Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



A l'Ouest rien de nouveau

De Wikiberal
À l’Ouest rien de nouveau
All Quiet on the Western Front
AlouestriendenouveauM.jpg
Réalisé par : Lewis Milestone
Acteurs
Louis Wolheim (caporal Katczinsky)
Lew Ayres (Paul Baümer)
John Wray (Himmelstoss)
Arnold Lucy (Kantorek)
Genre
Guerre, Historique, Drame
Année de sortie
1930
Synopsis
L'adaptation de l'œuvre de Erich Maria Remarque. De jeunes soldats allemands se retrouvent confrontés aux horreurs de la première guerre mondiale, qui ébranlent toutes leurs convictions.
A l'Ouest, rien de nouveau
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

À l’Ouest rien de nouveau est un film de Lewis Milestone (1930)

Fiche technique

  • Titre original : All Quiet on the Western Front
  • Scénario : George Abott, Maxwell Anderson et Del Andrews d’après le roman allemand d'Erich Maria Remarque (Im Westen nichts Neues, 1929)
  • Photographie : Arthur Edeson
  • Musique : Sam Perry et Heinz Roemheld
  • Distribution : Louis Wolheim (caporal Katczinsky) Lew Ayres (Paul Baümer) John Wray (Himmelstoss) Arnold Lucy (Kantorek) Ben Alexander (Franz Kemmerich) Scott Kolk (Leer) Russell Gleason (Müller) Slim Summerville (Tjaden)
  • Production : Universal Pictures
  • Sortie : 24 août 1930
  • Oscars : meilleur film et meilleur réalisateur et nominé pour le meilleur scénario et la meilleure photographie (1930)

Dans l'enfer des tranchées

Allemagne 1914. Enthousiasmé par le discours vibrant de leur professeur, pour qui Il est doux et honorable de mourir pour la patrie, Paul Baümer et ses camarades lycéens s'engagent comme volontaires dans l'armée allemande. Dès leur arrivée au front, ils sont confrontés à la réalité de la guerre des tranchées, non la gloire et l'héroïsme mais la peur, la faim, l'attente, la folie et la mort omniprésente. Paul sympathise avec un vieux dur à cuire, Katczinsky. L'un après l'autre, les jeunes gens sont blessés ou tués. En permission, Paul retrouve son vieux professeur qui tient le même discours à ses élèves. À quelques jours de l’armistice, Paul se fait tuer à son tour et pourtant, à l’Ouest, rien de nouveau.

Sur l'absurdité de la guerre

Peinture très réaliste des conditions de combat pendant la Grande Guerre, ce très célèbre film pacifiste, inspiré d'un roman non moins célèbre, rend avec puissance la sauvagerie et l'absurdité de la guerre. Le réalisateur a d’ailleurs utilisé des vétérans de l’armée allemande vivant aux États-Unis ce qui contribue à l’authenticité de l’atmosphère. Les offensives se succèdent sans autre résultat qu'une tuerie interminable et monotone : les soldats avancent et reculent sans comprendre quoi que ce soit à la situation.

Comment un pays peut-il en offenser un autre, demande Tjaden, une montagne en Allemagne se fâche contre un champ en France ? Un des jeunes soldats le traite d'imbécile et lui explique qu'un peuple en offense un autre. Le placide philosophe rétorque : Oh, si c'est ça, je ne devrais pas être ici, je ne me sens pas offensé. En permission, Paul se heurte à l'incompréhension des gens de l'arrière et se fait traiter de lâche par les lycéens à qui il tente d'expliquer qu'au front, on est vivant ou mort et c'est tout. Dans les derniers plans du film, le jeune soldat tente d'attraper un papillon avant d'être abattu par un sniper. Impressionnant visuellement, le film bénéficie aussi de la remarquable interprétation de Louis Wolheim. Lew Ayres, pacifiste convaincu, prête son charme juvénile à Paul mais bien que sa prestation soit très appréciée aux États-Unis, son jeu paraît souvent excessif.

Le film a beaucoup choqué en son temps. Aux États-Unis certains lui ont reproché de montrer la guerre du point de vue des Allemands, donc de l'ennemi. En France, la séquence de « fraternisation » entre les jeunes soldats et de jeunes françaises a été censurée. En Allemagne, le film a suscité la violente hostilité des Nazis qui l'ont interdit après leur arrivée au pouvoir.

Citations

  • Paul Bäumer : We live in the trenches out there. We fight. We try not to be killed, but sometimes we are. That's all. (…) You still think it's beautiful to die for your country. The first bombardment taught us better. When it comes to dying for country, it's better not to die at all.

Liens extérieurs

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.