Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Utilisateur:Fornost

De Wikiberal

Bonjour,

    Avant toute chose, je vous prie de pardonner la redondance, la lourdeur, le style pédant et maladroit du texte qui suit. Sachez que je ne vous en voudrais aucunement si vous ne le lisez pas ; aussi en voici un très bref résumé qui vous en dira long j'en suis sûr au sujet de mes opinions politiques : je suis Libertarien et Anarcho-Capitaliste, je prône l'Agorisme tel que décrit par Samuel Edward Konkin III.


    Initié au libéralisme par mon respectable conservateur de père, qui m'orienta pour mon plus grand bonheur vers Frédéric Bastiat, mes opinions sur la politique ont vogué tout au long de ma courte existence, toutefois une valeur m'est toujours restée essentielle, et ce dès le plus jeune âge : un Amour inconditionnel pour la Liberté, cette créature sublime que je n'ai pu découvrir qu'en naviguant aux confins de mes rêves et de mon imagination, aidé d'ouvrages fabuleux réalisés par des auteurs pour le moins géniaux.

    J'ai finalement accosté (toutefois assez récemment), peu après avoir découvert les miracles conceptuels que m'offrait Paul-Émile de Puydt ; et l'île sur laquelle j'ai débarqué s'est trouvée être la merveilleuse anarcapie. Ce serait donc enfin, la Seule et l'Unique, la Magnifique Vérité ? L'Ère Messianique annoncée depuis si longtemps ? Ce paradis qui se cachait aux esprits fermés sous les traits de l'utopie ? De l'utopie, l'anarcapie a la seule caractéristique, insupportable il est vrai, de ne pas trouver lieu. Expliquons-nous. Le lecteur, cultivé s'il en est, sait évidemment — ou non — l'origine présumée du terme utopie : le grec topia, lieu, et le préfixe privatif u. Nous avons donc très maladroitement « traduit » ce terme, du français au français, en cette expression pour le moins étrange : « qui ne trouve pas lieu ». Cette incompétence impardonnable dans la langue qui m'est pourtant « maternelle », peut s'expliquer à l'aide du fait que le régime social–démocrate totalitaire[1] français est lui aussi très souvent qualifié de « maternel », et ce n'est pas pour autant quelque chose d'efficace[2].
    Qu'entends-je donc par cette expression de « ne pas trouver lieu » ? Eh bien, tout simplement, que je ne connais pas de société anarcho-capitaliste qui existe encore à l'heure actuelle ; si jamais c'était le cas, je vous prie du mieux que je peux de me le signaler, afin que je fasse mon possible pour y immigrer[3][4][5][6].
C'est dans toute sa splendeur et sa lumineuse prospérité que je découvris émerveillé une société géniale qui avait su se libérer de la coercition étatique ; grâce la Divine Philosophie qu'est l'Agorisme, si pure, si rationnelle, si éclatante de beauté et de simplicité, si parfaitement adaptée à la nature de l'Homme, si exacte, qu'elle me semblât alors telle aux Mathématiques, science extraordinaire de par le fait que tout y est toujours en accord avec tout, et toujours vrai. C'est le miracle de la cohérence la plus radicale, la seule en fait qui soit réellement cohérente : le problème actuel avec la soi-disant « cohérence » est en effet qu'elle ne l'est point.

    Je suis donc libertarien anarcho-capitaliste, et me reconnais à travers la philosophie de Samuel Edward Konkin III.
Je prône l'Agorisme, car je ne pratique pas encore la contre–économie, ignorant quelles stratégies sont possibles pour me protéger de l'omniprésence de l'État.
Étant mineur, je tente comme je peux de faire ma propre éducation, puisque personne ne va s'en charger à ma place, et encore moins l'État, qui m'empêche m'empêche d'utiliser mon temps comme je le souhaite (c'est-à-dire autrement qu'en allant dans une garderie huit heures par jour y subir ma dose d'endoctrinement quotidienne).
Cela explique, au moins en partie, l'intérêt substantiel que je ressens à l'égard des wikis et autres blogs, puisqu'ils me permettent d'avoir accès à une information objective et qui m'est vraiment utile[7].
Si quelqu'un pouvait m'enseigner à pratiquer la contre-économie, ou quoi que ce soit d'autre qui soit intéressant ou utile d'ailleurs, je lui serais grandement beaucoup très reconnaissant.
Tirant en grande partie mon mince savoir de Wikibéral [8], Wikipédia, et de bouquins ou autres réflexions personnelles, je suis par conséquent peu apte à enrichir le site : ainsi la plupart de mes modifications ne consiste qu'en des corrections typographiques, d'orthographe et de grammaire, puisqu'il s'agit de l'un des rares domaines dans lequel je sache quoi que ce soit[9].

Notes et références

  1. Nous vous prions d'excuser la redondance, mais il semblerait qu'elle soit pour certains nécessaire.
  2. Sophisme pourri digne des pires technocrates ? Je pense qu'il y a une distinction à faire ; et si je puis me permettre, votre jugement se doit d'être plus nuancé : à la différence de ces bureaucrates infâmes, qui utilisent des raisonnements faux et font appel à des principes à la morale douteuse pour aboutir à des conclusions stupides et évidemment jamais morales, j'aboutis à une conclusion proche de la vérité ; il faudrait selon moi en effet chercher du côté de l'État la raison pour laquelle mon niveau linguistique est si faible.
  3. Dérangeant hiatus, n'est-ce pas ?
  4. Paraphrasons une fois de plus Edouard Herriot : « La culture, c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale. »
  5. Peut-on vraiment parler ici de « culture » ? À mon très humble avis, non. C'est pourquoi je me suis amusé à l'étaler : considérant qu'il ne s'agissait pas de culture, où est le mal ? La seule intention à la base de cet « étalage » était l'humour.
  6. Humour pourri, je ne vous le retire pas. Et je dirais même plus, je le revendique !
  7. Je mets en gras parce que je suis un peu sur les nerfs quand je pense à l'État.
  8. Remarquez que j'écris ce mot avec un accent, je suis en effet un puriste de la langue française (bien que je ne sache évidemment parler et écrire qu'un français incorrect, au vocabulaire plus que basique : rien de très étonnant, je suis allé à l'école publique). En parlant de ça, je suis bien sûr un fervent opposant à la réforme orthographique de 1990. J'organise tous les week-ends des attentats visant à promouvoir la cause (joke).
  9. Ainsi que le prouve la liste de mes modestes contributions.

Pages crées

…bah oui c'est la seule, le reste de mes contributions ne consiste qu'en des corrections ou améliorations souvent légères, comme précisé plus haut.