Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Interactionnisme

De Wikiberal

L'interactionnisme est un courant de pensée qui s’est développé aux États-Unis au cours des années 1960 en opposition avec le fonctionnalisme qui dominait alors la sociologie américaine. Plusieurs courants de pensée se rattachent à l'interactionnisme comme l’ethnométhodologie de Harold Garfinkel, la sociologique phénoménologique d'Alfred Schutz et l'analyse conversationnelle de Erving Goffman.

Les interactionnistes adoptent l’individualisme méthodologique pour centrer leurs études sur les interactions, c'est-à-dire sur les actions réciproques entre les individus et leurs motivations. Pour eux, l'institution est constamment redéfinie par de multiples compositions entre des relations interindividuelles.

Contrairement aux fonctionnalistes qui privilégient une sociologie quantitative basée sur le recueil et l’analyse de données (sous la forme d’enquêtes ou de sondages par exemple), les interactionnistes, sous l'influence de l'école sociologique de Chicago, prônent une sociologie qualitative par l’observation directe et personnelle faite sur le terrain. Les individus sont des sujets conscients et il n'y a pas d'autre sens à donner aux actions individuelles que celui qui est donné par l’individu lui-même. L’action d’un individu et le sens qu’il lui donne dépendent de ses relations avec les autres. Le scientifique interactionniste s'applique donc à reproduire fidèlement le discours des individus.

Bibliographie

  • 1936, Everett C. Hughes, «The Ecological Aspect of Institutions», American Sociological Review, Vol 1, n°2, pp180-192
  • 1959, Erwing Goffman, "The Presentation of Self in Everyday Life", New York: Doubleday
  • 1967, Erwing Goffman, "Interaction Ritual", New York: Aldine