Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Joaquin Fuster

De Wikiberal

Joaquin M. Fuster est Docteur en médecine, diplômé de l'Université de Grenade et spécialiste en neurosciences cognitives. Il est Professeur de psychiatrie et de sciences biocomportementales à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA). Il est aussi membre du Conseil consultatif de la revue Nomoi, dirigée par Juan José Ramírez Ochoa.

Généralement, il commence ses conférences par une citation de Friedrich Hayek, "Sans la théorie, les faits sont silencieux". En dehors d'une longue série de publications, qui sont, pour l'essentiel, des transcriptions d'expériences neuro-cognitives, Joaquin Fuster publie des ouvrages méta-théoriques où il est reconnaissant envers Friedrich Hayek pour ses travaux en psychologie “Probablement,, personne mieux que Hayek n'a décrit le processus de catégorisation cognitive [1]. Lorsqu'il évoque le modèle Hayek-Hebb, il convient que c'est surtout l'auteur autrichien qui fut le premier à mettre en valeur l'architecture neuronale qui composent la mémoire de l'être humain dans un cycle perception-action.

"Friedrich Hayek (1952) fut le premier à proposer la représentation des perceptions et des souvenirs dans des réseaux corticaux de grande échelle."[2]

ou dans un autre ouvrage :

"Le premier promoteur de réseaux de mémoire corticale sur une grande échelle n'était ni un neuroscientifique, ni un informaticien, mais .. un économiste viennois Friedrich von Hayek (1899-1992). Un homme avec une connaissance exceptionnellement vaste et une perspicacité profonde dans l'exploitation d'un système complexe, Hayek a appliqué un telle intuition avec un succès remarquable en économie (prix Nobel 1974), en sociologie, en sciences politiques, en jurisprudence, dans la théorie évolutionniste, en psychologie et dans les sciences du cerveau (Hayek, 1952)." [3]


Toutes nos connaissances sont codées par des relations, et donc par des connexions, c'est à dire par les réseaux neuronaux de notre cortex cérébral. Les réseaux cognitifs se développent par l'expérience sur la base d'assemblages de cellules dispersées s'entrelaçant, se chevauchant et se liant, provenant de façon primaire par les sensations physiologiques et physiques élémentaires, dont les mouvements. En se développant, les réseaux cognitifs s'organisent hiérarchiquement par ordre de complexité croissante ou selon l'abstraction de leur contenu. Parce que les réseaux se croisent à profusion, ils partagent des noeuds communs. Un regroupement neuronal, n'importe où dans le cortex, peut faire partie de nombreux réseaux, et donc de nombreux éléments de connaissance. Toutes les fonctions cognitives (perception, mémoire, attention, langage et intelligence) correspondent à des connexions de neurones à l'intérieur et entre les réseaux cognitifs.

L'architecture des réseaux corticaux (aussi nommé cognits), constitue une dynamique corticale non pas d'une mémoire, mais d'une multiplicité de mémoires. Joaquin Fuster met en valeur, particulièrement la mémoire de travail avec un flux continu de perceptions et de rétro-actions. Là, encore, il concède à Friedrich Hayek, que le cerveau humain ne commence pas de zéro à partir de chaque expérience, mais que les données sont pré-interprêtées, mises en maturation et connectées à l'intérieur du cerveau :

"La perception peut être ainsi considérée comme l'interprétation de nouvelles expériences basées sur des hypothèses d'expériences préalables - en d'autres termes, il s'agit du contrôle continu par les sens des hypothèses formées sur le monde qui nous entoure (Hayek, 1952). D'où le caractère essentiellement actif de la perception, un concept très éloigné de la vue passive et réceptive de cette faculté que Locke (1690/1894) a tenu, en écho aux stoïciens de la Grèce antique (tabula rasa). " [4]


Notes et références

  1. "Probably nobody has described the processes of cognitive categorization better than Hayek (1952).” Joaquin Fuster 2003, Cortex and mind: unifying cognition, Oxford: Oxford University Press, p60
  2. “Friedrich Hayek (1952) was the first to propose the representation of percepts and memories in large-scale cortical networks”, Joaquin Fuster 2003, Cortex and mind: unifying cognition, Oxford: Oxford University Press, p7
  3. "The first proponent of cortical memory networks on a major scale was neither a neuroscientist nor a computer scientist but .. a Viennes economist: Friedrich von Hayek (1899-1992). A man of exceptionally broad knowledge and profound insight into the operation of complex systems, Hayek applied such insight with remarkable succes to economics (Nobel Prize, 1974), sociology, political science, jurisprudence, evolutionary theory, psychology, and brain science (Hayek, 1952)." (Joaquin Fuster, Memory in the Cerebral Cortex: An Empirical Approach to Neural Networks in the Human and Nonhuman Primate. Cambridge: MIT Press, 1995, p87)
  4. “Perception can thus be viewed as the interpretation of new experiences based on assumptions from prior experience — in other words, the continuous testing by the senses of educated hypotheses about the world around us (Hayek, 1952). Hence the essentially active character of perception, a concept far removed from the passive, receptive view of that faculty that Locke (1690/1894) held, echoing the Stoics of ancient Greece (tabula rasa).” Joaquin Fuster 2003, Cortex and mind: unifying cognition, Oxford: Oxford University Press, p84

Publications

  • 1980, "The Prefontal cortex: Anatomy, physiology and Neuropsychology of the Frontal Lobe", New York, Raven Press
    • 4ème édition en 2008, "The prefrontal cortex", London: Academic Press,
  • 1985, Temporal Organization of Behavior, Human Neurobiology. Vol 4, pp57-60
  • 1995, Memory in the cerebral cortex: An empirical approach to neural networks in the human and nonhuman primate, Cambridge, MA: MIT Press
  • 1997, Network Memory, Trends in Neuroscience, Vol 20, n°10, Oct , pp451-459
  • 1999, "Memory in the Cerebral Cortex: An Empirical Approach to Neural Networks in the Human and Nonhuman Primate", Cambridge, MIT Press
  • 2000, "The module: crisis of a paradigm" commentaire du livre de M.S. Gazzaniga, dir., "The New Cognitive Neurosciences", seconde édition, MIT Press), Neuron, Vol 26, pp51-53
  • 2003, "Cortex and mind: unifying cognition", New York, NY: Oxford University Press
  • 2004,
    • a. Préface à la traduction en espagnol de livre de Friedrich Hayek, El Orden Sensorial [The Sensory Order] (L'ordre sensoriel), Unión Editorial, S.A., Madrid, pp11-23
    • b. "Upper processing stages of the perception–action cycle", Trends in Cognitive Sciences, n°8, pp143-145
  • 2009,
    • a. La libertad y el ejecutivo del cerebro [La liberté et le fonctionnement du cerveau], Nomoi, Vol 2, n°2, juin, pp2-3
    • b. "Cortex and memory: Emergence of a new paradigm", Journal of Cognitive Neuroscience, 21, pp2047–2072

Archives Video

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.