Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



On murmure dans la ville

De Wikiberal
On murmure dans la ville
People will talk
10211.jpg
Réalisé par : Joseph L. Mankiewicz
Acteurs
Cary Grant (Dr Noah Pretorius)
Jeanne Crain (Deborah Higgins)
Finlay Currie (Shunderson)
Genre
comédie
Année de sortie
1951
Synopsis
Un médecin, chef d'orchestre amateur, est en butte aux calomnies de ses confrères jaloux.
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

On murmure dans la ville est un film de Joseph L. Mankiewicz (1951)

Fiche technique

  • Titre original : People will talk
  • Scénario : Joseph L. Mankiewicz d’après Curt Goetz
  • Photographie : Milton Krasner
  • Musique : Alfred Newman, Johannès Brahms et Richard Wagner
  • Distribution : Cary Grant (Dr Noah Pretorius) Jeanne Crain (Deborah Higgins) Finlay Currie (Shunderson) Hume Cronyn (Dr Rodney Elwell) Walter Slezak (Prof. Lionel Parker) Sidney Blakmer (Arthur Higgins)
  • Production : 20th Century Fox
  • Sortie : 20 août 1951

Le talent face à la médiocrité

L’original Dr Pretorius suscite l’hostilité et la jalousie du Dr Elwell qui a engagé un détective privé pour discréditer son trop heureux collègue. Il semblerait que Noah Pretorius aurait joué les guérisseurs dans le petit village de Goose Creek avant de fonder sa prospère clinique et d’être un membre éminent de la faculté de médecine. L’étrange personnage qui ne le quitte jamais, le taciturne Shunderson, surnommé le Vampire, suscite aussi la curiosité : quel trouble passé cherche-t-il à fuir ?

Pendant ce temps, le bon docteur est tombé sous le charme de Deborah Higgins, jeune femme tombé enceinte à la suite d’une aventure sans lendemain : il décide de l’épouser et d’être un père pour l’enfant à naître. A l’occasion d’un grand concert donné par l’orchestre des étudiants sous la direction de Pretorius, Elwell réussit à réunir un conseil informel pour juger l’anticonformiste médecin mais son plan va se retourner contre lui et il va être ridiculisé devant ses pairs.

Une brillante défense de l’individualisme

Inspiré par les problèmes rencontrés par Mankiewicz à l’époque du maccarthysme, où John Ford était intervenu en sa faveur, cette brillante comédie aux dialogues étincelants est un vibrant plaidoyer en faveur de l’individualisme face à la mesquinerie bien-pensante. Le film trace le portrait d’un médecin anticonformiste en proie à la jalousie haineuse d’un de ses collègues : Hume Cronyn campe à la perfection la médiocrité venimeuse du Pr Elwell face à un Cary Grant des grands jours.

Peu soucieux des conventions sociales mais attentif à ses patients qu’il s’efforce de guérir et non de soigner (I don't cure illness, I make sick people well), en utilisant toutes les méthodes possibles, Noah Pratorius place le bien-être des malades de sa clinique au-dessus des accords syndicaux du personnel ! On y évoque sur un ton léger mais avec beaucoup d’audace et de délicatesse bien d’autres problèmes, notamment la question de l’avortement et des grossesses non désirées. Lors de la visite de Praetorius à la ferme des Higgins, Manckiewicz y épingle avec esprit un farmer hyprocrite qui se réfère sans cesse à la Bible, héberge son frère et sa nièce tout en déduisant des impôts ces parents à charge et profitant largement des subventions gouvernementales

Citations

  • Shunderson: Professor Elwell, you're a little man. It's not that you're short. You're...little, in the mind and in the heart. Tonight, you tried to make a man little whose boots you couldn't touch if you stood on tiptoe on top of the highest mountain in the world. And as it turned out...you're even littler than you were before.

Liens extérieurs

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.