Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Lawrence Fertig

De Wikiberal
Lawrence Fertig
Chef d'entreprise

Dates (1898-1986)
Tendance libéral
Origine États-Unis États-Unis
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Lawrence Fertig

Lawrence W. Fertig (1898-1986) était un publicitaire américain, journaliste et commentateur économique libertarien. Il a écrit dans les colonnes du New York World-Telegram et du New York Sun. Il est le fondateur de sa propre société de publicité et de marketing, "Lawrence Fertig & Company".

Après avoir reçu son diplôme de premier cycle de l'Université de New York, Lawrence Fertig est allé à l'Université de Columbia, où il a étudié l'économie. Il a terminé sa maîtrise dans ce domaine. Mais, l'avènement de la Seconde Guerre mondiale a détourné son attention de poursuivre ses études de doctorat.

Il a assisté à la conférence de Bretton Woods en 1944, envoyé en reportage par le journal Scripps-Howard. Il a rédigé une chronique hebdomadaire sur les questions financières, ce qu'il continua de faire jusqu'à la fermeture du New York World Journal Tribune, à la fin des années 1960. Il est entré ensuite au conseil d'administration de la Fondation d'éducation économique et il a contribué à quelques commentaires dans la revue mensuelle, The Freeman. Impliqué dans le mouvement de la liberté, il participe à Munich, en septembre 1970, à la réunion de la société du Mont Pèlerin où plusieurs présentations, dont la sienne, traitent de l'image de l'entrepreneur dans divers pays[1].

Lawrence Fertig fut membre du conseil d'administration de l'Université de New York où il a joué un rôle imminent dans le soutien de son ami Ludwig von Mises. Lorsque l'économiste autrichien a fui l'Europe et les Nazis vers les États-Unis durant la seconde guerre mondiale, il n'avait pas beaucoup d'amis sur le nouveau continent, les expatriés autrichiens étant disséminés. Lawrence Fertig fut rapidement présenté à Ludwig von Mises, via l'intermédiation d'Henry Hazlitt. Tous les deux ont réussi à faire accepter par l'université de New York de laisser Ludwig von Mises enseigner gratuitement dans cet établissement, son salaire étant couvert par une fondation que les deux hommes avaient convaincu de la nécessité.

Notes et références

  1. Une version condensée de sa communication est apparue dans The Freeman, Lawrence Fertig, 1970, Profits and Profit Makers: What Does the Public Think About Them?, Octobre, Vol 20, n°10

Publications

  • 1961, Prosperity through Freedom, Chicago, Henry Regnery Co.
  • 1963,
    • a. How Newspeak Changes Plains Words, The Freeman, Mai, Vol 13, n°5
    • b. "Economic Planning in Some Western Countries", Il Politico, n°1: La ricomparsa della pianificazione economica in occidente, pp100-
      • Traduction en italien en 1963, "Pianificazione economica in alcuni paesi occidentali", Il Politico, n°1: La ricomparsa della pianificazione economica in occidente, pp108-

Littérature secondaire

  • 1962,
    • Myron Q. Hale, commentaire du livre de Lawrence Fertig, Prosperity through Freedom, The Western Political Quarterly, Vol 15, n°3, Sep., pp552-553
    • J. Edwin Malone, Fertig’s “ Prosperity Through Freedom ”, New Individualist Review, Winter, Vol 1, n°4

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.