Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Biélorussie

De Wikiberal

La Biélorussie, officiellement la République de Biélorussie est un pays enclavé d'Europe orientale bordé par la Russie au nord-est, l'Ukraine au sud, la Pologne à l'ouest, la Lituanie et la Lettonie au nord-ouest. Sa capitale et sa ville la plus peuplée est Minsk. Plus de 40% de ses 207 600 kilomètres carrés sont boisés. Jusqu'au 20e siècle, différents États ont contrôlé, à diverses époques, les terres de la Biélorussie, notamment la Principauté de Polotsk (du 11e au 14e siècles), le Grand-Duché de Lituanie, l'Union polono-lituanien et l'Empire russe.

La Biélorussie a fait partie de l'Union polono-lituanienne jusqu'aux partitions polonaises du XVIIIe siècle. Après plus de cent ans de domination russe suivie de sept décennies en tant que république constitutive de l'URSS, le pays était la république la plus développée (à l'exclusion des trois États baltes) de l'ex-URSS. La Biélorussie a obtenu son indépendance en 1991. Cependant, sous le régime autoritaire d'Alexandre Loukachenko (depuis 1994), le pays a conservé des liens politiques et économiques plus étroits avec la Russie. que toutes les autres anciennes républiques soviétiques. La personne qui croyait fermement que l'éclatement de l'Union soviétique était la plus grande tragédie du XXe siècle a impitoyablement transformé la Biélorussie en un petit État totalitaire.

La Biélorussie et la Russie ont signé le 8 décembre 1999 un traité sur une union à deux États, prévoyant une plus grande intégration politique et économique. Bien que la Biélorussie ait accepté un cadre pour la mise en œuvre de l'accord, les étapes importantes vers sa mise en œuvre ont connu un succès limité. L'économie est complètement dépendante de la Russie. Le pays n'a pas connu beaucoup de réformes structurelles ces dernières années. L'activité politique et journalistique est étroitement contrôlée. Coincé entre la crise économique et le désir de maintenir son indépendance, Le gouvernement biélorusse a été contraint d'engager des réformes et de s'engager avec les institutions occidentales. La Banque nationale de Biélorussie a assoupli les restrictions de change. L'emploi publique dans les plus grandes usines industrielles a été réduit. Le gouvernement a également diminué le soutien financier aux entreprises publiques. Certaines des entreprises industrielles les moins rentables ont été complètement liquidées. En avril 2016, Minsk a mis en œuvre une décision politiquement sensible de relever de trois ans l'âge de la retraite pour les hommes et les femmes, et en juin de la même année, elle a accueilli une délégation du FMI pour une série de pourparlers sur de nouvelles réformes structurelles.

Malgré les forces du pouvoir politique en place, les idées libérales ont pu s'introduire en Biélorussie grâce à l'activité intellectuelle de Jaroslav Romanchuk. En créant son think tank, "Scientific Research Mises Center", cet entrepreneur intellectuel a obtenu sa plus grande victoire en 2009. Dès 1999, Il fit son plaidoyer de l'introduction d'un taux forfaitaire d'impôt (Flat Tax) sur le revenu des particuliers à 12%. Cette réforme a été finalement introduite par le gouvernement en place en 2009. Sa campagne pour un impôt uniforme a d'abord été rejetée avec véhémence par la grande majorité des décideurs politiques et des économistes biélorusses. Mais, peu à peu, l'idée a été mise à l'ordre du jour dans le monde des affaires. Des dizaines de séminaires, de tables rondes et de réunions de clubs d'entreprises ont eu lieu avec les autorités nationales et locales. Finalement, même le gouvernement autoritaire de Biélorussie ne pouvait plus ignorer les arguments solides en faveur de la taxe uniforme.

Une autre campagne que Jaroslav Romanchuk a lancé consistait à abolir l'outil juridique, la "part d'or" (Golden share). Le gouvernement avait le droit de s’introduire dans le capital de toute entreprise privatisée ou toute entreprise même lorsque 99% des actions appartenaient à une entité physique. Cette épée de Damoclès planait au-dessus de la tête de tout entrepreneur, y compris les entrepreneurs étrangers. De nombreux articles, des lettres au gouvernement, des appels au président et des déclarations des forces démocratiques unies de l’opposition ont finalement contraint le gouvernement à reconsidérer la "part d’or". Finalement, cette mesure a été abolie en 2008.

Instituts libéraux

  • Scientific Research Mises Center (Biélorussie) créé en 2002 par Jaroslav Romanchuk

Publications