Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



La Captive aux yeux clairs

De Wikiberal
La Captive aux yeux clairs
The Big Sky
1533.jpg
Réalisé par : Howard Hawks
Acteurs
Kirk Douglas (Jim Deakins)
Dewey Martin (Boone Caudell)
Arthur Hunnicut (Zeb Calloway)
Genre
Western, Drame
Année de sortie
1952
Synopsis
Deux jeunes cow-boys, embauchés par des trappeurs français, s'engagent dans une expédition marchande. Ils doivent remonter le Mississippi et s'enfoncent malgré eux dans le territoire indien. Ils tenteront de déjouer les plans malfaisants d'une compagnie de fourrure concurrente. Ils ne résisteront pas aux charmes d'une ravissante Indienne, enlevée par une autre tribu à son chef, et qu'ils essayeront d'aider. Coups de feu et de foudre assurés.
lien amazon
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

La Captive aux yeux clairs est un film de Howard Hawks (1952)

Fiche technique

  • Titre original : The Big Sky
  • Scénario : Dudley Nichols d'après la nouvelle de A.B. Guthrie
  • Photographie : Russell Harlan
  • Musique : Dimitri Tiomkin
  • Distribution : Kirk Douglas (Jim Deakins), Dewey Martin (Boone Caudell) Arthur Hunnicut (Zeb Calloway) Elisabeth Threatt (Teal Eye) Buddy Bear (Romaine) Steven Geary (Jourdonnais dit Frenchy) Henri Letondal (Labadie)
  • Production : RKO
  • Sortie : 6 août 1952
  • Nominations aux oscars 1953 : meilleur second rôle, meilleure photographie

Un hymne à l'aventure

1832, Saint-Louis. Deux coureurs des bois, Jim Deakins et Boone Caudell, sont entraînés par l'oncle de ce dernier, Zeb Calloway dans une folle aventure : remonter le Missouri au nez et à la barbe de la Compagnie des Fourrures pour négocier directement avec les Pieds-Noirs. Ils s'embarquent sur le Mandan bateau peuplé de pittoresques Français dont le géant Romaine et le cuisinier Labadie sous la conduite du très excité mais compétent Jourdonnais. Leur atout, une princesse indienne, Teal Eye, qui les accompagne et doit servir d'intermédiaire. Un triangle amoureux réunit et oppose tout à la fois les deux aventuriers américains et la jeune fille. Mac Masters, patron de la Compagnie, tente par tous les moyens de faire échec aux Français : incendie raté du bateau, enlèvement de l'Indienne et enfin en poussant les Crows à attaquer l'expédition. Le Mandan finit par arriver à destination et le jeune Caudell comprend qu'il ne repartira pas avec ses compagnons.

L'esprit pionnier

Dans les décors magnifiques du parc du Grand Teton et le long de la Snake River, ce très beau western, moins apprécié que les plus démonstratifs Red River et Rio Bravo, évoque l'époque des trappeurs et du commerce des fourrures. Dans l'esprit des romans de Fenimoore Cooper, les héros fuient la civilisation dont ils sont pourtant les avant-coureurs. Effarés par Saint-Louis, cette ville de 12 000 habitants qui leur paraît une fourmillère ou un essaim d'abeilles, Deakins et Caudell contribuent à l'implantation des Blancs toujours plus loin dans le Nord-Ouest. L'esprit d'aventure est étroitement lié à l'esprit d'entreprise avec Jourdonnais, petit homme parfois ridicule mais décidé à mettre fin au monopole de la Compagnie. C'est là un thème récurrent du cinéma américain dont l'originalité tient avant tout à la présence de Français pour une fois sympathiques. Le film joue d'ailleurs sur la diversité linguistique : l'anglais et le français se mêlent et les Indiens parlent dans leur langue. Le regard porté sur les relations entre Blancs et Indiens, avant le déferlement des colons qui va détruire ce fragile équilibre, est très juste historiquement et loin des clichés méprisants ou paternalistes d'un certain western. Arthur Hunicutt campe le meilleur trappeur jamais vu sur un écran et Kirk Douglas est parfait dans un rôle écrit pour John Wayne.

Citations

  • Zeb Calloway: Blackfeet... proud injuns. They ain't gonna let no white man spy on their country. The only thing they are feared of is a white man's sickness.
  • Boone Cardell: What's that?
  • Zeb Calloway: Grabs. White men don't see nothing pretty unless they want to grab it. The more they grab, the more they want to grab. It's like a fever and they can't get cured. The only thing for them to do is to keep on grabbin' until everything belongs to white men and then start grabbin' from each other. I reckon injuns got no reason to love nothing white.


  • Zeb Calloway: Boone, this is Teal's father, Chief Red Horse. Chief Red Horse wants to see you on account he wants to know how much you're gonna pay for his daughter.
  • Boone Cardell: Pay for Teal?
  • Zeb Calloway: You married her, didn't ya? He gets paid.
  • Boone Cardell: Well, I reckon that's the custom.
  • Zeb Calloway: Well, yes and no. In this particular case, it's yes.

Liens externes

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.