Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Valeur (économie)

De Wikiberal

Comment déterminer la valeur d'un service, d'un produit, d'un bien ? Ce service, produit, ou bien, a-t-il une valeur intrinsèque ? Sa valeur ne dépend-elle que des ressources qui ont été nécessaires pour le produire ? Ou ne dépend-elle que du marché, selon la loi de l'offre et de la demande ?

Pour schématiser, il y a deux types d'approches : une théorie de la subjectivité de la valeur, c'est-à-dire qui dépend de l'utilité de chaque individu, qui dépend de ses dispositions, etc. ; une théorie de la valeur objective, qui considère que les objets ont une valeur immuable pour eux mêmes, et que ceci est impersonnel, et ne dépend pas du contexte dans lequel on se trouve.

La première idée (la valeur subjective) est apparue très tôt dans l'histoire de la théorie économique, puisqu'elle est présente de manière très claire dès Condillac, qui écrit dans son livre le Commerce et le Gouvernement (1776) : "On dit qu'une chose est utile, lorsqu'elle sert à quelques-uns de nos besoins. D'après cette utilité, nous l'estimons plus ou moins ; c'est-à-dire que nous jugeons qu'elle est plus ou moins propre aux usages auxquels nous voulons l'employer. Or, cette estime est ce que nous appelons valeur". Cette idée de la valeur comme subjective est reprise notamment par l'économiste français Jean-Baptiste Say (ou Frédéric Bastiat vers 1850 dans ses Harmonies Economiques mais aussi le méconnu Francesco Ferrara), puis de manière très importante un siècle plus tard (en 1870), par les trois écoles qui opérèrent la révolution dite marginaliste, dont les chefs de file sont Léon Walras (qui se réclamait du socialisme) à Lausanne, Carl Menger (qui se réclamait du libéralisme) en Autriche et Jevons en Angleterre.

A l'opposé de cette conception de valeur subjective, un économiste a introduit à la fin du XVIIIe, une théorie de la valeur dite objective, il s'agit d'Adam Smith. Pour schématiser, A. Smith a repris dans Recherche sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations, une bonne part des recherches économiques déjà entreprises par les économistes français cités ci-dessus, en y ajoutant une théorie de la valeur objective (avant d'être économiste, Smith était avant tout un philosophe). Par ailleurs, cette idée de valeur objective en fonction de critères immuables a été également reprise par un autre classique, en la personne de David Ricardo, qui perpétua la même erreur.

Et le dernier classique, à savoir Karl Marx, a pris pour base de ses recherches et de ses analyses une théorie objective de la valeur, qu'il a nommé (et il considérait cela comme un apport majeur à la théorie économique) : la valeur-travail : pour Marx, la valeur est déterminée par une quantité de travail incorporée dans le produit, lors de sa fabrication par l'ouvrier.

Le paradoxe de l'eau et du diamant

À partir d'un paradoxe étudié par Adam Smith, celui de l'eau et du diamant (l'eau est indispensable à la vie, et pas le diamant, pourtant l'une est bien moins chère que l'autre), on peut considérer trois explications :

  • valeur objective (Adam Smith, David Ricardo) : la valeur découle du coût de production, du travail requis pour produire un diamant, plus élevé que pour obtenir de l'eau. Cependant cela n'explique pas pourquoi l'émeraude est moins chère que le diamant alors qu'elle est bien plus difficile à extraire, ni pourquoi deux diamants seront vendus au même prix alors que leurs conditions d'extraction auront été très variables ;
  • valeur subjective (Turgot) : la valeur n'est pas inhérente au diamant, mais au désir que les gens en ont. En temps normal, le diamant est très prisé. Égarés dans un désert, les gens préfèreront l'eau au diamant.
  • utilité marginale : pousse la théorie de la valeur subjective plus loin. L'utilité marginale (apportée par un incrément d'un bien ou service) décroît quand la consommation croît. Une marchandise de très grande valeur telle que l'eau se vend pour presque rien parce que la dernière goutte (une fois la quantité vitale d'eau obtenue) ne vaut presque rien.

L'idée erronée de "valeur objective" est profondément ancrée dans les esprits, probablement par une influence du matérialisme. Il s'agit d'une espèce de fétichisme qui sacralise l'objet ou le service concerné. Par exemple, un chef d'entreprise estimera que son entreprise a une valeur "intrinsèque" qui ne peut être mesurée par sa seule valeur boursière ; un travailleur, un artisan, un artiste estimeront que ce qu'ils produisent a une valeur bien supérieure à ce que le marché en offre, et même complètement indépendante d'un prix du marché. Ils ne comprennent pas que c'est l'interaction avec autrui qui donne de la valeur aux choses.

Voir aussi

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.