Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Robert Walpole

De Wikiberal
Robert Walpole
Homme politique

Dates 1676-1745
Tendance
Origine Royaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Robert Walpole
Histoire du Royaume-Uni

Sir Robert Walpole, premier comte d’Orford, (Houghton, Norfolk, 26 Août 1676 – Londres, 18 mars 1745) est le premier à remplir les fonctions de Premier ministre (1721-1742) au Royaume-Uni sous les règnes de George Ier et de George II. C’est le plus long gouvernement de toute l’histoire britannique qui inaugure la période de domination des Whigs. Le roi lui ayant offert le 10 Downing Street, il l’accepte seulement comme résidence officielle, en faisant ainsi la résidence de ses successeurs jusqu’à ce jour.

Biographie

Fils d’un politicien whig, auquel il succède à la Chambre des Communes en 1701 et exerce des fonctions ministérielles dès 1708. Rejeté dans l’opposition en 1711, il se révèle un des plus talentueux porte-parole des Whigs. Le parti Tory l’accuse de corruption et le fait enfermer à la Tour de Londres, contribuant ainsi à sa popularité (1712).

L’arrivée des Hanovre sur le trône va favoriser son ascension politique. Premier lord du Trésor et chancelier de l’Échiquier, il s’efforce de réduire la dette publique (1715-1717). Il renforce sa position en favorisant la réconciliation entre le roi et le prince de Galles (1720). La démission de Sunderland et la mort de Stanhope font de lui l’homme le plus puissant du gouvernement.

Désormais, le pouvoir du roi ne va cesser de décliner au profit de celui de son Premier ministre. La mort du roi n’ébranle pas sa position, car George II (1727) va lui confirmer sa fonction. Sa politique pacifique, qui vise à empêcher le pays d’entrer dans un conflit européen, le rend populaire en raison de la faiblesse de la fiscalité.

Mais la mise en place de nouvelles taxes contribue à faire chuter sa popularité à partir de 1733. La guerre contre l’Espagne, qu’il tente en vain d’empêcher, va provoquer sa chute : la nouvelle de la défaite de Carthagène entraine sa démission (1742). Le roi fait de lui un comte d’Orford et il entre à la Chambre des Lords. Il conserve dans l’ombre une certaine influence sur George II d’où son surnom de « ministre derrière le rideau » et il conseille son protégé, Henry Pelham.

Liens externes

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.