'Est). Cruelle ironie des temps, il ne s'agit plus de libérer des peuples de leur État oppresseur, mais de défendre ce dernier pour assurer sa clientèle contre des concurrents défavorisés.
  • Fascisme : comme le fascisme, il vise l'autarcie contre le libre-échange.
  • National-socialisme : participant jusqu'à un certain point (c'est-à-dire en cultivant les contradictions) à la mentalité de la société close, c'en est une forme soft, épurée de toute la pseudo-science et de la mythologie racistes, forme dégradée retrouvée dans le colonialisme.

Problèmes que le social-nationalisme pose à la théorie socialiste

Si Marx affirmait un internationalisme (« prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ») que les différentes Internationales devaient mettre en pratique, la question nationale fut très tôt une épine dans le pied des marxistes.
Ce fut d'abord la Deuxième Guerre Mondiale qui créa une division entre les communistes internationalistes et la social-démocratie: alors que les premiers étaient contre la participation des communistes à une guerre causée par l'impérialisme bourgeois capitaliste et dont les prolétaires devaient se servir de levier pour contester un système nécessairement mortifère, accélérant l'inéluctable révolution, les social chauvins, selon l'épithète injurieux que leur consacrera Lénine, se sont coulèrent dans les sillons d'États qu'il s'agissait de dépasser, et ont toujours défendus un internationalisme de façade pour se livrer dans les faits à de véritables défense d'intérêts très "communautaires".
Les pays du bloc de l'Est, quant à eux, tenus par le joug de l'URSS n'ont pas non plus été sans contradictions flagrantes, écrasant les revendications nationalistes au sein de l'Empire russe (nationalistes avec qui les bolcheviks avaient pourtant fait alliance pour conquérir le pouvoir) mais affirmant le droit des peuples à l'auto-affirmation quand il était permis d'armer des factions séparatistes et de nuire, tout en instrumentalisant les groupes locaux, aux États-Unis.

Ainsi, dans les faits, marxisants socialistes et communistes n'ont réussi qu'à bafouer leur belle théorie humaniste si bruyamment affichée, et toujours la main sur le coeur.
Seuls les libéraux ne font pas de discrimination entre êtres humains et s'avèrent, d'après les critères même de l'humanisme, les seuls à le respecter, quand bien même ne feraient-ils que suivre des principes économiques amoraux (cf. La Route de la servitude de Hayek).

Dans un second temps, l'idée qu'un intérêt général n'existe pas au niveau international remet en cause sa réalité au niveau de la nation. Si le lobbying est honni par une pensée encore nostalgique d'une fusion des intérêts romantique et mythique héritée du rousseauisme, la pratique en révèle tous les traits, la gêne et l'hypocrisie en plus. On confrontera ainsi l'égoïsme de fait des socialistes à l'altruisme égocentré des individualistes, c'est-à-dire des libéraux.

Exemples de social-nationalisme appliqué

  • Combat contre les délocalisations. Pourtant, un travailleur français, belge ou anglais a-t-il plus de droit à travailler qu'un de ses complanétaires moins favorisés (donc moins exigeant s'il veut être concurrentiel) ?
  • Toute les aides étatiques ou communautaires à des entreprises ou secteurs d'activités. En indemnisant les agriculteurs européens, la PAC produit une surproduction écoulée à bas prix dans les marchés de pays sous-développés.
  • Le « patriotisme économique » cher au français Dominique de Villepin, qui conduit à trouver normal le rachat d'entreprises étrangères par des champions nationaux tout en se scandalisant à grand bruit quand l'inverse se produit :
« En France, règne la logique du deux poids, deux mesures : les ministres multiplient les déclarations de guerre vis-à-vis de ceux qui osent convoiter nos belles entreprises tout en se félicitant dans le même temps, que ces dernières puissent poursuivre leurs emplettes à l'étranger. L'Oréal se refait ainsi une virginité éthique en mettant la main sur le britannique BodyShop, France Télécom s'empare des mobiles espagnols d'Amena; et Alcatel, (...) réussit enfin à fusionner avec son rival américain Lucent. [...] Prié de donner son avis, Thierry Breton rappellera opportunément, en juillet 2006, que « les actionnaires sont in fine les seuls à décider. » » Les Échos, 4 janvier 2007, p.10.
  • « Qu'ils aillent se faire foutre ! Lituaniens ? T'en connais, toi, des Lituaniens ? J'en ai jamais vu un ! » de Jean-Luc Mélenchon, à la gauche du PS français. (Dans cette logique pourquoi ne peut-on pas remplacer "lituaniens" par "pauvres" et l'appliquer à la communauté nationale ?)
  • « En Amérique latine, c'est au nom des menaces [sur les acquis sociaux] que tombent les présidents, les uns après les autres. En Europe de l'Est, c'est au nom de la grandeur du passé que manifestent les retraités et les chômeurs. En Chine, ce sont des foules plus ou moins manipulées par le pouvoir qui manifestent contre les Japonais, sous prétexte d'exiger d'eux des excuses pour leurs exactions d'il y a soixante ans, en réalité pour refuser l'interdépendance économique croissante des deux pays et protester contre le chômage créé par le rapatriement des usines japonaises. » Jacques Attali, L'Express du 25/04/2005.

Ressources

Voir aussi

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.