Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Histoire de la pensée du management

De Wikiberal

L'histoire de la pensée du management (ou de la pensée managériale) s'intéresse aux acteurs qui ont contribué à l'évolution des principes du management des organisations.

Une pensée du management pratiquée mais faiblement articulée

Il est fort probable que la famille fut la première unité d'organisation où le management fut mis en place. Il s'est alors étendu au groupe, à la tribu et il a finalement imprégné les unités politiques formelles telles que les écrits nous permettent de le retracer au début de l'histoire de la Babylonie. Dans ces organisations, on a inventé un type de contrôle financier et de tenue de dossiers qui ont généralement pris la forme d'inscriptions sur des tablettes d'argile. Le concept de la reconnaissance de la responsabilité de gestion fut clairement établie par le biais du Code de Hammurabi. Plus tard, les Égyptiens nous ont fourni les premiers exemples d'une organisation dispersée et décentralisée avec peu ou pas de contrôle central, avec ses résultats finaux conséquents. La compétence égyptienne dans la planification et l'organisation de la construction d'édifices publics est évidente dans leurs pyramides et leurs bâtiments que l'on peut admirer encore aujourd'hui, deux-mille ans après leurs édifications. Du côté plus oriental, les anciens philosophes chinois furent les premiers à reconnaître le besoin de moyens méthodologiques pour sélectionner les employés et le personnel dont ils avaient besoin dans le cadre de leur système d'administration. Les philosophes grecs furent aussi des penseurs précoces des principes de gestion. Les écrits de Xénophon nous apportent une riche documentation sur l'universalité de la gestion, sur la spécialisation, sur le management en tant qu'art, sur la sélection des employés, sur la délégation d'autorité et sur l'étude des mouvements dans l'effort.

Il est difficile de considérer l'histoire de la pensée du management comme un ensemble continu dans la chronologie, le management fut pratiquement, si ce n'est praxéologiquement, une activité fondée sur l'essai et l'erreur, avec peu ou pas de théorie et pratiquement aucun échange d'idées et de pratiques entre "intellectuels". La faiblesse de la technologie d'enregistrement, de communication et l'échec de l'analyse discursive et critique entre praticiens et penseurs expliquent l'absence d'une pensée cohérente et globale pour bénéficier des expériences antérieures positives et négatives.

Cependant, la pratique du management indique clairement que certains principes de gestion ont été reconnus durant ces temps précoces et furent communiqués au moins localement sur une base d'un "savoir comment" faire. En général, les principes de gestion employés sont nés de la nécessité d'avoir à atteindre des objectifs, et ces principes furent découverts et redécouverts à maintes reprises par de nombreux individus dans l'histoire alors qu'ils tentaient d'atteindre leurs buts. Ainsi, au commencement de l'histoire humaine, le management exista dans un état nébuleux et peu sophistiqué. Il ne fut pas articulé (verbalisé) jusqu'aux écrits de Platon et Socrate. Même alors, cependant, les principes n'étaient pas unifiés dans un schéma de pensée managériale, ni aucune preuve de construction chronologique des diverses orientations managériales ne furent mises en avant.

A partir de la période médiévale, la réflexion sur le management a commencé à émerger. Alfarabi dans les années 900 a, en effet, défini une description du poste de chef d'Etat. En 1100, Ghazali conseillait au roi de savoir comment il doit agir et les traits de personnalités qu'il doit développer pour être un bon manager. A Venise, capital mondiale de l'échange économiques, sont nées les premières formes d'entreprise, et son arsenal, en particulier, nous donne une excellente image de l'état de la prise de conscience, de la réflexion et des pratiques managériales de la période. Nicolas Machiavel donna des conseils de manager au "Prince".

En rétrospective, les années 1700 et la révolution industrielle étaient mûres pour l'introduction d'une amélioration des techniques de fabrication et du développement d'une nouvelle approche du management pour le bien d'une économie industrielle émergente. Les nouveaux écrits sur le management furent orientés vers l'entreprise. Adam Smith et ses successeurs ont centré leurs commentaires autour de l'entreprise, du travail du gestionnaire, du rôle de la planification pour réaliser des opérations économiques ainsi que pour répondre à la demande des clients. Les auteurs, du début du dix-neuvième siècle, se sont occupés principalement des fondamentaux. Aucune théorie unifiée de la gestion n'a été développée, mais les auteurs ont reconnu l'existence de l'entrepreneur manager ils ont compris les fonctions du management en discutant de nombreux aspects. Le fait important de ces auteurs n'est pas tant ce qu'ils ont dit, mais le fait qu'ils ont commencé à le dire. Ils ont commencé à penser et à écrire sur le manager à partir de nombreuses approches. Et leurs écrits ainsi que ceux des économistes ont servi à renforcer l'idée croissante de l'importance de la direction pour l'entreprise en développement, tout en encourageant les autres chercheurs à analyser davantage ce concept émergent.

Publications

  • 1987, Daniel A. Wren, "Management History: Issues and Ideas for Teaching and Research", Journal of Management, Vol 13, n°2, pp339–350
  • 2006, Laurent Bélanger, Jean Mercier, "Auteurs et textes classiques de la théorie des organisations", Presses de l'Université Laval
  • 2007, David J Hickson, Derek S Pugh, "Writers on Organizations", The Open University - University of Bradford, UK (6ème édition)
  • 2008, Denis Harrisson, commentaire du livre dirigé par Laurent Bélanger et Jean Mercier, "Auteurs et textes classiques de la théorie des organisations", Relations industrielles, Vol 63, n°2, pp371–373
  • 2015, Alain Desreumaux, "Théorie des organisations", Editions EMS
  • 2016, Jean-François Chanlat, Anthony Hussenot, François-Xavier de Vaujany, "Théorie des organisations - Nouveaux tournants", Paris, Economica

Liens connexes