Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Finn E. Kydland

De Wikiberal
Finn E. Kydland
Économiste

Dates Né en 1943
Finn E Kydland.jpg
Tendance Nouvelle macroéconomie classique
Origine Norvège Norvège
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Finn Kydland

Finn E. Kydland, né le 1er décembre 1943, est un économiste norvégien. Il est professeur d'économie à l'école de commerce Tepper de l'université Carnegie Mellon. Il a reçu le prix Nobel d'économie en 2004 avec Edward C. Prescott, « pour leurs contributions à la macroéconomie dynamique : la cohérence temporelle des décisions de politique économique et les forces économiques responsables des fluctuations conjoncturelles ».

Il est aussi connu pour le filtre Hodrick-Prescott, utilisé afin de lisser les fluctuations des séries temporelles.

Travaux

Il a obtenu son Ph.D. en économie à la Carnegie Mellon University.

Il s’est d’abord intéressé à la recherche opérationnelle avant de bifurquer vers les sciences économiques. Depuis lors, il a travaillé sur la question des cycles économiques, des politiques monétaires et fiscales et de l'économie du travail. Il a rejoint la faculté de Carnegie Mellon en 1977, où il est professeur d'économie. Il est aussi professeur attaché à l'école d'économie de Norvège (NHH) et consultant de la réserve fédérale de Dallas et de la réserve fédérale de Cleveland.

Avec Edward Prescott, Finn E. Kydland (tous deux représentants de la nouvelle macroéconomie classique) a étudié le problème de l'incohérence temporelle et de la cohérence temporelle, en se fondant sur les anticipations des individus. Selon les lauréats, pour être efficaces les gouvernements doivent maintenir leurs décisions même si l'intérêt futur du gouvernement suggère de s'en écarter. À défaut de cela, les individus modifient leur comportement de manière anticipative, vouant à l'échec une politique pourtant bien intentionnée. Domaine aujourd'hui applicable dans des domaines aussi divers que la politique monétaire, la taxation du capital et le développement des pays pauvres.

Les lauréats ont également mis en évidence le fait que les cycles conjoncturels ne sont pas toujours dictés par des variations de la demande, mais plutôt par des chocs de l'offre comme la flambée des prix du pétrole ou les innovations technologiques. Cette nouvelle théorie du cycle économique a permis de mieux comprendre de nombreux aspects de la dynamique de l'emploi, de la consommation et des loisirs[1].

Notes et références

Voir aussi

Voir aussi

Source

  • Partie de cet article est tiré de l'article du même nom de Wikipedia, disponible sous licence GFDL.
Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.