Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



La Tour des ambitieux

De Wikiberal
La Tour des ambitieux
Executive suite
A0012381.jpg
Réalisé par : Robert Wise
Acteurs
William Holden (McDonald Walling)
Barbara Stanwick (Julia O. Tredway)
Fredric March (Loren Phineas Shaw)
Genre
Comédie dramatique
Année de sortie
1954
Synopsis
A la mort de son Président, la Tredway Corporation doit désigner son successeur. S'ensuit une lutte sans pitié entre les actionnaires pour prendre le pouvoir dans la société.
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

La Tour des ambitieux est un film américain de Robert Wise (1954)


Fiche technique

  • Titre original : Executive suite
  • Scénario : Ernest Lehman d’après le roman de Cameron Hawley
  • Photographie : George J. Folsey
  • Distribution : William Holden (McDonald Walling), Barbara Stanwick (Julia O. Tredway), Fredric March (Loren Phineas Shaw), Walter Pidgeon (Fredreic Y. Alderson), Shelley Winters (Eva Baderman), June Allyson (Mary Blemond Walling), Paul Douglas (Josiah Walter Dudley), Louis Calhern (George Nyle Caswell), Dean Jagger (Jesse Q. Grimm), Nina Foch (Erica Martin)
  • Production : MGM
  • Sortie : 6 mai 1954
  • Prix spécial du Jury pour les acteurs et Lion d’Or à la Mostra de Venise (1954)


Guerre de succession

La mort subite du patron d’une grande firme pose la question de sa succession. Qui est le plus capable pour prendre la suite ? L’ambitieux et manipulateur Loren Shaw, le directeur financier, pour qui tout est affaire de chiffres et de statistiques ? Frederic Alderson, n° 2 depuis trente ans et qui a voué sa vie à l’entreprise ? Ou plutôt le jeune McDonald Walling, le designer, l’innovateur, déçu par l’évolution de l’entreprise ? La réunion des cinq vice-présidents et de l’actionnaire principale ne va pas se dérouler comme prévue…


Le business et l’éthique

D’un ton documentaire, renforcé par l’absence de musique (une rareté dans le cinéma hollywoodien), fort bien réalisé par Robert Wise, le film échappe aux pièges du théâtre filmé et bénéficie d’une excellente distribution avec neuf rôles importants. Le portrait des directeurs est plus sensible et nuancé qu’il y paraît, le héros joué par William Holden a ses moments de faiblesse, l’antagoniste admirablement interprété par Frederic March, n’est pas totalement noirci, et Louis Calhern campe à son habitude une fripouille victime de sa propre malice. Chaque personnage représente une facette de l’entreprise : le financier, le designer, le commercial, le chef de la production et l’efficace second. Le discours final de William Holden souligne bien les qualités nécessaires d’un entrepreneur : le souci de la rentabilité et des profits ne doit pas être à court terme mais il faut savoir prévoir l’avenir et offrir le meilleur au meilleur prix et satisfaire à la fois les actionnaires, les employés et les consommateurs.

Citations

  • McDonald Walling : We'll have a line of low-priced furniture, a new and different line--as different from anything we're making today as a modern automobile is different from a covered wagon. That's what you want Walt, isn't it--what you've always wanted ? Merchandise that will sell because it had beauty and function and value--not because the buyers like your scotch or think that you're a good egg. The kind of stuff that you, Jesse, will feel in your guts when you know it's coming off your production line. A kind of product that you will be able to budget to the nearest hundredth of a cent, Shaw, because it will be scientifically and efficiently designed. And something you will be proud to have your name on, Miss Tredway.

Liens externes

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.