Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



De la liberté

De Wikiberal
De la liberté
On Liberty
LiberteMill.jpg
Auteur : John Stuart Mill
Genre
philosophie
Année de parution
1859
Interwiki
Medium Amazon New Logo.jpg amazon
Index des essais libéraux
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

De la liberté (On Liberty) est un essai de philosophie de John Stuart Mill paru en 1859. Défendant un libéralisme vigoureux fondé sur le harm principle, le livre a eu une postérité importante dans la tradition libérale. Il a été influencé par les écrits d'auteurs allemands comme Goethe et Humboldt. Comptant indubitablement parmi les œuvres majeures de Mill, le livre pose toutefois certaines questions de cohérence avec un autre ouvage de l'auteur: L'Utilitarisme. La première traduction française est due à Charles Brook Dupont-White, en 1864.

Publié juste après la mort de son épouse, Harriet Taylor Mill, De la liberté est l'aboutissement d'une part de leur projet visant à recueillir leurs conclusions philosophiques. Pour les lecteurs de l'époque victorienne c'était une œuvre radicale, défendant les libertés morales et politiques de l'individu face à l'État. Comme libéral, il croyait que l'État devait avant tout protéger les droits de propriété. Néanmoins, il considérait également que l'État devait jouer un rôle dans la redistribution de la richesse.

Mill oppose la souveraineté de l'individu sur lui-même à la « tyrannie de la majorité », un terme tiré du texte De la démocratie en Amérique d'Alexis de Tocqueville. Il écrit ainsi :

«La seule fin pour laquelle l'humanité puisse être justifiable, individuellement ou collectivement, d'enfreindre la liberté d'action de tel ou tel de ses membres, est la légitime défense. [..] Le seul but en vue duquel on puisse à juste titre recourir à la force à l'égard de tout membre d'une communauté civilisée, contre sa propre volonté, c'est de l'empêcher de faire du mal aux autres. Son propre bien, physique ou moral, n'est pas une justification suffisante. [..] Sur lui-même, sur son propre corps et son propre esprit, l'individu est souverain. »

Articles connexes

Liens externes

Société.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail actualités du libéralisme.