Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Leon Festinger

De Wikiberal

Leon Festinger, né le 8 mai 1919 à New York - décédé le 11 Février 1989 à New York, était un psychologue social américain, ayant élaboré plusieurs théories sur la dissonance cognitive, sur la comparaison sociale et sur les réseaux sociaux (rôle de la proximité dans la formation des liens sociaux, pression sociale du groupe sur l'individu, renforcement des liens entre les membres d'un groupe après l'échec d'une prophétie...)

La théorie de la dissonance cognitive

La théorie de la dissonance cognitive formule l'hypothèse que l'existence d'une dissonance entre ce qui est perçu et ce qui est désiré est source de tension psychologique, entraînant de la part de l'individu des comportements qui visent à réduire cette tension et cette dissonance. L'incohérence entre les croyances et les comportements provoquent une tension inconfortable psychologique. Cela conduit les gens à changer leurs croyances pour s'adapter à leur comportement réel, plutôt que l'inverse.

La théorie de la comparaison sociale

Leon Festinger a examiné la façon dont les gens évaluent leurs propres opinions et désirs en se comparant aux autres, et comment les groupes exercent des pressions sur les individus de se conformer aux normes du groupe et des objectifs.

La théorie des réseaux sociaux

Très tôt dans sa carrière, Leon Festinger a exploré les différentes formes que peuvent prendre les groupes sociaux et il a montré une corrélation positive entre la performance d'un réseau social et les règles qui normalisent la société. Plus les normes sont claires, solides et faciles à appliquer et plus le réseau social est dense et pérenne.

Etudiant la formation des liens sociaux, tels que le choix de ses amis, Leon Festinger a montré que la formation de liens est prédite par la proximité physique entre les gens, et pas seulement par le partage des mêmes goûts ou par les mêmes convictions. Tout simplement, les gens ont tendance à lier d'amitié avec leurs voisins.


Publications

  • 1948, avec Stanley Schachter et Kurt Back, Social Pressures in Informal Groups; a Study of Human Factors in Housing, Cambridge, Mass.: MIT Press
    • Nouvelle édition en 1950, Palo Alto, California: Stanford University Press
  • 1949, "The Analysis of Sociograms Using Matrix Algebra", Human Relations, 10, pp153-158
  • 1950,
    • a. Informal social communication, Psychological Review, 57, pp271-282
    • b. avec K. W. Back, S. Schachter, "The Spatial Ecology of Group Formation", In: K. W. Back, Leon Festinger, S. Schachter, "Social pressure in informal groups: A study of human factors in housing", New York: Harper, ch 4
    • c. avec K. W. Back, S. Schachter, "Social pressure in informal groups: A study of human factors in housing", New York: Harper
  • 1952, avec A. Pepitone et T. Newcomb, Some consequences of deindividuation in a group, Journal of Abnormal and Social Psychology, 47, pp382-389
  • 1954, A theory of social comparison processes, Human Relations, 7, pp117–140
  • 1956, avec Henry W. Riecken et Stanley Schachter, When Prophecy Fails: A Social and Psychological Study of a Modern Group that Predicted the End of the World (University of Minnesota Press
  • 1957, A theory of cognitive dissonance. Evanston, IL: Row, Peterson
  • 1959, avec J. M. Carlsmith, "Cognitive consequences of forced compliance", Journal of Abnormal and Social Psychology, 58,

Littérature secondaire

  • 1994, Stanley Schachter, "Leon Festinger", Biographical Memoirs, 64, pp99-111
  • 2000, Franz Samelson, "Festinger, Leon", American National Biography Online, February