Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Vladimir Boukovski

De Wikiberal
(Redirigé depuis Vladimir Boukovsky)
Vladimir Boukovski
combattant

Dates (né le 30 décembre 1942)
Vladimir Boukovsky.jpg
Tendance
Origine Russie Russie
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « L’égalité est un état artificiel qui demande à être constamment entretenu d’une manière artificielle. Les hommes ne sont pas égaux par définition. »
inter lib.org sur Vladimir Boukovski

Vladimir Konstantinovich Boukovski (en russe : Владимир Константинович Буковский), né le 30 décembre 1942 à Moscou (Russie) est un intellectuel ancien dissident soviétique. Il a passé plus de 12 ans, entre 1963 et 1976, emprisonné dans des camps de rééducations par le travail, hôpitaux psychiatriques et prisons. Il a été condamné pour des délits d'opinions et l'organisation de manifestations contre le pouvoir. Il est libéré lors d'un échange de prisonnier le 18 décembre 1976 contre le communiste chilien Luis Corvalan. Il vit désormais à Cambridge et a la nationalité britannique.

Vladimir Boukovski est un des premiers à avoir dénoncé l'utilisation d'internements psychiatriques comme moyen de contrôle politique par le pouvoir soviétique. Il est notamment co-auteur d'un Manuel de psychiatrie pour les dissidents pour aider les dissidents à lutter contre les sévices pratiqués dans les enfermements psychiatriques.

Citations

  • « L'une des conséquences les plus néfastes du socialisme est que l'homme y est amené à se démettre de ses responsabilités, à s'en remettre en tout à l'État, ce qui équivaut à renoncer en même temps à sa liberté. » (Cette lancinante douleur de la liberté[1])
  • « Le gonflement de l'appareil bureaucratique est l'un des traits immuables du socialisme. » (Cette lancinante douleur de la liberté[2])
  • « Il n'existe pas un seul État socialiste dont les habitants ne cherchent pas à fuir. » (Cette lancinante douleur de la liberté[3])
  • « Si la loi exige que chaque paquet de cigarettes porte la mention "Le tabac est nocif pour votre santé", pourquoi ne pas proposer un projet de loi qui rende obligatoire de mentionner sur la couverture de chaque livre marxiste : "L'application de cette théorie a entraîné la mort de plusieurs dizaines de millions d'hommes au cours des derniers soixante ans" ? Un tel projet de loi ne serait pas compris, car le marxisme est devenu partie intégrante de la mentalité occidentale. » (Cette lancinante douleur de la liberté[4])
  • « Celui qui souffre d'un complexe d'infériorité crie à la discrimination, le paranoïaque se lamente d'être persécuté. Si je ne suis pas bien, c'est la faute de ceux qui m'entourent. Les thèses de chacune de ces deux sociétés sont diamétralement opposées : en U.R.S.S., l'homme a systématiquement tort, l'État toujours raison. Ici, l'homme est persuadé qu'il a le droit d'être toujours heureux. S'il tombe malade, c'est que les bien-portants lui doivent des comptes, si l'on est pauvre, ce sont les riches qui en sont coupables. Égocentrisme purement infantile, refus tout aussi infantile d'accepter la moindre limitation. » [5])
  • « L'Union européenne est le vieux modèle soviétique habillé à l'occidentale. Mais comme l'URSS, l'Union européenne porte en elle les germes de sa propre disparition. Malheureusement, quand elle s'écroulera - et elle s'écroulera - elle laissera d'immenses destructions derrière elle, et de gigantesques problèmes économiques et ethniques. L'ancien système soviétique était irréformable, il en est de même pour l'Union européenne. (...) J'ai vécu dans votre futur, et ça n'a pas marché. »[6]
  • « Les gens oublient souvent que les nazis étaient des socialistes. En Union soviétique c’étaient des internationaux-socialistes, en Allemagne c’étaient des nationaux-socialistes. Ce sont deux branches du socialisme. C’est la même chose, avec seulement une légère différence d’interprétation. »
  • « Toute personne qui tente de préserver son indépendance, en quelque endroit et en quelque domaine que ce soit, est à coup sûr considérée comme un ennemi de tout le régime. Toute la puissance de l'Union soviétique, toute la machine d’État est aussitôt mobilisée pour combattre ce désespéré, ce fou audacieux. Dès le départ, il se trouve confronté dans une lutte inégale, celle d'un homme seul face à tout un régime. Et tant que l'opposition n'est pas écrasée, tous les moyens sont bons. » (préface au livre Le jeu de la destruction, Viktor Korchnoï, 1981)

Notes et références

  1. Vladimir Boukovski, Cette lancinante douleur de la liberté, Robert Laffont, coll. Pluriel, 1981, p.165
  2. Boukovski, op.cit., p.166
  3. Boukovski, op.cit., p.170
  4. Boukovski, op.cit., p.176
  5. Boukovski, op.cit.
  6. Union européenne,la nouvelle union soviétique ?


Liens externes


Bibliographie

  • 2005, L'Union européenne, une nouvelle URSS ?
  • 1995, Jugement à Moscou
  • 1990, URSS : de l'utopie au désastre
  • 1981, Cette lancinante douleur de la liberté
  • 1978, ...et le vent reprend ses tours : Ma vie de dissident
  • 1973, Manuel de psychiatrie pour les dissidents
  • 1971, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l'opposition
Kurt.jpg Accédez d'un seul coup d’œil à toute la série des articles de Wikibéral concernant les célébrités libérales, libertariennes et assimilées.

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.