Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Le Comte de Monte Cristo

De Wikiberal
Le comte de Monte Cristo
Montecristo.jpg
Auteur : Alexandre Dumas
Genre
drame
Année de parution
1844
Victime d'un terrible complot, Edmond Dantès est emprisonné au Château d'If alors qu'il est sur le point d'épouser celle qu'il aime. A sa libération et sous l'identité du comte de Monte-Cristo, sa vengeance n'épargnera personne...
Amazon
Index des romans d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

Le Comte de Monte-Cristo est un roman d'Alexandre Dumas terminé en 1844.

Le thème central du livre est d'abord celui de la vengeance, mais les libéraux trouveront dans cette œuvre romantique une quête incessante de la liberté menée par un homme en marge de la société. Écrasé par la justice injuste de son pays, le héros décide de se faire justice lui-même.

Le roman est long et touffu, avec parfois des digressions et des développements peu utiles, ce qui correspond aux canons du XIXe siècle où la publication était faite en feuilleton dans les journaux. Une bonne partie de l’œuvre est due à Auguste Maquet, le "nègre" de Dumas, mais il revient à Dumas d'avoir transformé ce qui était à l'origine un fait divers (l'histoire du cordonnier Pierre Picaud), une vengeance élaborée, en un roman grandiose.

Attention: Cet article dévoile l'intrigue du récit !

Bref résumé de l'histoire

Au début du règne de Louis XVIII, Edmond Dantès, marin, est accusé à tort de bonapartisme et enfermé dans la prison d'If, sur l'île du même nom, au large de Marseille[1]. Après 14 années il réussit à s'échapper, et s'empare du trésor de l'île de Monte-Cristo, qui lui a été révélé par un compagnon de captivité (l'abbé Faria). Devenu riche et puissant, il entreprend, sous le nom de comte de Monte-Cristo, de se venger de ses ennemis, qui l'ont accusé ou ont bénéficié directement de son incarcération pour s'élever dans la société : le comte de Morcerf (alias Fernand Mondego, son rival en amour), le banquier Danglars (qui a rédigé la dénonciation), le procureur du Roi de Villefort (qui l'a envoyé en prison bien que le sachant innocent).

Anarchisme individualiste

Umberto Eco (De Superman au surhomme, 1995) affirme que le Comte de Monte Cristo est le premier exemple moderne de "surhomme", bien avant celui que Nietzsche décrira dans son Zarathoustra, dont Monte Cristo serait un précurseur.

Plusieurs déclarations du comte le rattachent nettement à une forme d'anarchisme individualiste proche de celui de Max Stirner, individualisme que les autres personnages du roman qualifient d'égoïsme :

Peut-être ce que je vais vous dire vous paraîtra-t-il étrange, à vous, messieurs les socialistes, les progressifs, les humanitaires ; mais je ne m’occupe jamais de mon prochain, mais je n’essaye jamais de protéger la société qui ne me protège pas, et, je dirai même plus, qui généralement ne s’occupe de moi que pour me nuire ; et, en les supprimant dans mon estime et en gardant la neutralité vis-à-vis d’eux, c’est encore la société et mon prochain qui me doivent du retour.[2]

La façon diabolique dont le comte ruine le banquier Danglars, en le prenant à son propre jeu et en le rendant victime de sa cupidité, démontre également une maîtrise complète par le héros aussi bien des comportements humains que des mécanismes du capitalisme tels qu'ils existaient au XIXe siècle[3].

Exploitation touristique

Des visites de la cellule d'Edmond Dantès (!) sont encore organisées de nos jours au Château d'If, sur une île non loin du port de Marseille.

Notes et références

  1. Dans l'histoire de la vengeance de Pierre Picaud dont s'est inspiré A. Dumas, le héros est au contraire une victime de la police du Premier Empire. Il était plus en accord avec l'esprit de l'époque où fut publié le roman de présenter Dantès comme une victime du royalisme plutôt que du bonapartisme, ce dernier bénéficiant de la légende impériale, étant revenu en grâce après le "retour des cendres" aux Invalides, en 1840.
  2. Le Comte de Monte-Cristo, chap. XLI, Le Déjeuner
  3. Voir un livre complètement consacré à ce sujet : Histoires d'escrocs : Tome 1 : La vengeance par le crédit ou Monte-Cristo, Jean-Michel Rey, éditions de l'Olivier, 2013.

Citations

  • Le Comte de Monte-Cristo est un chef-d’œuvre prophétique parce que Alexandre Dumas y définit l’idéal funeste qui va occuper la France pendant les deux siècles à venir : la vengeance. (Eric Zemmour, Destin français, 2018)
  • Je crois que l'on peut affirmer que la prétendue "surhumanité" de Nietzsche a pour origine et modèle doctrinal non pas Zarathoustra, mais le comte de Monte-Cristo. (Antonio Gramsci)
  • Il est impressionnant de voir comment l'artisan Dumas, tenant un thème romanesque autosuffisant (un innocent emprisonné puis libéré exécute sa vengeance), déplace l'accent de la Vengeance à la Volonté de pouvoir et de celle-ci à la Mission. En effet, Monte-Cristo, prêt à la vengeance grâce au trésor de l'abbé Faria, comprend qu'il n'est plus seulement un vengeur mais un justicier, car il possède la liberté et l'absence de déterminations. (Umberto Eco, De Superman au surhomme)

Liens externes

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.