Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Grèce antique

De Wikiberal

La Grèce antique désigne l'histoire et l'évolution du monde grec pendant l'Antiquité. Le territoire de la Grèce antique correspond à celui de la Grèce actuelle ainsi que ses colonies sur les côtes turques de la Méditerranée et la Libye. La civilisation grecque, à l'époque de Périclès (Ve siècle avant Jésus-Christ), s'étend au sud-est de l'Europe, sur les côtes de la mer Méditerranée. Le territoire était organisé en cité-Etat. Les grecs n'avaient pas une organisation politique centralisée mais ils avaient adopté un mode d'organisation décentralisée en cités (des villes). Chaque cité était indépendante et avait ses propres lois. Cette allure de fédéralisme a plu à certains libéraux (comme Montesquieu) et libertariens anarchistes comme Pierre-Joseph Proudhon. Les écrivains grecs étaient consciemment fiers de leurs institutions distinctives. Dans son histoire des guerres gréco-perses, Hérodote a souligné le contraste entre l'autocratie perse et la liberté grecque. La société athénienne avait de nombreux aspects libéraux avec des accents forts libertariens. Par exemple, le règlement des différends entre particulier était un domaine concurrentiel. Les parties avaient le choix entre des arbitres privés, des arbitres publics et des tribunaux publics.

De très grands penseurs intellectuels sont nés durant la période de la Grèce antique comme Socrate, Démosthène, Hérodote, Pythagore, Thalès, Platon, Aristote, Archimède, Euclide, etc. Cette période hellénistique a connu des courants philosophiques encore à l'ordre du jour, toujours critiqués et débattus comme l'empirisme, le stoïcisme, l'épicurisme et le scepticisme. L'économie était prospère grâce notamment à la stabilité de sa monnaie indexée sur l'or. La liberté économique et intellectuelle a attiré des marchands et des philosophes du monde entier. Le monde grec, y compris les colonies grecques d'Italie et d'Asie Mineure, a tout d'abord bénéficié de la décentralisation politique, d'une situation géographique et d'un accès à un moyen de transport maritime peu coûteux et donc favorable aux échanges économiques. Du 10e au 6e siècle avant J.-C., le commerce a apporté de nouvelles richesses et de nouvelles idées.

La Grèce a développé un gouvernement démocratique avec toutes les complications managériales nécessaires qu'un tel gouvernement édicte, et dans la civilisation grecque, nous trouvons l'origine de la méthode scientifique. En remettant en question toutes sortes de connaissances et d'idées, les Grecs ont découvert la diversité des points de vue et ils ont introduit l'érudition et la science dans de nombreux domaines. Les premiers Grecs ont reconnu le principe selon lequel un rendement maximal est atteint grâce à l’utilisation de méthodes uniformes à des rythmes déterminés.

La contribution grecque et romaine à la tradition libertarienne et libérale a fait l'objet de nombreux débats. Dans son essai de 1816, "La liberté des anciens comparée à celle des modernes", le libéral français Benjamin Constant a affirmé que le sens de la liberté dans l'antiquité classique ne faisait pas référence à une sphère privée garantie de discrétion personnelle, mais plutôt à la liberté de participer à l'exercice direct et collectif de la souveraineté. Il s'agissait d'une forme de liberté collective compatible avec de fortes contraintes de choix individuels. Pour Benjamin Constant, la liberté antique convenait aux sociétés guerrières avec de petites populations, mais pas à une civilisation commerciale avancée. Aussi, il regardait avec inquiétude la volonté des penseurs collectivistes contemporains de sacrifier la variété moderne de la liberté pour récupérer l'ancienne. Il se trouve, cependant après mûres réflexions depuis Benjamin Constant, que dans les faits, nous trouvions des aspects les deux types de liberté dans la civilisation gréco-romaine.

Mais, il ne faut pas oublier que certaines cités comme Athènes ou Sparte ont souvent essayé de dominer les autres. L’exécution de Socrate nous rappelle les limites de la liberté de parole athénienne. Démosthène nous rappelle la liberté relative de la société grecque quand on pouvait librement louer la constitution spartiate à Athènes, mais pas l’inverse. La déstabilisation, dans les cités-États grecques, est venue d'une noblesse guerrière qui s"est heurté au pouvoir montant d'une catégorie d'artisans et de commerçants. Progressivement, la plupart des cités-États grecques aristocratiques se sont transformées en oligarchie.

Bibliographie


Liens externes


6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.