Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Casablanca

De Wikiberal
Casablanca
B0000C453N.03.LZZZZZZZ.jpg
Réalisé par : Michael Curtiz
Acteurs
Humphrey Bogart (Rick Blaine)
Ingrid Bergman (Ilsa Lund)
Paul Henreid (Victor Laszlo)
Genre
Romance, Drame
Année de sortie
1942
Synopsis
A Casablanca, pendant la Seconde Guerre mondiale, le night-club le plus couru de la ville est tenu par Rick Blaine, un Américain en exil. Mais l'établissement sert également de refuge à ceux qui voudraient se procurer les papiers nécessaires pour quitter le pays. Lorsque Rick voit débarquer un soir le dissident politique Victor Laszlo et son épouse Ilsa, quelle n'est pas sa surprise de retrouver dans ces circonstances le grand amour de sa vie...
lien amazon
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

Casablanca est un film de Michael Curtiz (1942)

Fiche technique

  • Scénario : Julius J. Epstein, Philip G. Epstein et Howard Koch
  • Photographie : Arthur Edeson
  • Musique : Max Steiner, chansons de M.K. Jerome et Jack Scholl
  • Distribution : Humphrey Bogart (Rick Blaine) Ingrid Bergman (Ilsa Lund) Paul Henreid (Victor Laszlo) Claude Rains (Louis Renault), Peter Lorre (Ugarte) Conrad Veidt (major Strasser), Sidney Greenstreet (senor Ferreri)
  • Production : Warner Bros
  • Sortie : 26 novembre 1942
  • Oscars : Meilleur film, meilleure mise en scène, meilleur scénario (1944) pour neuf nominations.

Synopsis

Au Rick’s café, cabaret à la mode de Casablanca, qui appartient à un aventurier américain qui se prétend neutre, une foule cosmopolite se presse. Le capitaine Renault, policier vichyste, accueille le major Strasser qui souhaite mettre la main sur le résistant Victor Laszlo. Ce dernier est venu en compagnie de sa femme, Ilsa et Rick reconnaît celle qui fut son grand amour trois ans plus tôt à Paris.

Cynisme et patriotisme

Film culte et chef-d’œuvre de Curtiz, rôle le plus célèbre d’Humphrey Bogart, Casablanca est considéré comme le plus remarquable film de propagande jamais tourné. Sans scénario vraiment établi, le film fut tourné au jour le jour ce qui explique sans doute l’originalité de l’histoire où Bogart ne part pas au bras de d’Ingrid Bergman à la fin mais en compagnie de Claude Rains : il existe cependant une fin alternative traditionnelle. La résistance au nazisme va s’incarner au travers de l’association de ces deux personnages cyniques, le patron de cabaret et le policier, sur fond de Marseillaise ! L’intérêt de Casablanca réside, outre l’intensité d’une passion amoureuse condamnée par les circonstances, dans les personnages douteux et corrompus campés par le délicieux Claude Rains en policier vichyste dénué de toute conviction (I’m only a poor corrupt official) ou Greenstreet improbable trafiquant levantin. Le patriotisme est à la fois exalté, dans la séquence de la Marseillaise chantée au cabaret écrasant le Wacht am Rhein, où le sublime côtoie le ridicule, et dans le même temps discrètement remis en question. Interrogé sur sa nationalité, Bogart répond : I'm a drunkard, et Claude Rains précise : That makes Rick a citizen of the World. Les deux compères en neutralité apparaissent plus humains, dans leurs faiblesses et la complexité de leur évolution que le sublime et monolithique résistant campé par Henreid.

Citations

  • Capitaine Renault : What in heaven's name brought you to Casablanca ?
  • Rick : My health. I came to Casablanca for the waters.
  • Capitaine Renault : The waters ? What waters ? We're in the desert.
  • Rick : I was misinformed.


  • Capitaine Renault : I've often speculated why you don't return to America. Did you abscond with the church funds ? Run off with a senator's wife ? I like to think you killed a man. It's the Romantic in me.
  • Rick : It was a combination of all three.


  • Sascha : Yvonne, I love you but he pays me.


  • Senor Ferrari : As the leader of all illegal activities in Casablanca, I am an influential and respected man.


  • Major Strasser : Are you one of those people who cannot imagine the Germans in their beloved Paris ?
  • Rick : It's not particularly my beloved Paris.
  • Heinz : Can you imagine us in London ?
  • Rick : When you get there, ask me !
  • Capitaine Renault : Hmmh ! Diplomatist !
  • Major Strasser : How about New York ?
  • Rick : Well there are certain sections of New York, Major, that I wouldn't advise you to try to invade.
  • Capitaine Renault : We are very honored tonight, Rick. Major Strasser is one of the reasons the Third Reich enjoys the reputation it has today.
  • Major Strasser : You repeat *Third* Reich as though you expected there to be others !
  • Capitaine Renault : Well, personally, Major, I will take what comes.


  • Rick : I stick my neck out for nobody
  • Capitaine Renault : A wise foreign policy


  • Rick : I'm the only cause I'm interested in.


  • Capitaine Renault : Ricky, I'm going to miss you. Apparently you're the only one in Casablanca with less scruples than I.


  • Rick : And remember, this gun is pointed right at your heart.
  • Capitaine Renault : That is my least vulnerable spot.

Liens externes

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.