Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Psychologie cognitive

De Wikiberal

La psychologie cognitive est une branche relativement jeune de la psychologie. Il s'agit de la science qui étudie la façon dont nous pensons. Plus précisément, il s'agit de la branche de la psychologie qui étudie les processus mentaux, y compris la façon dont les gens pensent, perçoivent, se remémorent et apprennent. Elle traite donc des sujets tels que la pensée, la perception, la prise de décision, la résolution de problèmes, le jugement, l'apprentissage, l'attention, la mémoire, l'oubli et l'acquisition du langage.

Jusqu'aux années 1950, le behaviorisme était l'école de pensée dominante en psychologie. La période entre 1950 et 1970 est dénommée la révolution cognitive car elle a généré beaucoup de recherches sur des sujets tels que les modèles de traitement des informations. Le terme « psychologie cognitive » a été utilisé en 1967 par le psychologue américain Ulric Neisser dans son livre éponyme : "Psychologie cognitive". Selon l'auteur, la cognition implique tous les processus par lesquels l'entrée sensorielle est transformée, réduite, élaborée, stockée, récupérée et utilisée. Ce domaine s'intéresse à tous les processus cognitifs, même quand ils fonctionnent en l'absence de stimulation directe, comme pour les images mentales et les hallucinations... Compte tenu de cette large définition, la cognition englobe tout ce qu'un être humain peut éventuellement faire mentalement. Tout phénomène psychologique est un phénomène cognitif.

Les principaux représentants de la psychologie cognitive sont : Gustav Fechner, Wilhelm Wundt, Edward B. Titchener, Hermann Ebbinghaus, William James, Wolfgang Kohler, Edward Tolman, Jean Piaget, Noam Chomsky, David Rumelhart, James McClelland, Friedrich Hayek.

Très tôt dans l'histoire de la psychologie, Wilhelm Wundt a tenté d'utiliser l'introspection pour étudier ce qui se passe dans l'esprit d'une personne. Cela impliqua la formation des gens se concentrant sur leurs états internes pour écrire ce qu'ils ressentaient, ce qu'ils pensaient ou expérimentaient.

Dans la psychologie cognitive de Friedrich Hayek, au cours du processus de perception, l'esprit de l'entrepreneur classe les événements en provenance du monde extérieur. Si les événements se répètent, il enregistre un modèle dans son esprit, ce qui lui sert de règle de conduite pour sa prise de décision. Si sa carte mentale ne réussit pas à lui donner un bon état de la situation, l'entrepreneur est alors dans un contexte de conflit d'expérience. Sa réussite dépend de son succès à reclasser progressivement les événements. De nouvelles règles d'équilibre (homéostasie) sont rétablies par les agents économiques, eux-mêmes, lorsqu'ils tentent de résoudre avec succès ces problèmes de coordination.

Bibliogaphie

  • 1980, J. R. Anderson, "Cognitive psychology and its implications", San Francisco, Freeman



7640-efdur-Babelwiki.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur les sujets de société.

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail psychologie du libéralisme.