Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Prêt bancaire

De Wikiberal

La question sémantique du prêt bancaire

La banque peut-elle prêter un objet qu'elle ne possède pas ? Le concept de prêt bancaire serait-il une fraude intellectuelle ?

Définition

Définition habituelle d'un prêt : un prêteur remet un objet à un emprunteur. L'emprunteur remet au prêteur une reconnaissance de dette. L'emprunteur restituera ensuite ce même objet au prêteur.

Un prêt bancaire est l'opération par laquelle une banque prête de la monnaie à un emprunteur. La banque remet à l'emprunteur, des supports monétaires. Ces supports monétaires sont des pièces d'or, des billets de banque. Les supports monétaires prêtés peuvent aussi être inscrits sur un compte bancaire électronique.

Prêt d'or

Jadis, les banques et les usuriers prêtaient de l'or. L'or appartenait à la banque avant d'être l'objet prêté entre les mains de l'emprunteur. Ensuite, l'emprunteur remboursait son prêt en remettant de l'or au prêteur. Cette succession d'opérations est usuelle. Il s'agit d'un prêt au sens ci-dessus, c'est-à-dire au sens habituel du terme.

Prêt bancaire actuel

Lors d'un prêt bancaire actuel, la banque remet à l'emprunteur des supports monétaires qui ne sont pas des marchandises. Les supports monétaires remis par la banque à l'emprunteur sont des promesses, des créances. Chaque support monétaire, chaque billet de banque, est la preuve d'une obligation qui incombe à la banque.

La banque promet que l'utilisateur aura certains droits grâce à ce support monétaire. Une banque libre promet que les droits de l'utilisateur seront ceux stipulés dans le contrat de monnaie. Un billet de Banque Centrale donne des droits à son utilisateur. Ce droit de l'utilisateur provient alors de la loi étatique. La Banque Centrale, ou l’État, promet à l'utilisateur que ce billet de banque lui donne certains droits. Cette promesse est une promesse politique sans possibilité pour un plaignant de saisir un tribunal compétent.

Chaque support monétaire représente, matérialise, prouve l'existence d'une promesse de la banque envers l'utilisateur. Une promesse envers soi-même est nulle. Cette promesse de la banque n'existera que lorsqu'elle sera entre les mains de l'emprunteur.

Selon la définition usuelle du mot "prêt", le prêteur prête ce qu'il possède et ne peut pas prêter ce qu'il n'a pas. Le prêt bancaire n'est donc pas un prêt au sens premier du mot prêter. L'emprunteur possède entièrement la monnaie remise par la banque. L'emprunteur ne rendra pas les billets prêtés, mais rendra d'autres billets. Il ne s'agit donc pas d'un prêt.

Dictionnaire

Les libertariens soutiennent que chacun est propriétaire de son corps. Chacun est ainsi propriétaire des actes de son corps, de sa production. De la même manière, il serait hasardeux de soutenir que chacun serait "propriétaire" de sa volonté, ainsi que des actes de sa volonté, des actes de son esprit. Une promesse est un acte de la pensée. Mais il semble difficile de soutenir que chacun serait "propriétaire" des promesses qu'il fait à autrui.

Le mot prêt dans le sens de prêt bancaire est contraire à la définition usuelle du mot prêter.

Pour un dictionnaire, l'usage fait loi. Nonobstant l'ambiguïté, le terme "prêt bancaire" existe. Le mot "prêt" dans le terme "prêt bancaire" a une signification différente du mot "prêt" pour le prêt d'un objet physique. Un bon dictionnaire devrait donc ajouter une deuxième signification au verbe "prêter" pour y inclure le "prêt bancaire".

Échange de créances

Un prêt bancaire s'analyse comme un échange de créances. L'emprunteur donne une créance à long terme, sa reconnaissance de dette. En échange, la banque donne des créances à très court terme, des billets de banque. L'emprunteur possède les billets, créances sur la banque. Et la banque possède une reconnaissance de dette.

Voir aussi

Liens externes


Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.