Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Shakespeare

De Wikiberal

William Shakespeare (1564-1616) est considéré comme l'un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains de la culture anglaise.

Shakespeare libéral ?

Shakespeare est le type même d'artiste libéral : fils d'un notable de la ville de Stratford, il s'est enrichi non par des "droits d'auteur" inexistants à son époque, mais en devenant actionnaire du théâtre du Globe à Londres qui joue ses propres œuvres, et dans lequel il joue lui-même.

Certaines pièces de Shakespeare exposent brillamment des concepts libéraux. Prenons par exemple Le marchand de Venise, comédie en cinq actes écrite vers 1596.

L'histoire se déroule à Venise. Antonio est un riche armateur qui envoie des bateaux dans le monde entier afin d'en ramener des produits de luxe. Son ami Bassanio, amoureux fou de la belle Portia, a besoin d'argent pour la demander en mariage. Il presse Antonio de lui prêter trois mille ducats mais ce dernier ne les a pas car tous ses bateaux sont en mer. Antonio décide d'aller contracter un prêt chez un usurier juif, Shylock, afin d'aider son ami. Il a trois mois pour payer la somme prêtée plus les intérêts, sinon Shylock pourra exiger de prélever une livre de la chair d'Antonio. Shylock pose cette condition étrange parce qu'il reproche à Antonio de lui avoir fait concurrence en prêtant sans intérêt et également parce qu'Antonio l'a souvent insulté à cause des taux d'intérêts qu'il pratiquait.

Evidemment, trois mois plus tard aucun des bateaux d'Antonio n'est revenu (ils se sont tous échoués ou perdus) : il est donc dans l'impossibilité de payer sa dette. Un de ses amis lui dit alors d'aller voir le Doge et de lui demander d'annuler le contrat passé avec Shylock. Ce à quoi Antonio répond : "Le Doge ne peut arrêter le cours de la loi. Les garanties que les étrangers trouvent chez nous à Venise ne sauraient être suspendues sans que la justice de l'état soit compromise aux yeux des marchands de toutes nations dont le commerce fait la richesse de la cité." En d'autres mots : si le Doge cassait unilatéralement le contrat librement conclu entre Antonio et Shylock, les marchands qui font vivre Venise perdraient toute confiance dans la justice vénitienne et limiteraient leurs activités commerciales dans la ville. La population entière en souffrirait car elle aurait beaucoup moins d'opportunités pour vivre, se développer, s'enrichir. On voit donc que l'arbitraire étatique doit tenir compte des relations commerciales, qui sont in fine les meilleures garanties du respect de la loi.

Un peu plus loin, Shakespeare met dans la bouche d'une jeune femme les mots suivants : "Il prétend que vous êtes un méchant membre de la République parce qu'en convertissant les juifs en chrétiens, vous haussez le prix du porc." Formulée de façon amusante, cette idée est de plus tout à fait exacte : puisque les juifs ne peuvent manger du porc, les convertir revient à augmenter le nombre de consommateurs de porc, la demande pour ce produit donc, ce qui induira une hausse inévitable des prix, du moins jusqu'à ce que l'offre augmente également. Shakespeare a parfaitement saisi un des principes fondamentaux de l'économie, la loi de l'offre et de la demande, et ceci près de deux siècles avant qu'Adam Smith publie sa Richesse des nations.

Citations

  • Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles.
4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.