Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Horace Greeley

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
Horace Greeley
entrepreneur

Dates 1811-1872
Horace-Greeley-Baker.jpeg
Tendance
Origine États-Unis États-Unis
Articles internes Autres articles sur Horace Greeley

Citation
inter lib.org sur Horace Greeley

Horace Greeley (Amherst, New Hampshire, 3 février 1811 - Chappaqua, New York, 29 novembre 1872) est éditeur d'un important journal américain, l'un des fondateurs du Parti républicain, un réformateur et un homme politique. Son New York Tribune a été le journal américain le plus influent des années 1840-1870. Il a aussi été l'éditeur de Henry David Thoreau. Greeley s'en est servi pour promouvoir les partis whig, puis républicain, la lutte antiesclavagiste et diverses réformes.

Les débuts d'un journaliste

Fils d'un pauvre fermier, il refuse une bourse d'étudiant à la Phillips Exeter Academy et quitte l'école à l'âge de 14 ans ; il est mis en apprentissage comme imprimeur, se déplaçant vers New York en 1831. En 1834, il fonde, grâce à ses économies, l'hebdomadaire New Yorker.

En 1836, Greeley se marie avec Mary Cheney Greeley, une suffragette.

En 1838, les principaux hommes politiques Whig le choisissent pour éditer un grand journal de campagne, le Jeffersonian, qui tire à 15 000 exemplaires. En 1840, il édite un grand journal de campagne, le Log Cabin, qui atteint 90 000 abonnés dans tout le pays et facilite l'élection de William Henry Harrison, candidat du Parti whig.


Le New York Tribune

En 1841, il fait fusionner ses deux journaux dans le New York Tribune, qui va devenir connu comme le « Grand organe moral ». C'est bientôt un tel succès qu'il devient le principal journal whig de New York, son édition hebdomadaire atteint des dizaines de milliers d'abonnés à travers le pays.

Greeley est l'éditeur du Tribune pour le reste de sa vie, l'utilisant comme une plateforme pour plaider toutes ses causes. Greeley est sensible à toutes sortes d’idées radicales, séduit un temps par le fouriérisme, il utilise comme correspondants en Europe Karl Marx et Friedrich Engels. Un de ses plus fameux éditoriaux, le 13 juillet 1865 contient la formule : « Go West, young man, go West and grow up with the country », formule dont il n’est peut-être pas l’inventeur mais qu’il rend célèbre. Il se veut adversaire de tous les monopoles et de tous les privilèges, le champion des travailleurs. Ce végétarien était aussi opposé à la consommation d’alcool.

Ambitions politiques

Quand le nouveau Parti républicain est fondé en 1854, Greeley fait du Tribune son organe abolitionniste national officieux, qui combat l'extension de l'esclavage et du pouvoir esclavagiste dans chacune de ses parutions. À la veille de la guerre de Sécession, le nombre des lecteurs approche 300 000. Greeley et le New York Tribune prennent une position républicaine radicale durant la guerre, en opposition avec la modération de Abraham Lincoln.

Après avoir soutenu Ulysses S. Grant aux élections de 1868, Greeley rompt avec Grant et rejoint le Parti libéral républicain en 1872. À l'étonnement général, ils nomment Greeley comme leur candidat à l’élection présidentielle, avec le soutien des démocrates. Médiocre candidat, il est ridiculisé impitoyablement comme un imbécile et un extrémiste, et se voit devancer par Grant.

Peu après les élections, l'épouse de Greeley meurt. Il sombre dans la folie et meurt avant le dépouillement des votes.

Liens externes

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.