Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Notre agent à La Havane

De Wikiberal
Notre agent à La Havane
Our Man in Havana
Our-Man-in-Havana-They-have-no-money.jpg
Réalisé par : Carol Reed
Acteurs
Alec Guinness (Jim Wormold)
Burl Ives (Dr Hasselbacher)
Jo Morrow (Milly Wormold)
Genre
comédie
Année de sortie
1959
Synopsis
Jim Wormold, un vendeur d'aspirateurs anglais, vit à La Havane de la fin des années 1950. Il décide de devenir espion des services secrets anglais pour subvenir aux besoins de sa fille Milly. Il transmet aux services secrets des informations fantaisistes, qui sont prises au sérieux et conduisent à des rebondissements inattendus.
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

Notre agent à La Havane est un film de Carol Reed, sorti en 1959, inspiré du roman de Graham Greene de même nom paru en 1958.

L'absurdité de l'espionnage

Jim Wormold, un vendeur d'aspirateurs anglais, vit à La Havane de la fin des années 1950 avec sa fille Milly, en pleine guerre froide. Wormold va faire la rencontre d'un agent des services secrets anglais, M. Hawthorne, qui lui propose de servir son pays en étant agent secret. Wormold n'y connaît rien en espionnage et dans un premier temps refuse l'offre de Hawthorne. Mais le Dr Hasselbacher, son seul ami sur l'île, va le faire changer d’avis. Il lui explique qu'il pourrait bien mentir aux agents anglais en leur transmettant des informations erronées. Ainsi il peut récolter les primes de risques ainsi que les salaires de son équipe factice. Grâce à cela il peut subvenir aux besoins de sa fille, qui sont très importants.

Les informations fantaisistes qu'il transmet aux services secrets sont prises au sérieux et conduisent à des rebondissements inattendus, la fiction se mêlant à la réalité. Après plusieurs péripéties, au cours desquelles il risque sa vie, il est obligé d'avouer le subterfuge. Au lieu d'être sanctionné par ses supérieurs, il finit par être décoré de l'ordre de l’Empire britannique et peut s'installer à Londres pour enseigner l'espionnage. Le dénouement montre l'irresponsabilité des services étatiques, qui poursuivent des buts indéterminés et s'ingénient à cacher leur impéritie et leurs erreurs.

Contexte de tournage

Le film a été tourné à La Havane quelques mois avant le renversement du régime de Batista par Fidel Castro. Castro se plaignit de l'indulgence du film à l'égard du régime de Batista, dont la brutalité n'était, selon lui, pas assez exposée. Graham Greene (qui fut lui-même agent du MI6, le service d'espionnage britannique) expliqua que son but était de montrer l'absurdité des services d'espionnage britannique, plutôt que la révolution cubaine. En illustrant la panique qui s’empare des différents services devant les prétendues installations découvertes dans les montagnes par le réseau fictif de Wormold, le film (et le roman avant lui) préfigure la crise des missiles de 1962.

Quelques citations

  • — Croyez-vous que je devrais tout inventer et prendre leur argent ? — Ils n’ont pas d’argent [les services secrets], sauf celui qu’ils perçoivent en impôts d’hommes comme vous et moi. Tant que vous inventez, vous ne faites pas de mal, et ils ne méritent pas la vérité.
  • Certaines personnes s’attendent à être torturées. D’autres sont indignées. On ne torture jamais, sauf d’un commun accord.
  • Messieurs, ce que nous devons faire n’est que trop simple. Nous devons avertir l’Amirauté, le Ministère de la Défense et le Ministère de l'Air que ces dessins ne représentent pas des armes de guerre, mais les derniers modèles d’aspirateurs. (...) Heureusement, ces plans n’ont jamais quitté notre bureau. Dans notre service, il est essentiel d’enterrer le passé très vite et de manière sécurisée.

Liens externes

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.