Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Discussion:Colonisation

De Wikiberal

Je me pose de sérieuses questions concernant la déclaration raciste de Léon Blum, qu'il aurait prétendument faite àla Chambre des Députés en juillet 1925, citée dans des centaines de références Google et donc sur de très nombreux sites Internet : « Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture. » Cette citation figure dans les articles "Colonisation" et "décolonisation" de Wikipédia. Dans toutes les recherches que je viens de faire en quelques heures, il m'est impossible de trouver une seule source sérieuse pour cette citation, c'est à dire ou bien une référence d'article de presse consultable, qui reprendrait la déclaration, ou bien la référence du Journal Officiel (J.O.). Compte tenu de l'extrême importance de la citation, cette absence de référence sérieuse est troublante. Il est possible qu'il s'agisse de négligence, mais nous sommes ici, bien plus probablement, face à une désinformation. FREDERIC KRIVINE

La citation est parfaitement dans la veine des idées du socialisme de l'époque et la référence apportée est tout à fait valable. Les idées exposées par Blum et d'autres sont gênantes aujourd'hui, cela n'enlève rien pour autant à leur validité. --Lexington 14 avril 2009 à 11:21 (CEST)

Après consultation aux archives de l'Assemblée Nationale, voici la citation exacte avec la référence. « Nous admettons qu'il peut y avoir non seulement un droit, mais un devoir de ce qu'on appelle les races supérieures, revendiquant quelquefois pour elles un privilège quelque peu indu, d’attirer à elles les races qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de civilisation » (Léon Blum, Débat sur le budget des Colonies à la Chambre des députés, 9 juillet 1925, J.O., Débats parlementaires, Assemblée, Session Ordinaire (30 juin-12 juillet 1925), p. 848.)

On voit que la citation était quelque peu tronquée ("ce qu'on appelle les races supérieures" était devenu "les races supérieures", ce qui n'est pas tout à fait la même chose) et surtout sortie de son contexte : le mot "races" n'a pas le même sens en 1925 et aujourd'hui, et surtout, quelques minutes plus tôt, Blum disait, dans la même intervention : "Nous considérons que dans l'état actuel de la société, le colonialisme est la forme la plus redoutable, la plus pernicieuse de ce qu'on appelle d'un mot par trop courant et qui cependant a un sens, l'impérialisme, c'est à dire l'instinct ancien, probablement naturel, qui pousse toute nation étendre le plus loin possible son imperium, sa domination, sa puissance. (mouvements divers) Nous sommes les adversaires du colonialisme en tant qu'il est la forme moderne de cet impérialisme" (J.O., ibid, p.847)

Les idées de Blum ne sont pas vraiment gênantes si elles sont rapportées convenablement et remises dans un contexte. On a transformé son intervention du 9 juillet 1925, qui était pour l'essentiel anticolonialiste, mais dans laquelle il utilise effectivement l'appellation "ce qu'on appelle les races supérieures", en intervention raciste. C'est de la manipulation. Il est tout à fait exact qu'une grande partie de la SFIO est de fait colonialiste (en 1925 un socialiste devient gouverneur général en Indochine) et que seuls les communistes et les surréalistes (mais pas du tout les libéraux) appelleront au boycott de l'Exposition Coloniale de 1931, mais prendre Blum comme emblême de cette position est assez malhonnête. F.K.

J'ai corrigé mais manque ce bout : les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science ou de l’industrie --Lexington 22 avril 2009 à 13:32 (CEST)