Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



La Charge des tuniques bleues

De Wikiberal
La Charge des tuniques bleues
The Last Frontier
21413.jpg
Réalisé par : Anthony Mann
Acteurs
Victor Mature (Jed Cooper)
Guy Madison (capitaine Glenn Riordan)
Robert Preston (colonel Frank Marston)
Genre
Western, Historique
Année de sortie
1956
Synopsis
Jed Cooper est un trappeur brutal et isolé de la civilisation. Il s'engage dans l'armée avec ses deux partenaires mais, décidé à s'installer, cherche à séduire la très belle femme du colonel Marston. Entretemps, les soldats, jeunes et peu expérimentés, sont chargées de lancer une attaque contre les Indiens pour venir en aide à un fort voisin...
lien amazon
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

La Charge des tuniques bleues est un film d’Anthony Mann (1956)

Fiche technique

  • Titre original : The Last Frontier
  • Scénario : Philip Yordan et Russell S. Hughes d’après le roman de Richard Emery Roberts
  • Photographie : William Mellor
  • Musique : Leigh Harline et Lester Lee
  • Distribution : Victor Mature (Jed Cooper) Guy Madison (capitaine Glenn Riordan) Robert Preston (colonel Frank Marston) James Whitmore (Gus) Anne Bancroft (Corinna Marston) Russell Collins (capitaine Bill Clarke) Peter Whitney (sergent major Decker) Pat Hogan (Mungo) Manuel Dondé (Red Cloud)
  • Production : Columbia Pictures

Sauvage et libre

1864. Trois trappeurs qui vivaient en harmonie avec la nature et en paix avec les Indiens entrent en contact avec la civilisation qui prend la forme d’un fort nouvellement édifié, fort Shallan. Dépouillé de leurs fourrures par les Sioux Tetons irrités par l’intrusion des militaires sur leur territoire, le vieux Gus, son protégé Jed Cooper et leur compagnon indien Mungo s’engagent comme éclaireurs de l’armée. Jed, jeune homme sauvage, tombe amoureux de l’épouse d’un colonel détraqué et impuissant qui rêve de redorer un blason terni (le boucher de Shiloh). La jeune femme est loin de rester insensible à l’animalité de l’homme des bois. Croyant satisfaire les désirs secrets de tous, Jed abandonne Marston dans une fosse à ours mais devant la réaction indigné de l'honnête capitaine Riordan et de Corinna Marston, il ramène le colonel sain et sauf. En dépit des efforts de Riordan, Marston mène une sortie contre les Sioux et tombe dans le traquenard tendu par Red Cloud. Jed réussit à sauver le reste de la troupe du massacre.

Victor Mature, acteur souvent sous-estimé, a rarement été aussi bon que dans ce western à petit budget injustement méprisé d’Anthony Mann : il campe un homme libre et sauvage qui met en lumière le caractère étouffant des conventions sociales. Amoureux d'une femme mariée, il n'hésite pas pour se débarrasser du mari à l'abandonner dans un piège à ours ! Les relations entre les trois personnages est d'ailleurs audacieux pour le cinéma de l'époque. Jed Cooper, recueilli enfant par le trappeur Gus, est un homme sans racines et peut-être métis. Bien que le personnage de Marston évoque Custer, les circonstances du désastre s’inspirent visiblement non de Little Big Horn (25 juin 1876) mais du massacre de Fetterman (21 décembre 1866). Le capitaine Fetterman s’était vanté de mater toute la nation sioux avec seulement 80 hommes et ce fut à peu près le nombre de fantassins (avec quelques cavaliers) qu’il devait entraîner dans la mort. En effet, le film met en scène non la cavalerie, comme souvent dans le western, mais l’infanterie. Le titre original donne la philosophie d’une œuvre qui reprend un thème cher à la culture et au cinéma américains : l'avancée destructrice de la civilisation qui met fin à un mode de vie libre.

Citations

  • Jed Cooper: We never fished nor killed any more than we could eat. And we're not Blue Coats. Why are they taking it out on us?
  • Gus: Civilization.
  • Jed Cooper: Civilization?
  • Gus: Civilization is creepin' up on us, lads. The Blue Coats aren't satisfied with gobblin' up all the lands east of the 'Sippi. No, they won't stop till they've pushed us over the Rockies and into the Pacific Ocean. It's a drownin' fate that awaits us all. These are calamitous times, Jed, calamitous times.
  • Gus : You never tangled with men like these before, Jed. You don't know them like I do. They talk with forked tongues. Once you set foot inside that fort they'll snare you.
  • Marston : I took a calculated risk. I dared where cautious men stood still. But victory is not given to the cautious. That's why the war back east still drags on after four years. If I had taken the ennemy artillery position, it would have turned the tide.
  • Jed : he's a soldier. He's got a wife. He's got all the things you said you have have to have to be civilised. Now, how can that be ?
  • Riordan : We have animals among us.
  • Jed : why don't you kill them ?
  • Riordan : That'd make us animals, too.
  • Jed : What's the good of being civilised ?
  • Riordan : Look, I don't have any right to judge colonel Marston. Neither do you.
  • Jed : How do you clean up such a mess ?
  • Riordan : The're lawyers and judges.
  • Jed : I knew a lawyer once at a trading post. He claimed that my furs were trapped on his land. We had strong words.
  • Riordan : What happened ?
  • Jed : He was smaller than me. I Know I did wrong, captain, but the next time I'll know better. New time I'm gonna find me a judge who sees things my way.
  • Riordan : That's a little too civilised.

Liens externes

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.