Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

Jean-Pierre Dupuy

De Wikiberal

Jean-Pierre Dupuy est né le 20 février 1941). Il est polytechnicien, ingénieur des mines, et philosophe des sciences. Il est professeur de philosophie sociale et politique à l'École polytechnique et à l'Université de Stanford en Californie. Il est membre de l'Académie des technologies.

Sommaire

Biographie

Ancien élève de l'École polytechnique, Il a fondé le centre de sciences cognitives et d'épistémologie de l'École polytechnique (CREA) en 1982 avec Jean-Marie Domenach sur la base de réflexions préliminaires de Jean Ullmo. Ce centre est devenu Unité mixte de recherche (UMR) en 1987. Dès l'origine, sa vocation a été double et a concerné aussi bien la modélisation en sciences humaines (modèles d'auto-organisation de systèmes complexes tant cognitifs, qu'économiques et sociaux) que la philosophie des sciences et, en particulier, l'épistémologie des sciences cognitives.

Jean-Pierre Dupuy a contribué à introduire en France les pensées d'Ivan Illich ainsi que de René Girard. Une partie de son travail porte sur les nanotechnologies. Jean-Pierre Dupuy compte également parmi les membres fondateurs du Collegium international éthique, politique et scientifique, association qui souhaite apporter des réponses intelligentes et appropriés qu'attendent les peuples du monde face aux nouveaux défis de notre temps.

Ouvrages publiés

  • 1976, avec Jean Robert, La trahison de l'opulence, PUF
  • 1977, Autonomie de l'homme et stabilité de la société, Economie Appliquée, n°1
  • 1979, avec Paul Dumouchel, L'enfer des choses, Seuil
  • 1982, Ordres et désordres, enquête sur un nouveau paradigme, Seuil
  • 1982, avec Michel Deguy, (dir.), René Girard et le problème du mal, Grasset
  • 1989, "Convention et Common Knowledge", Revue économique, n°2, mars, pp361-399
  • 1990, Ordres et désordres. Enquête sur un nouveau paradigme. Paris : Seuil
  • 1992,
    • a. Le Sacrifice et l'envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy
      • Nouvemme édition sous le titre Libéralisme et justice sociale, Hachette Pluriel
      • Traduction italienne en 1997, Il Sacrificio e l'invidia. Liberalismo e giustizia sociale, ECIG, Genova
    • b. Introduction aux sciences sociales - Logique des phénomènes collectifs, Ellipses, (sur l'auto-organisation)
  • 1994, Aux origines des sciences cognitives, La Découverte, (à propos des Conférences Macy)
    • Traduit en anglais en 2000, The Mechanization of Mind. On the Origins of Cognitive Science, Princeton and Oxford: Princeton University Press
  • 1997, "Libéralisme et justice sociale", Paris: Hachette
  • 2002, Avions-nous oublié le mal ? Penser la politique après le 11 septembre, Paris: Bayard
  • 2003, La Panique, Les Empêcheurs de Penser en Rond
  • 2004, Pour un catastrophisme éclairé, Quand l'impossible est certain, Seuil
  • 2005, Petite métaphysique des tsunamis, Seuil
  • 2006,
    • a. Retour de Tchernobyl, Journal d'un homme en colère, Seuil
    • b. "Hayek ou la morale de l'économie", In: Philippe Nemo et Jean Petitot, dir., Histoire du libéralisme en Europe, Collection Quadridge, Presses Universitaires de France

Articles

  • “L'individu libéral, cet inconnu: d'Adam Smith à Friedrich Hayek”, in C. Auduard, J.-P. Dupuy et R. Sève, eds., Individu et Justice sociale. Autour de John Rawls, Paris, Seuil: 73-125, 1988
  • Friedrich Hayek, ou la justice noyée dans la complexité sociale”, Le Sacrifice et l'envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, chap. VIII: 241-292, 1992


Liens externes

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.


Outils personnels