Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Forêt

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

Une forêt est par définition un écosystème comprenant de nombreuses espèces d'arbres, plantes, animaux et bactéries, de densité variable dans une surface donnée.

L'accent circonflexe sur le "e" de forêt provient du rappel de l'élision du "s" dans l'ancien français "forest", venant lui-même du bas latin silva forestis, qui signifie forêt en dehors de l'enclos.

La sylviculture, ou exploitation forestière, représente l'ensemble des techniques permettant la création, entretien et exploitation rationnelle des forêts tout en assurant leur conservation et leur régénération. Beaucoup estiment que les plantations en monoculture ne peuvent être considérées comme une forêt, car de la même façon que l'agriculture intensive, les plantations servent uniquement à des buts industriels ou commerciaux. On retrouve donc ici la distinction entre forêts naturelles et plantation industrielle d'arbres. Une forêt peut être une propriété publique ou privée dont la superficie se mesure en acres ou en hectares. Symboliquement, la forêt évoque un endroit paisible, raison pour laquelle sans doute l'armistice du 22 juin 1940 fut signé entre la France et l'Allemagne dans la forêt domaniale de Compiègne.

L'évocation de la forêt dans le cerveau humain peut créer de multiples expressions sensorielles. Il y a le son chuintant du vent agitant les feuilles du sommet des arbres, comme le murmure des pins et des chênes, celui du gazouillement des oiseaux qui s'y nichent, mais aussi celui du claquement bruyant des scies à chaîne, de la cognée des haches et celui des tronçonneuses des bucherons qui les découpent. Ce son est poursuivi par le bruit sourd des grands arbres abattus qui frappent le sol avec des nuances selon la nature sèche ou humide du terrain. La forêt fait partie de nos souvenirs visuels lorsque celle-ci est à l'arrière de notre propriété ou au loin lorsqu'elle flanque la colline et la montagne aux variations de vert. Certaines personnes sont plus sensibles à l'odorat avec l'exhalation de l'essence de certaines espèces ou à l'odeur du terreau dans lequel les racines prennent naissance. Mais les sensations ne sont pas seulement auditives, visuelles ou olfactives. Elles peuvent être aussi kinesthésiques comme le fait de bénéficier d'une fraîcheur lors des soirées d'été grâce à l'ombre qui adoucit les rayons ardents du soleil au couchant de l'après-midi.

Lorsque celui qui bénéficie des avantages visuels, auditifs, olfactifs ou kinesthésiques de la forêt sans en être le propriétaire, il obtient une externalité positive. Hélas, les chambres d'enregistrement ne prennent pas en compte les attributs sensoriels comme critères officiels d'enregistrement de la propriété. Aussi, à défaut d'un contrat particulier[1], une personne non propriétaire d'une forêt ne peut pas empêcher de force le véritable propriétaire des arbres de les abattre. Des moyens coercitifs qui ôteraient la liberté du propriétaire des arbres de faire ce qu'il veut de sa propre propriété est contraire au principe même de la propriété. Dans une société libre, les gens doivent pouvoir faire ce qu'ils veulent à moins que leurs actes ne nuisent ou n'interfèrent clairement avec les libertés d'autrui.

Notes et références

  1. Ce contrat doit définir l'utilisation de clauses restrictives, comme un pacte régissant généralement les exigences architecturales, le coût de la construction, l'esthétique et l'entretien. Cependant, seules les propriétés de ceux qui signent ces clauses sont liées entre elles. Une autre solution consiste à créer une association foncière où les membres peuvent accepter de respecter certaines limites.

Bibliographie

  • 1978, Bertrand de Jouvenel, ”Vers la forêt du XXIe siècle", Numéro spécial de la Revue forestière française, rapport de Bertrand de Jouvenel (président du groupe de travail constitué par les ministres de l'agriculture et de l'environnement à la demande du Premier ministre) École nationale du génie rural, des eaux et des forêts, Nancy


5244-cameleonhelp-buddylivegreen.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail écologie.