Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Route nue

De Wikiberal
Révision datée du 6 octobre 2011 à 12:26 par Dilbert (discussion | contributions) (Liens externes)

Le principe de la route nue (naked road) consiste à limiter voire supprimer la signalisation routière dans le but de réduire le nombre d'accidents. Ce concept a été développé dans le cadre de la philosophie du shared space, mise au point par l'ingénieur Hans Monderman.

Philosophie

Les multiples expérimentations de routes nues participent d'une même philosophie : responsabiliser l'ensemble des usagers de la route pour les rendre acteurs de leur propre sécurité. La philosophie menée jusque là procédait à l'inverse de la réglementation et de la compartimentation jusqu'à l'excès, en partant de l'idée que les autorités savent mieux que l'usager (automobiliste, piéton, cycliste, motocycliste, skater, chaise roulante, cammioneur, bus, cars) ce qui peut le protéger. Ainsi, en Allemagne, il existe 648 panneaux de signalisation différents ! On considère en outre qu'actuellement 70% de la signalisation routière n'est pas prise en compte par l'automobiliste[1], et probablement moins encore pour d'autres catégories d'usagers tels que les piétons. De même, le journaliste de la BBC Martin Cassini note que les feux rouges sont un « mal non nécessaire », qui ne fait que « maximiser le temps de trajet, [..] les embouteillages [..] et les émissions [polluantes] »[2].

Pour sortir de cette impasse, la philosophie de la route nue prône de réduire la signalisation routière au minimum, en ne laissant tout au plus que la signalisation la plus basique (par exemple la ligne au milieu de la chaussée), voire aucune information signalisée. Les règles élémentaires s'appliquent, comme la priorité à droite. Les objectifs visés par ces mesures sont un comportement plus courtois et une responsabilisation de chacun. On observe également l'avantage collatéral de retirer du paysage les multiples panneaux de signalisation et, partant, de limiter la gène visuelle et l'encombrement des trottoirs, et de réduire fortement le budget affecté à cette signalisation, tout en libérant des espaces publicitaires profitables à l'activité économique.

Expérimentations

Les routes nues ont été développées à partir des années 1970 par l'ingénieur Hans Monderman aux Pays-Bas. Il mène en particulier des expérimentations dans deux villes pionnières du pays : Makkinga et Drachten. Ainsi, à Makkinga, un panneau à l'entrée de la ville avertit-il Verkeersbordvrij, ce qui signifie ville « sans signalisation routière ». Dans la ville ne subsiste aucun panneau stop ni même de marquage au sol[1].

Devant le succès de ces expériences en termes de réduction du nombre d'accidents, l'expérience a été étendue dans de nombreux pays, principalement européens. Le lancement du programme européen Shared space en 2004 a en particulier joué fortement pour la diffusion de cette idées. Ainsi, les villes d'Ejby au Danemark, de Bohmte en Allemagne ou d'Ostende en Belgique ont expérimenté des mesures similaires.

Kensington High Street, avant et après le passage en route nue

Dans le cas spécifique de Londres, c'est la signalisation sur Kensington High Street qui a été complètement repensée dans le sens d'une signalisation bien moindre (retrait en particulier des barrières de sécurité pour les piétons). Les résultats ont été saisissants puisque le nombre d'accidents a diminué de 60%. La ville de Brighton a également expérimenté le concept de route nue, de même que Exhibition Road à Londres[3].

Une autre expérimentation significative a été menée à Drachten (Pays-Bas) ; on y a supprimé les feux à seize des dix-huit carrefours de la ville, pour laisser les automobilistes s'arranger, en appliquant les principes élémentaires du code de la route. Bilan : « Les automobilistes ont alors fait preuve de civilité et ont même élaboré un système simple de signes afin de se donner la permission de passer, fluidifiant ainsi considérablement le trafic »[4]. La place Laweiplein à Drachten voyait passer 22 000 véhicules par jour, dont des dizaines de bus. Alors qu'ils mettaient 53 secondes en moyenne pour traverser le carrefour ils en mettent aujourd'hui entre 24 à 36 selon les autorités. Par ailleurs, en 2004 et 2005, on a déploré seulement deux accidents ayant fait des blessés, au lieu de dix en 2002, quatre en 2001 et neuf en 2000.

À Ipswich au Royaume-Uni, trois petites rues du centre ville n'ont conservé que les avertissements discrets mettant en garde contre le stationnement illégal. D'autres expérimentations devraient également être menées aux États-Unis et en Argentine. L'Australie a expérimenté également ces mesures à Bendigo (Etat de Victoria) depuis octobre 2007[5].

En septembre 2009, en Angleterre, une expérience a été menée en supprimant les feux de signalisation à un carrefour : les embouteillages ont été quasiment supprimés et les automobilistes sont globalement plus attentifs aux piétons car moins obnubilés par les feux[6].

Explications

Réduire la signalisation pour réduire les accidents peut paraître étonnant à première vue. Néanmoins cette méthode fonctionne de façon bien plus efficace que la règlementation pour une raison majeure : en responsabilisant les usagers, on accroît leur vigilance ; ainsi, s'il y a un feu de signalisation, l'usager passant par inadvertance ou empressement au rouge créera probablement un accident car les usagers ne s'attendront pas à la voir arriver. En l'absence de feu, un usager qui ne respecterait pas la priorité sera évité des autres usagers, attentifs. Par ailleurs, le fait que des usagers doivent attendre inutilement à un feu rouge peut générer en eux de la colère et de l'anxiété.

Point de vue libéral

Le concept de route nue est intéressant d'un point de vue libéral car ses résultats montrent que les individus laissés libres et responsables agissent avec de biens meilleurs résultats que s'ils sont excessivement encadrés par de nombreux panneaux et interdictions. En ce sens, c'est une illustration pratique de la supériorité pratique de la liberté par rapport à la contrainte. L'État se contente de fournir un cadre simple dans lequel les acteurs économiques évoluent, en supportant les responsabilités de leurs propres actes, de même que dans une société libérale.

Comme le revendique explicitement Hans Monderman, il s'agit donc de rendre leur liberté aux usagers de la route, et de mettre fin à une sur-règlementation qui « nous fait perdre notre capacité à avoir un comportement socialement responsable » pour faire des individus des individus libres et responsables[1]. Et cette attitude est la plus efficace, en terme de vies humaines sauvées. Comme le dit Matthias Schulz du Spiegel, « unsafe is safe ! ».

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 (en)European Cities Do Away with Traffic Signs, Spiegel Online, 16 novembre 2006
  2. (en)The case against traffic lights, BBC, 4 janvier 2008
  3. (en)The naked streets, BBC, 31 janvier 2005
  4. Toutes les routes seront nues ?, Agoravox, 21 décembre 2006
  5. (en)Walkers first on naked road, The Sydney Morning Herald, 18 octobre 2007
  6. (en)Ni Lights, No Traffic vidéo BBC maniac films, Rocketboom, octobre 2010

Voir aussi

Liens externes

B0.jpg Discussions sur le forum
L'urbanisme libéral (for)
La route nue et l'urbanisme libéral (for)
Société.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail actualités du libéralisme.

7640-efdur-Babelwiki.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur les sujets de société.